dimanche
19
novembre 2017

A l'encontre

La Brèche

Egypte: appels à la grève pour le 11 février 2012

Publié par Alencontre le 11 - février - 2012

Marche sur le ministère de la Défense, le 10 février 2012

Communiqué de la Confédération des syndicats indépendants (EFITU)

Vous trouverez, ci-dessous, un communiqué de la nouvelle centrale syndicale. Il commence par une condamnation du massacre de Port-Saïd et en explique les raisons. Nous ne publions que sa conclusion. La traduction de l’arabe a été faite par Hanny Hanna. A cela s’ajoute un appel lancé par le Center for Trade Union and Workers Services (CTUWS) pour une grève générale le samedi 11 février. Ce texte a été traduit de l’anglais par Alain Baron. (Rédaction A l’Encontre)

*****

[….] Nous exigeons :

  1. Le retour des militaires à leurs casernes;
  2. La démission du gouvernement de Ganzouri;
  3. La formation d’un gouvernement de salut national;
  4. La démission du procureur général, fidèle à Moubarak;
  5. La création d’un tribunal révolutionnaire pour juger l’ancien régime.

Notre Confédération syndicale ne se contente pas de formuler ces exigences, mais œuvrera à leur réalisation.

Nous utiliserons l’ensemble des moyens légitimes pour les réaliser y compris la grève générale que nous avons utilisé précédemment pour soutenir la révolution égyptienne qui subit, actuellement, de nombreuses menaces.

Le gouvernement expédiant les affaires courantes n’a pas œuvré pour la réalisation d’un seul de ces objectifs de la révolution et n’a pas commencé à répondre aux revendications de notre révolution dont la principale est la justice sociale; et cela plus d’un an après son déclenchement.

Nous lançons un avertissement «la révolution ne reculera pas»!

Vive la révolution égyptienne! Mort aux assassins! Gloire éternelle aux martyrs!

*****

Pour une grande grève pour achever la marche en avant de la révolution (CTUWS)

Une année s’est écoulée depuis la révolution et le sang des Egyptiens est toujours en train de couler dans les rues. Une année s’est écoulée après la révolution, et les martyrs sont toujours en train de tomber en face de Maspero (immeuble de la télévision égyptienne), la rue Mohamed Mahmoud (entre la place Tahrir et le Ministère de l’intérieur), une fois de plus dans la rue du Conseil des ministres, et enfin au stade de Port-Saïd (le 1er février) et aux alentours du Ministère de l’intérieur. Une année s’est écoulée depuis la révolution, et le Président déchu n’a toujours pas été condamné.

Une année s’est écoulée depuis la révolution; et les martyrs n’ont toujours pas été vengés.

Une année s’est écoulée depuis la révolution, et les comparses du président déchu dirigent toujours les institutions de l’Etat, sous les ordres des piliers de l’ancien régime en résidence surveillée dans le confortable centre de vacances «Turah», d’où ils montent leurs complots et leurs intrigues augmentant le nombre de martyrs, en dansant sur les larmes des mères et les cœurs brisés…

Une année s’est écoulée depuis la révolution, et les slogans révolutionnaires que des millions d’Egyptiens ont inscrits sur leurs banderoles ne sont encore que de simples mots inscrits sur les murs ou sur les pancartes portées par les manifestants qui défilent.

Une année s’est écoulée après la révolution, et le Conseil supérieur des forces armées (CSFA) est toujours au pouvoir, en dépit de ses promesses de le  transférer, ainsi que de sa faillite dans la direction des affaires du pays.

Une année s’est écoulée après la révolution, et les demandes des travailleurs d’être traités dignement n’ont pas été satisfaites: ni celle  concernant le salaire minimum, ni celle d’emploi permanent pour les travailleurs précaires.

Un an s’est écoulé depuis la révolution, et les membres dirigeants de l’ancienne centrale officielle (l’outil syndical de Moubarak), qui s’est opposée dès le début à la révolution, continuent à gaspiller l’argent des travailleurs pour satisfaire leurs caprices. L’Egypte connaît aujourd’hui la seconde vague de la grande révolution.

Des milliers d’Egyptiens manifestent dans les rues pour achever sa marche révolutionnaire.

Aujourd’hui, les travailleurs révolutionnaires doivent avoir leur mot à dire.

Ils se doivent de répondre à l’appel de la révolution et rejoindre l’appel à une grande grève pour le 11 février sur les objectifs suivants:

• l’accélération du transfert du pouvoir à un exécutif élu;
• une vengeance équitable pour les martyrs;
• la reconnaissance de la responsabilité de tous les piliers de l’ancien régime.

 

Vous pouvez écrire un commentaire, ou utiliser un rétrolien depuis votre site.

1 commentaire

  1. Egypte : Appel à la grève pour le 11 février | Solidarité Ouvrière dit:

    […] à la grève de la CTUWS (Center for Trade Union and Workers Services), traduction en français A l’Encontre […]

    Ecrit le 11 février, 2012 à 2012-02-11T11:09:01+00:000000000129201202

Ecrire un commentaire




Le 21 septembre une nouvelle journée de mobilisation contre le «Code du travail à la Macron» aura lieu en France. Le 22 septembre, le Conseil des ministres examinera les ordonnances de Ia «loi travail XXL». Puis le Président signera et le Parlement n’aura rien à dire, de facto. Donc seule l’action directe prend toute sa place. Et les explications, par exemple, que donnent du contenu de cette contre-réforme les membres du Syndicat des Avocats de France

8. L'accord d'entreprise primera sur la loi et le contrat de travail

9. Casser la loi

10. La fusion des instances représentatives du personnel

11. Diluer la négociation collective

12. Le fonctionnement des instances représentatives du personnel

13. Le recours au référendum

Recent Comments

Le site alencontre.org existe depuis plus de 12 ans. Il vient de changer d’aspect. De manière significative. Mais il n’a pas modifié ses objectifs : informer, analyser, afin de faciliter une compréhension des réalités économiques, sociales, politiques à l’échelle internationale. Dans ce sens, ce site valorise la liaison qui peut s’établir entre comprendre et agir, dans une perspective socialiste et démocratique. Ce «lifting» a été effectué pour répondre aux exigences d’un nombre croissant de lectrices et lecteurs. Nous espérons que celui-ci entrera en résonance avec les attentes des visiteurs de A l’Encontre et de La Brèche. Il leur appartiendra, aussi, de s’en approprier le contenu et de le commenter. Vous pouvez nous contacter sur redaction@alencontre.org