dimanche
23
juillet 2017

A l'encontre

La Brèche

Grèce. Le 20e Congrès du KKE. «Un parti pour tous les temps»?

Publié par Alencontre le 12 - mai - 2017

Dimitri Koutsoumbas et Aleka Papariga: le passage de «témoin» lors du 19e Congrès

Par Antonis Ntavanellos

L’article que nous publions ci-dessous ayant trait au 20e Congrès du KKE (Parti communiste de Grèce) est une traduction d’une contribution d’Antonis Ntavanellos, membre de l’équipe dirigeante de la coalition se nommant L’Unité populaire et de la direction de DEA (Gauche ouvrière internationaliste) partie prenante de l’Unité populaire. Cet article est écrit, en partie, pour s’adresser à des membres du KKE et aussi de l’Unité populaire dont une partie est issue de l’histoire du «parti communiste grec», par le biais de Synapsismos, constitué pour l’essentiel d’une aile qui a rompu avec le KKE en 1991.

Le KKE, depuis les années 2000, a toujours eu une présence parlementaire oscillant entre 4,5% et 8,2% des suffrages et disposant ainsi d’une représentation parlementaire se situant entre 11 et 26 députés sur 300. En janvier 2015, il a «obtenu» 15 député·e·s, de même en septembre 2015 (1er et 2e gouvernements Syriza-Grecs indépendants-ANEL). Aube dorée (néonazis) en a gagné, respectivement, 17 et 18. En termes de suffrages, en janvier 2015, le KKE a réuni 5,47% et en septembre 5,55%. Aube dorée: en janvier 2015 6,28% et en septembre 6,99%. Quant au PASOK (Mouvement socialiste panhellénique), en janvier 2015, il réunit 4,68% et en septembre 2015, le PASOK s’allie avec DIMAR pour mettre en place la Coalition démocratique qui rassemble: 6,28%. L’Unité populaire (LAE) se rapproche du seuil des 3%, mais avec un résultat de 2,86% n’a plus de députés. Quant à la coalition Antarsya, elle réunit 0,85% des voix. Donc, la rupture de gauche récente (juillet-août 2015) de Syriza – Unité populaire – ainsi que la coalition de la gauche radicale Antarsya ne disposent d’aucun député dans le parlement installé en septembre 2015, dont la majorité soutient le gouvernement d’Alexis Tsipras.

L’article d’Antonis Ntavanellos, publié dans le bimensuel de DEA, vise à présenter le contenu effectif de l’orientation du KKE, cela au cours une période politico-électorale où, depuis l’élection de Syriza en janvier 2015 – avec 36,4% des voix et ANEL, 4,75%;  3% constituent le quorum à atteindre en termes de suffrages récoltés pour entrer au parlement – puis celles de septembre (Syriza 35,46% et ANEL 3,69%), la crise socio-économique n’a fait que s’approfondir. Dès lors, la nécessité d’une résistance active ne pouvait et ne peut que se faire plus évidente. Dans un tel contexte une approche proposant au plan politique et syndical une unité d’action à toutes les organisations de la gauche «radicale», soit entre l’Unité populaire, la coalition Antarsya ainsi que le KKE constitue une orientation visant à créer les conditions nécessaires, bien que pas suffisantes,

pour modifier les sentiments des secteurs populaires et rendre une résistance victorieuse, partiellement, de l’ordre du tangible. C’est sous cet angle que cet article se doit d’être lu. Certes, pour concrétiser cette orientation il faut que les rapports de forces militants entre le KKE et l’Unité populaire comme Antarsya s’améliorent, afin que l’unité d’action ne prenne pas appui seulement sur des propositions issues de l’Unité populaire, mais aussi sur des rapports de forces s’enracinant dans le champ social. Le KKE dispose d’une «organisation de masse» au profil syndical: le PAME, soit le Front militant de tous les travailleurs. En même temps, ses membres participent dans les deux centrales syndicales du secteur public (Adedy) et privés (GSEE). Un autre plan sur lequel les exigences d’une unité d’action sur des objectifs concrets se font sentir. Sans grands résultats jusqu’à présent. (Rédaction A l’Encontre)

*****

Le 20e Congrès du KKE (Parti communiste de Grèce)[1] a adopté à l’unanimité les positions du Comité central du parti. Précédemment, les organisations de base du parti les avaient adoptées à 99,3%, et les conférences régionales de préparation du Congrès à 99,9%! Le secrétaire du Comité central a fièrement présenté ces pourcentages pharaoniques, en parlant d’«esprit communiste de détermination et de pugnacité»[2]. En réalité, ces taux d’approbation peuvent être expliqués par le système d’élection des représentants: la liste des délégués proposés par la direction du parti est constituée suite à une série de filtrages, de tris [ce qui est similaire aux méthodes qui régnaient dans les années 50-60 dans le PCF; le KKE prolongeant toutes les méthodes internes des partis stalinisés]. Ces pourcentages peuvent également être expliqués par l’éviction de tous les cadres ayant «tendance» à avoir une position indépendante, à la suite du 19e Congrès en avril 2013, qui s’est conclu de manière précipitée.

Néanmoins, le KKE tente de transformer cette unanimité artificielle en une dite orientation nouvelle du parti. Le concept de «Parti pour tout type de temps»[3] remplace, dans la bouche de ses dirigeants, la référence au «Parti de type nouveau» et à la tradition dite léniniste. Dans la tradition dite léniniste, le parti est celui de l’«avant-garde»: un parti réunissant la fraction du mouvement rattachée au marxisme, et luttant pour le «communisme». Par ailleurs, cette avant-garde devrait être en relation étroite avec l’ensemble de la classe, et lutter pour gagner la majorité des forces ouvrières et populaires à la «perspective communiste», en partant du niveau de développement actuel des luttes, mais aussi des idées des ouvriers et des forces du mouvement. C’est pourquoi la «conception léniniste du parti» est intrinsèquement liée à «l’analyse concrète de la situation concrète» et au programme comme à la politique en découlant.

L’innovation du «Parti pour tout type de temps» offre au noyau dirigeant du KKE deux précieux services. D’une part, le parti est réduit à sa direction. D’autre part, cette dernière n’a pas l’obligation de présenter un programme spécifique, dont l’orientation politique serait jugée sur la base de ses résultats. Son devoir est principalement de garantir la «continuité» du parti en temps de crise, face à l’éventualité de crises incontrôlées et de «coups de théâtre».

Notre avis sur cette conception du parti est qu’il s’agit d’un virage vers le conservatisme. Il est évident que le parti se doit de survivre, mais toujours en adéquation avec les devoirs et les obligations posés par le mouvement social – en faisant tout ce qui est en son pouvoir afin de stimuler la dynamique de mobilisation des salarié·e·s vers un niveau de conflictualité plus élevé. Cela en affichant le plus grand intérêt pour les «conjonctures spécifiques» et réactions du mouvement dans des conditions très peu favorables. Mais regardons ce que dit l’adversaire politique au sujet de cette évolution.

Manolis Kottakis, qui n’est par n’importe quel journaliste, mais qui est profondément lié à la droite et au système (on ne peut plus profondément), a écrit: «Si on pense à la prise de position d’Aleka Papariga, quand certains voulaient déstabiliser notre patrie en 2008, si on pense à la réaction de Koutsoumbas, quand des extrémistes ont voulu attaquer le Parlement en 2010, si on se rappelle la position du secrétaire actuel du KKE lors de la réunion des dirigeants politiques immédiatement après le référendum [de juillet 2015] et si, aussi, on pense à son attitude vis-à-vis des manifestations de cette année[4], savez-vous ce que nous devons comprendre? Si l’on compare le KKE à certaines autres forces qui travaillaient pour la déstabilisation politique, les “staliniens” ont été des agents stabilisateurs. Ils n’ont pas joué sur le dos de la Patrie.» Toutes les allusions de M. Kottakis sont pertinentes et – malheureusement – ses conclusions le sont également[5].

La politique ratifiée par le 20e Congrès confirme cette conclusion paradoxale: tout en mettant son clignotant pour indiquer un dit tournant à gauche, la direction politique véritable du KKE reste sur une orientation de «stabilité» et d’évitement de ce qu’elle nomme l’«aventurisme» – c’est-à-dire éviter la prise d’initiatives politiques, nécessaires dans une période de crise socio-économique profonde, même si la conséquence de cette tactique peut déboucher sur une diminution de ses propres forces organisées.

Car en dépit de l’atmosphère panégyrique du 20e Congrès, huit ans après l’explosion de la crise du capitalisme grec, après l’essor des luttes massives de 2010-2013, après la crise sans précédent des partis politiques de la bourgeoisie, après la capitulation et la crise de SYRIZA [de manière totalement évidente dès le mois de juillet 2015, mais déjà visible quelque trois ans après l’accession au gouvernement], les forces du KKE, si l’on compare avec la période de 1998-2000, stagnent au plan des résultats électoraux comme dans leur influence au sein du mouvement syndical[6].

Politique

En général, les documents du Comité central analysent, en gros, correctement les événements internationaux, la crise du capitalisme et l’intensification des contradictions inter-impérialistes. Aussi, ils repèrent l’existence d’un courant d’euroscepticisme bourgeois qui s’appuie sur les forces de la droite traditionnelle et de l’extrême droite «populiste». Le KKE prend ses distances avec ces dernières. C’est un devoir qui devrait aller de soi pour une gauche qui se dit radicale.

Le KKE affirme – à raison – que, sans ruptures anticapitalistes plus larges, la sortie de l’euro pourrait être un plan bourgeois pour le futur. Pourtant, partant de ce constat, D. Koutsoumbas soutient désormais dans son discours public que la sortie de l’euro en général est une mesure qui serait sans intérêt, ou dangereuse, pour les forces ouvrières-populaires. Et lorsque cette position soulève l’enthousiasme des médias de masse bourgeois (toute une série d’articles ont salué le «réalisme du KKE»), il choisit de ne pas répondre. Ainsi, le KKE rejette un plan futur plausible pour les capitalistes de Grèce [une sortie de l’euro sous la contrainte ou une combinaison dite de monnaie commune combinant une monnaie interne et l’euro, ce que, techniquement, un économiste comme Michel Aglietta reconnaît possible sans partager cette orientation], et il choisit de ne pas riposter au choix principal actuel de la bourgeoisie[7].

Les positions du Comité central anticipent, à raison, le danger de crises sérieuses – le danger même d’une guerre intra-régionale – et elles démontrent avec clarté l’intensification de l’antagonisme gréco-turc. Théoriquement, ces «positions» effectuent une rupture sans précédent avec la tradition stalinienne: elles indiquent le caractère «impérialiste» d’un tel conflit, indépendamment des événements conjoncturels et des formes qu’il pourrait prendre (les prétextes utilisés, par exemple la propriété grecque ou turque d’une île de la mer Egée, ou «qui attaquerait le premier», etc.)[8]. Théoriquement, en cas de guerre, les positions du KKE détermineraient des devoirs politiques du parti comme une «continuation de la politique par d’autres moyens». Ainsi, elles rétablissent la légitimité du slogan de la gauche antimilitariste, à l’aube du XXe siècle: «l’ennemi est dans notre propre pays, c’est la classe bourgeoise».

Mais que se passe-t-il au niveau de la politique réelle? Comment le KKE prépare-t-il ses membres aujourd’hui à une telle éventualité? Les réponses sont fournies par D. Koutsoumbas dans son discours public: après avoir défini les questions de «souveraineté» en tant que questions de défense – donc en tant que questions pour lesquelles le peuple devrait prendre les armes – il élargit ces questions de «souveraineté» pour y adopter les limites posées par le nationalisme grec traditionnel: la mer Egée en tant que mare nostrum grecque (extension à 12 milles marins des eaux territoriales, contrôle de tous les îlots rocheux, passage sous silence de la militarisation des îles), allusion au danger provenant de l’«irrédentisme» de la République de Macédoine, allusion au danger des «plans» de construction de la Grande Albanie, etc. En adoptant de telles positions, de facto on se prépare à faire la guerre et non à faire «la guerre à la guerre»…

Au sein du KKE, l’importance accordée aux questions liées à l’histoire du parti est impressionnante. Habituellement, les questions d’histoire au KKE concernent les discussions de politique actuelle, et principalement la question des alliances politiques du parti. Dans son discours de clôture du 20e Congrès, D. Koutsoumbas a choisi d’attaquer principalement – mais pas exclusivement – la LAE [Unité Populaire], ANTARSYA [formation de la gauche anticapitaliste] et Pleusi Eleutherias [le parti de Zoe Konstantopoulou, l’ex-présidente du Parlement, alors membre de SYRIZA, lors de l’installation du gouvernement Tsipras en janvier 2015]. Il a ainsi démontré que son parti continuera de rejeter toute perspective d’unité dans l’action, cela dans une conjoncture sociale et politique que le parti lui-même décrit comme particulièrement difficile. C’est-à-dire que le KKE n’a pas l’intention d’affronter, en pratique, les défis de la conjoncture, mais de lutter principalement – comme tout parti «pour tout type de temps» – pour le maintien et le renouvellement de ses membres[9]. (Traduction et notes de Sotiris Siamandouras)

_____

[1] Le 20e Congrès a eu lieu du 30 mars au 2 avril 2017. Le Congrès précédent avait eu lieu en avril 2013. Dans la résolution politique du 20e Congrès on peut lire que «la stratégie actuelle du Parti a été finalisée au 19ee Congrès, avec l’adoption du Programme et des Statuts» (p. 93). Donc le 20e Congrès n’était pas un congrès d’élaboration d’une nouvelle ligne politique, mais uniquement sa réaffirmation. Le tournant avait déjà eu lieu au 19e Congrès. Il coïncide avec le changement de secrétaire général. Aleka Papariga (1991-2013) a été remplacée Dimitris Koutsoumbas, depuis 2013. L’analyste Vassilis Liosis constate que dans la résolution du parti au 16e Congrès (2000), le mot «anticapitaliste» est employé une seule fois et le mot «anti-impérialiste» 45 fois. Dans les positions du parti au 17e Congrès (2005), le terme anticapitaliste est employé une seule fois et le mot «anti-impérialiste» 25 fois. Dans les positions du parti au 18e Congrès (2009), le mot anticapitaliste est employé une seule fois et le mot «anti-impérialiste» 44  fois. Mais dans les positions du parti au 19e Congrès (2013) le mot anticapitaliste est employé six fois et le mot «anti-impérialiste» seulement trois fois — ce qui met en exergue leur changement de ligne. Enfin, dans les positions du parti au 20e Congrès le mot «anticapitaliste» est utilisé 17 fois et le mot «anti-imperialiste» n’est pas employé du tout. Le tournant est donc complet. Source : Liosis Vassilis, «Milios-KKE MARQUER 1 (ou encore une fois sur le KKE et la question de l’anti-impérialisme)», troisième partie, site Iskra, 02/05/2017, disponible sur https://goo.gl/RtIV4U.

Il faut cependant souligner que l’impérialisme, les conflits, la militarisation et les tensions intra-impérialistes sont par ailleurs pris en compte, et le parti prend connaissance de ses devoirs; fait que Liosis passe plutôt sous silence.

[2] Le secrétaire général actuel du KKE est Dimitris Koutsoumpas, né en 1955. Il a été élu secrétaire pour la première fois en 2013, au 19e Congrès du KKE, pour remplacer Aleka Papariga, qui était restée au poste durant 22 ans. En tant qu’étudiant de la Faculté de droit d’Athènes il a participé à la lutte contre la Junte entre 1973 et 1974, et à l’occupation de l’Ecole Polytechnique. Il devient membre du KKE en décembre 1974. Il est permanent du parti depuis 1977. Il a participé aux élections législatives en 2000 et 2007, sans être élu. Il a été directeur du journal du parti, Risospastis, depuis 1996 jusqu’en 2006. En 2009, il est promu au bureau politique du KKE et la tête du secrétariat du Comité central du parti. Pendant des années, il était pressenti pour accéder à la position de secrétaire général. En effet, il a été élu sans opposition.

[3] Ce concept ne date pas de 2017. C’est le titre d’une édition préparée par le «Comité Idéologique» du Comité central du KKE, présenté par Aleka Papariga en octobre 2014 (donc un an après le 19e Congrès) sous le titre «Parti pour tout type de temps». Source: http://www.rizospastis.gr/story.do?id=8157163

[4] Rappelons-nous de l’exemple récent de décembre 2016. Comme le note Thodoros Patsatzis: «Les forces du KKE ont voté initialement de se mettre en grève le 24 novembre. Après la décision du GSEE de déclencher une grève le 8 décembre, le KKE a annulé les grèves annoncées pour le 24 par les syndicats du secteur privé, qui sont sous son influence. Dans ses déclarations, le KKE [donc le PAME] a donné plus d’importance à la grève du 8 décembre. Mais cela s’est limité à une dimension rhétorique. Il a fallu attendre le mardi 6 décembre – deux jours avant la date fixée – pour que les initiatives soient prises mais strictement dans les secteurs où leur influence est majeure.» («Grèce. À la lumière du 8 décembre, quelle résistance à la politique du gouvernement?», A l’Encontre, 6/12/2016).

[5] Kottakis et Kathimerini (quotidien de la droite grecque) ne sont pas les seuls à avoir déclaré leur admiration face à la «responsabilité» démontrée par le KKE, après le 20e Congrès. Le Journal des rédacteurs [quotidien auto-géré, né en début 2013], désormais ouvertement pro-gouvernemental, l’a également fait dans plusieurs articles et même dans son éditorial du 5 avril, sous le titre éloquent: «Le réalisme du KKE». Avgi (l’ «Aube», le journal du parti de SYRIZA) salue lui aussi le réalisme du KKE pour avoir clairement pris position contre la sortie de l’euro. Par exemple, le 4 avril, le jour suivant la fin du Congrès, le journal de SYRIZA publie un article sous le titre: «KKE responsable et réaliste», disponible sur http://www.avgi.gr/article/10811/8037601/kke-me-ypeuthynoteta-kai-realismo.

[6] Marakis Thodoris note qu’aux élections de septembre, en dépit du fait que le parti se réjouisse de sa ligne de voter blanc au référendum de juillet – ce qui était une erreur grossière – il a perdu 37’000 votes. Cela bien qu’après la scission SYRIZA ait perdu 320’000 votes et que l’Unité Populaire ainsi que ANTARSYA aient recueilli toutes deux 201’000 votes («Positions et contre-Positions. Le 20e Congrès du KKE», Iskra, 14/02/2017, disponible sur https://goo.gl/TW2p8Y). Notons aussi que les résolutions du 20e Congrès déplorent la chute de ventes de Rizospastis et «leur tendance à tomber encore plus bas» (p. 53).

[7] L’Unité Populaire en particulier a souligné ce point critique sur lequel ANTARSYA est également d’accord.

[8] En effet, Liosis V. (op.cit., première partie) accuse même ces positions du KKE de trotskysme (!) et d’«économisme impérialiste», tel que critiqué par Lénine.

[9] Maria Bolari, ancienne députée et membre de DEA (Gauche ouvrière internationaliste, organisation politique révolutionnaire grecque de sensibilité trotskyste fondée en 2001), dans son article «Le 20e Congrès du KKE: Demi pas en avant, immobilisme maintenu…» (Gauche Ouvrière, 380, 22/3/2017), voit cette politique comme une continuation de la tradition de la «troisième période» de l’Internationale communiste, période gauchiste de la bureaucratie stalinienne qui qualifiait la social-démocratie de cette époque de «social-fasciste» en fermant les yeux sur la montée des forces nazies en Allemagne, pour faire exemple.

Vous pouvez écrire un commentaire, ou utiliser un rétrolien depuis votre site.

1 commentaire

  1. Grèce. Trois journées de mobilisation face au coup de massue du 4e mémorandum - Anti-K dit:

    […] (LAE), a démarré à 12h30. Dans sa tradition, l’organisation de masse contrôlée par le KKE (voir l’article sur le Congrès du KKE sur ce site en date du 12 mai) a fait un cortège séparé empruntant une autre voie. Il regroupait aussi quelque 7000 personnes, […]

    Ecrit le 20 mai, 2017 à 2017-05-20T11:37:16+00:000000001631201705

Ecrire un commentaire




Recent Comments

Le site alencontre.org existe depuis plus de 12 ans. Il vient de changer d’aspect. De manière significative. Mais il n’a pas modifié ses objectifs : informer, analyser, afin de faciliter une compréhension des réalités économiques, sociales, politiques à l’échelle internationale. Dans ce sens, ce site valorise la liaison qui peut s’établir entre comprendre et agir, dans une perspective socialiste et démocratique. Ce «lifting» a été effectué pour répondre aux exigences d’un nombre croissant de lectrices et lecteurs. Nous espérons que celui-ci entrera en résonance avec les attentes des visiteurs de A l’Encontre et de La Brèche. Il leur appartiendra, aussi, de s’en approprier le contenu et de le commenter. Vous pouvez nous contacter sur redaction@alencontre.org