mercredi
12
décembre 2017

A l'encontre

La Brèche

La Grèce n’est pas un pays «normal»

Publié par Alencontre le 19 - juin - 2013
F. Kouvélis et E. Venizelos

F. Kouvélis et E. Venizelos

Par Stathis Kouvalekis

La mobilisation en Grèce déclenchée par la fermeture de l’ERT a posé la question du gouvernement. En effet, le PASOK d’Evangelos Venizelos et DIMAR (Gauche démocratique) de Fotis Kouvélis sont opposés à la décision   Samaras. Le débat porte sur la nécessaire «réouverture» de l’ERT et «sous quelle forme» elle doit de faire. Une rencontre a commencé entre le Premier ministre, Antonis Samaras, et ses deux partenaires gouvernementaux. A 21 heures, le 19 juin 2013, Venizelos et Kouvélis ont signalé qu’un accord n’était pas intervenu entre eux et Samaras. La négociation doit de prolonger demain soir, soit  jeudi le 20 juin 2013. La crainte d’une crise gouvernementale et d’élections – entre autres pour le PASOK et DIMAR – est grande. Ce d’autant plus qu’une échéance encore plus importante s’annonce: l’échec non seulement des plans d’ajustement, mais la crise à venir de la recapitalisation des banques avec les mesures brutales qui peuvent en découler.

«Au moment où les «chefs» d’une coalition en crise – qu’ils veulent contenir – Syriza et d’autres formations de gauche ont appelé à une grande manifestation, le 19 juin au soir, devant le siège de l’ERT. A cet effet, Syriza a supprimé quelque 100 réunions de quartiers qui devaient élire des délégué·e·s pour son Congrès début juillet.»

Lors des premières mobilisations devant l’ERT, les rapports entre la base de Syriza et les membres du KKE (PC) étaient assez fraternels, pour une fois. Mais, rapidement, la nouvelle direction du KKE, Dimitris Koutsoumpas, a insisté sur un point: un gouvernement «progressistes» implique, à la fois et de manière équivalente, une bataille contre la Nouvelle démocratie «de» Samaras et contre Syriza «de» Tsipras! Ce sectarisme délirant joue en faveur de la droite, de manière indéniable. Nous reviendrons sur la situation grecque dans les jours à venir. (cau) 

*****

Si un doute subsistait encore à ce sujet, il est désormais levé : la Grèce n’est pas un pays « normal ». Dans un pays « normal », de nos jours, en Europe, ce genre de choses n’arrive pas, seulement dans des dictatures ou dans des pays sous occupation. Seulement voilà, sans être sous le joug des militaires, ou d’une armée étrangère, la Grèce a cessé d’être un pays « normal ». Depuis maintenant trois ans, elle a, en effet, pris congé de ce qui, ici ou ailleurs dans notre continent, est considéré comme relevant de la « normalité ».

Car il ne saurait bien entendu y avoir de « normalité », de vie en commun tolérable, dans un pays dévasté, où la récession et le chômage atteignent des niveaux inconnus depuis les années 1930. Dans un pays où la discussion ordinaire des lycéens est la destination vers laquelle elles ou ils comptent émigrer.

Il ne saurait y avoir de « normalité » avec des écoles, des universités, des hôpitaux qui partent à la dérive, quand la population est confrontée à ce qu’on peut qualifier de désastre humanitaire.

Il ne saurait y avoir de « normalité » quand, comme nous l’enseigne l’expérience historique, le désespoir et la colère impuissante d’une société paupérisée et humiliée se tournent contre les groupes les plus fragiles, dont la vie devient un enfer et qui replongent dans une horreur que, là aussi, on croyait oubliée dans nos pays depuis les années 1930.

3100376E62F18EEEFBE9FDC81146E2C6Mais ce qu’il faut avant tout souligner maintenant, ce que les écrans noirs et les silences des fréquences radio nous imposent de dire avec la plus grande force, c’est que cette descente aux enfers n’a pu se faire qu’au prix et à la condition d’un déni grandissant de démocratie. Ce que la Grèce vit depuis sa mise sous tutelle par la Troïka de ses bailleurs de fond, c’est-à-dire le FMI et, surtout, l’Union Européenne, c’est un état d’exception permanent.

Car comment qualifier autrement un état où toute notion de souveraineté nationale et populaire est bafouée, où les décisions clés sont prises par décret, où les institutions représentatives ne sont qu’une façade de parlementarisme ? L’exception est ainsi devenue la règle lorsque les gouvernements en place se sont transformés en exécutants des instructions de ces fameux Mémorandums, monstrueux pavés de milliers de pages, qui règlent jusqu’au moindre poste de dépense de la moindre ligne budgétaire. Ces Mémorandums qui organisent le dépeçage du pays, la privatisation de son patrimoine, la liquidation de ses services publics et de ses institutions scientifiques et culturelles. Car même si la méthode porte la marque de M. Samaras et de son parti, la décision de fusionner et de restructurer drastiquement l’audiovisuel public, et de licencier des milliers de salariés du secteur public, faisait bien partie des engagements contractés par le gouvernement actuel vis-à-vis de la Troïka.

Cette décision a choqué et déclenché un tollé à l’échelle internationale, dont témoigne, entre autres manifestations du même type, notre rassemblement de ce soir. Il y a sans doute une part de démesure, d’hubris auraient dit les Anciens, dans la décision de Samaras et dans sa méthode. Mais, pour celles et ceux qui suivent les événements de ces derniers mois en Grèce, cette fuite en avant autoritaire ne tombe pas du ciel. Dans son excès même, elle s’inscrit dans une escalade ininterrompue dans la politique de la poigne de fer. Car avant de s’en prendre à l’audiovisuel public, ce gouvernement a brisé quatre mouvements de grève par simple décret de réquisition des grévistes, les derniers en date étant les enseignants.

Ce même gouvernement a réprimé avec sauvagerie des dizaines de mouvements de protestation, évacué manu militari des espaces autogérés, torturé des manifestants antifascistes. Il a couvert les exactions des bandes néonazies et légitimé leur discours en poursuivant la chasse aux migrants et aux travailleurs étrangers entamée par ses prédécesseurs.

C’est tout cela, qui s’est fait à bas bruit – médiatique s’entend –  qui a préparé le terrain au coup de force actuel et qui en explique la logique profonde et le déroulement concret.

Quant à la conclusion qui en découle, elle me semble limpide : la doctrine néolibérale de choc appliquée depuis trois ans à la Grèce sous les auspices et le contrôle tatillon de l’Union Européenne est incompatible avec la démocratie. Ce qui veut dire aussi, qu’on ne saurait – je dirai même qu’on n’a pas le droit de – s’émouvoir des écrans noirs de la télé publique si on se tait devant la violence des diktats de la Troïka et de la destruction parfaitement prévisible qu’ils infligent à ce pays, comme au reste de l’Europe du sud.

Un ami, qui a vécu cette période, me disait il y a deux jours : tu sais, ce qui se passe devant le bâtiment de l’ERT, ces gens rassemblés, ce fourmillement de débats et d’actions, ça rappelle l’occupation de l’école Polytechnique d’Athènes par les étudiants, en 1973, et sa radio libre qui brisait la chape de plomb de la dictature et qui annonçait sa fin prochaine. Aujourd’hui comme alors, grâce au soulèvement populaire, c’est l’espoir d’une fin prochaine de l’oppression qui surgit. Aussi paradoxal que cela puisse paraître, devant les bâtiments occupés des télés et des radios aussi bien que sur les ondes et dans les images télévisuelles d’un type totalement inédit, c’est un esprit de résistance et de liberté qui souffle actuellement en Grèce et qui finira par l’emporter. Retrouvons-nous donc bientôt, chers amis et chères amies, en ce lieu ou ailleurs, pour soutenir une Grèce libérée et démocratique!

______

Stathis Kouvelakis, professeur en philosophie politique au King’s College de Londres et membre du Comité central de Syriza, ainsi qu’adhérent au «Courant de gauche» animé, entre autres, par Panayiotias Lafazanis, porte-parole de la fraction parlementaire. Ce Courant présente une «plate-forme de gauche», avec le Rproject (DEA, APO, Kokkino) pour le futur Congrès de Syriza (qui peut être repoussé suivant les évolutions politiques). Stathis Kouvelakis était un des invités de Mediapart et Reporters sans frontières, mardi 18 juin 2013, au Théâtre du Châtelet à Paris. Le texte publié ici a été diffusé par Mediapart. (Rédaction A l’Encontre)

Vous pouvez écrire un commentaire, ou utiliser un rétrolien depuis votre site.

1 commentaire

  1. Karl Grünberg dit:

    Merci à la rédaction de l’Encontre pour ces indispensables informations!

    Ecrit le 19 juin, 2013 à 2013-06-19T21:39:49+00:000000004930201306

Ecrire un commentaire




Le 21 septembre une nouvelle journée de mobilisation contre le «Code du travail à la Macron» aura lieu en France. Le 22 septembre, le Conseil des ministres examinera les ordonnances de Ia «loi travail XXL». Puis le Président signera et le Parlement n’aura rien à dire, de facto. Donc seule l’action directe prend toute sa place. Et les explications, par exemple, que donnent du contenu de cette contre-réforme les membres du Syndicat des Avocats de France

8. L'accord d'entreprise primera sur la loi et le contrat de travail

9. Casser la loi

10. La fusion des instances représentatives du personnel

11. Diluer la négociation collective

12. Le fonctionnement des instances représentatives du personnel

13. Le recours au référendum

Recent Comments

Le site alencontre.org existe depuis plus de 12 ans. Il vient de changer d’aspect. De manière significative. Mais il n’a pas modifié ses objectifs : informer, analyser, afin de faciliter une compréhension des réalités économiques, sociales, politiques à l’échelle internationale. Dans ce sens, ce site valorise la liaison qui peut s’établir entre comprendre et agir, dans une perspective socialiste et démocratique. Ce «lifting» a été effectué pour répondre aux exigences d’un nombre croissant de lectrices et lecteurs. Nous espérons que celui-ci entrera en résonance avec les attentes des visiteurs de A l’Encontre et de La Brèche. Il leur appartiendra, aussi, de s’en approprier le contenu et de le commenter. Vous pouvez nous contacter sur redaction@alencontre.org