mardi
23
mai 2017

A l'encontre

La Brèche

Au-delà du mensonge de Cahuzac, l’imposture d’un régime

Publié par Alencontre le 3 - avril - 2013

1800008_5_19d2_ce-qu-a-ecrit-mediapart-est-factuellement_c4fcbd450c3d3708299e6fa8f42704c1Par Mathieu Magnaudeix et Sthephane Alliès

Il fallait voir, mardi 2 avril 2013, à l’Assemblée, la colère des rares députés socialistes qui s’aventuraient devant les médias, comprenant tout juste l’ampleur du mensonge de l’ancien ministre star [Jérôme Cahuzac, ministre délégué au Budget, sous la direction de Pierre Moscovici, Ministre de l’économie].

Il fallait voir la consternation en miroir de l’opposition, offusquée de l’aveu tardif de Jérôme Cahuzac, mais surtout effarée par les ricochets possibles d’une telle affaire dans l’électorat de droite. Il fallait voir les uns et les autres apprendre la nouvelle, se pincer pour y croire, parler d’«hallucination» ou de «folie». Mardi, quand ils ont appris l’aveu, tous les responsables politiques du pays se sont dits consternés. Comme saisis de vertige face à la déflagration.

Il y a une semaine de cela, quelques jours à peine après sa démission, Cahuzac a demandé à être entendu par la justice. Et ce mardi 2 avril, il est venu tout dire au juge. Oui, il détient bien depuis les années 1990 un compte à l’étranger [en Suisse, puis à Singapour], crédité aujourd’hui encore de 600’000 euros, dit-il sur son blog. Oui, il a menti à tout le monde, y compris au chef de l’État. Aux plus hautes autorités de l’État, il demande «pardon du dommage que je leur ai causé». Aux parlementaires et aux Français il dit ses «regrets». «J’ai été pris dans une spirale du mensonge et m’y suis fourvoyé. Je suis dévasté par le remords.»

En fin d’après-midi, quand ils apprennent la nouvelle, les socialistes réunis pour le bureau national hebdomadaire du parti ne cachent pas leur abattement. La ministre Marylise Lebranchu [Ministre de la Réforme de l’Etat, de la Décentralisation et de la Fonction publique] est encore pleine d’indulgence pour son ancien collègue du gouvernement : «À l’heure qu’il est je ne retiens que ses excuses qui l’honorent…» Le porte-parole du PS David Assouline s’isole dans son bureau avec le proche conseiller de Harlem Désir, Mehdi Ouraoui. Quand il se présente devant la presse, à 18 h 05, l’air est grave. «Nous avons été trahis, nous sommes stupéfaits et choqués.»

Le PS proclame la fin de la carrière politique de celui qui fut son étoile montante, puis une star du gouvernement. «Il doit tirer les conclusions de cet aveu, en ne redevenant pas député.» Doit-il être exclu du PS? «Pour nous, il est de facto en dehors du parti», martèle Assouline. À la sortie du bureau national du PS, beaucoup rient jaune. «Je n’ai rien à voir avec ça, je suis chauve!» sourit Pierre Larrouturou. « Ça pourrait être pire. Il pourrait pleuvoir… », philosophe Marie-Pierre de la Gontrie.

Les plus proches du président, François Rebsamen ou Frédérique Espagnac, comme Luc Carvounas, un proche de Manuel Valls, empruntent une sortie dérobée. À 19 heures, Harlem Désir [Premier secrétaire du PS] envoie un communiqué de presse depuis son bureau, un étage au-dessus des journalistes qui attendent. «La justice va poursuivre son travail en toute indépendance, comme y a constamment et scrupuleusement veillé le gouvernement.»

Une heure plus tard, Jean-Marc Ayrault s’est invité sur France 2. La mine soucieuse, le premier ministre avoue sa colère. «C’est pour les Français que je suis profondément meurtri, dit-il. Tous ceux qui ont fréquenté Jérôme Cahuzac ont le sentiment d’une faute grave.» «Une grave faute morale», assène-t-il. Le premier ministre dit qu’il n’accordera pas de pardon – «Je n’en ai pas la responsabilité.» Il demande à son ancien ministre «de ne plus exercer de fonctions politiques». Et rappelle l’indépendance de la justice, la nécessaire indépendance de la presse.

Dans l’après-midi, les ministres ont dit leur stupéfaction. «Je suis tombé de ma chaise, pour ne pas dire de l’armoire, déclare Arnaud Montebourg, en visite à Marseille. Je suis submergé par la tristesse et la colère. M. Cahuzac n’avait pas le droit de faire cela. Cela porte un coup très dur à la parole politique » Dominique Bertinotti (Ministre de la famille) avoue sa « stupéfaction ». Aurélie Filippetti (Ministre de la culture) se dit « flouée ».

Cahuzac et Hollande

Cahuzac et Hollande

Questions sur le pouvoir

Ces réactions, jusqu’à l’Élysée qui publie en fin d’après-midi un communiqué lapidaire [1], sont à proportion de l’ampleur du séisme. Pour la première fois, « un ministre du budget démissionne pour fraude fiscale », note le centriste Jean-Christophe Lagarde. Pire : après les révélations de Mediapart, pendant trois mois et demi, Jérôme Cahuzac a menti à ses collègues députés, à François Hollande et Jean-Marc Ayrault, «les yeux dans les yeux».

Il y a quelques semaines encore, après le vrai-faux scoop de la note suisse de Bercy censée blanchir Cahuzac, le président de l’Assemblée nationale, Claude Bartolone, avait même demandé «à Mediapart d’arrêter». Ce mardi, sa réaction est cinglante. «La parole prononcée dans l’hémicycle est sacrée. Au-delà de ma consternation et de ma colère, avoir menti devant la représentation nationale est impardonnable.»

Mais déjà, d’autres questions se posent. Comment Jérôme Cahuzac, détenteur d’un compte en Suisse, a-t-il pu être nommé président de la commission des finances en 2010, alors que le titulaire de cette prestigieuse fonction est un des seuls hommes en France à pouvoir accéder aux informations fiscales de tout citoyen? Comment, deux ans plus tard, s’est-il retrouvé ministre du budget, avec pour mission la lutte contre la fraude fiscale, alors que certains avaient discrètement déconseillé à François Hollande de faire appel à lui? «Il y a eu mensonge», a affirmé Ayrault sur France 2, assurant que «tous les patrimoines du gouvernement, la situation fiscale des membres du gouvernement» avaient été vérifiés.

Et puis, que savait le chef de l’État? À Noël, les rumeurs d’un remaniement couraient.  Cahuzac ne passera pas les fêtes», entendait-on. Coïncidence? C’est justement à cette époque, selon le Canard enchaîné de la semaine dernière, que François Hollande aurait reçu une note de l’intérieur assurant que l’enregistrement publié par Mediapart était bien authentique et que la voix était «proche» de celle du ministre. Qu’a fait le chef de l’État de cette information ? «Ce sont des allégations irréalistes, sans aucun élément pour les étayer», balaie David Assouline, le porte-parole du PS. Dès ce mardi après-midi, dans un entretien express à Mediapart, le secrétaire national d’EELV [Europe écologie Les Verts, qui formation qui a des ministres dans le gouvernement Ayrault], Pascal Durand, se disait plutôt  en droit de nous interroger sur la manière dont l’intérêt général est géré dans ce pays».

Et que penser de l’enquête parallèle de Bercy, demandée par Pierre Moscovici [2] pour que «la Suisse blanchisse Cahuzac» (dixit le Journal du Dimanche)? David Assouline élude la question, conscient qu’un porte-parole du PS actuel ne peut s’exprimer avant l’exécutif: «Je ne commente pas les propos des uns et des autres.» Lors du bureau national, consigne a été passée d’éviter de parler d’affaire d’État. Mais à droite, beaucoup se gaussent de la «République exemplaire» de François Hollande et demandent une commission d’enquête pour faire la lumière sur ce que savait l’Élysée.

Le coup porté est aussi symbolique. Cahuzac, c’était l’homme de la rigueur. Celui qui, dans de rudes tête-à-tête, imposait à ses collègues du gouvernement les restrictions budgétaires. Il était aussi celui qui symbolisait un réalignement idéologique du PS au pouvoir, glissant vers le centre. Celui qui était mis en avant, pour débattre avec Jean-Luc Mélenchon (Parti de Gauche), lors de la rentrée de janvier.

«J’ai qu’une envie, c’est de me barrer »

Sur LCI (TV), c’est un membre du bureau national du PS au bord des larmes, Gérard Filoche, qui a le mieux exprimé sa colère et son désarroi de militant: «Le ministre du budget chargé de traquer la fraude fiscale ne le faisait pas, et on va chercher dans les allocations familiales et les petites retraites? Mais de qui se moque-t-on ? Je suis socialiste, mais je peux pas tolérer ça ! (…) Y en a assez ! »

«Il faut qu’on se souvienne d’où l’on vient, nous, la gauche, dit en écho sur BFM TV la Ministre Aurélie Filippetti, qui est aussi fille d’ouvriers. Ceux qui nous ont élus, ce sont les gens qui travaillent, qui gagnent le Smic.»

Cahuzac, c’est aussi un ancien compagnon de route de Dominique Strauss-Kahn, rallié à François Hollande après l’affaire du Sofitel [de DSK à New-York], dont on découvre aujourd’hui les liens fructueux qu’il a noués avec les laboratoires pharmaceutiques. C’est aussi une «défense» médiatique assurée (comme pour DSK) par le cabinet Euro-RSCG (désormais Havas Worldwilde), spécialiste en communication de crise et en allumage de contre-feux… «Nous sommes ici confrontés au cumul de tout ce que nous devons et tout ce que nous devrions détester en politique quand on est de gauche : le fric, l’arrogance et le mensonge», résume Pierre Laurent (PCF). Le NPA (Nouveau Parti anti-capitaliste) évoque plus crûment encore  la crise d’un régime». Et Jean-Luc Mélenchon fustige «un monde de menteurs, de fuyards du fisc et de cyniques».

Le coup est évidemment politique. Il assombrit un peu plus le ciel d’un gouvernement où ministres et équipes de conseillers ont le blues, dix mois à peine après l’alternance. Dont le premier ministre, effacé et marginalisé, vient de remanier sa communication pour exister un peu. Où peu de ministres émergent, quand ils ne sont pas englués (Peillon avec l’école, Lebranchu et sa loi de décentralisation, Sapin et les chômeurs qui affluent à Pôle emploi). «C’est la bérézina un peu partout dans ce gouvernement.» Beaucoup de conseillers quittent les cabinets. D’autres y songent. Le conseiller d’un ministre important confie : « J’ai qu’une envie, c’est de me barrer. C’est plus possible de rester, là… » Déjà, les Vallini, Rebsamen ou Rousset, candidats à des portefeuilles ministériels, ne montrent-ils pas le bout du nez, guettant un remaniement ?

Quant aux députés, c’est peu dire qu’ils ont le blues. Mardi, le patron des députés PS a fait la leçon à ses ouailles : la semaine dernière, les députés socialistes n’étaient pas assez présents dans l’hémicycle. Certains votes ont été acquis de justesse. Un signe qui ne trompe pas. Mariage homo, fiscalité, cumul des mandats, institutions…

« C’est toujours pareil, un pas en avant, un pas en arrière, comme Hollande faisait déjà quand il était au PS », dit un député. Sa gauche en veut à Hollande parce qu’il n’est pas assez de gauche. La droite en veut à ce président dont elle ne revient toujours pas qu’il ait été élu. À vouloir ménager tout le monde, Hollande les mécontente tous.

« Et pendant ce temps, Le Pen engrange… », se lamentait un conseiller en fin de semaine dernière. Beaucoup craignent que l’aveu de Jérôme Cahuzac ne vienne gonfler un peu plus le matelas de voix de l’extrême droite. « C’est un discrédit pour la classe politique dans son ensemble », s’inquiète l’UMP Philippe Gosselin. « Ça va alimenter une forme de radicalité, l’abstention, le rejet des politiques », renchérit le PS Alexis Bachelay.

Proche de Benoît Hamon, Guillaume Balas craint que la «trahison» n’ouvre  «une séquence extrêmement dangereuse, qui va encore encourager les populismes». De son côté, un secrétaire national socialiste se remémore une récente leçon d’histoire d’Alain Bergounioux, historien organique du PS, au bureau national : «Il nous a dit que la situation ressemblait à 1992, entre le climat des affaires et la gauche qui patine sur l’économie et le social… Ça a mal fini pour nous…».

[1] Communiqué de presse de l’Elysée- Mardi 2 Avril 2013

«Le président de la République prend acte avec grande sévérité des  aveux de Jérôme CAHUZAC devant les juges d’instruction concernant la  détention d’un compte bancaire à l’étranger. C’est désormais à la  Justice d’en tirer les conséquences en toute indépendance. En  niant l’existence de ce compte devant les plus hautes autorités du pays  ainsi que devant  la représentation nationale, il a commis une  impardonnable faute morale. Pour un responsable politique, deux vertus  s’imposent : l’exemplarité et la vérité.» En substance, sur les chaînes télévisées, le «socialiste» François Hollande, a répété le 3 avril 2013, à 13h, le même message…avant de partir, ce même 3 avril, au Maroc, avec 70 chefs d’entreprises, pour faire de ce pays une sorte de hub – à bas salaire – pour l’exportation française vers le continent africain, en concurrence avec l’Etat espagnol. (A l’Encontre)

[2] Le Journal du Dimanche du 10 février 2013 rapportait que Pierre Moscovici assure qu’un document transmis par les autorités helvètes confirme que Jérôme Cahuzac n’a pas détenu de compte dans ce pays entre 2006 et 2012. « Il n’y a aucune place au doute dans la réponse transmise par la Suisse », martèle l’entourage de M. Moscovici. Mais aucun média n’aura accès à ce fameux document. (A l’Encontre)

____

Cet article a été publié sur le site Mediapart, le 3 avril 2013. Le titre est de la rédaction de A l’Encontre.

 

Deux vidéos qui en disent plus que certains commentaires

 

 

Vous pouvez écrire un commentaire, ou utiliser un rétrolien depuis votre site.

Ecrire un commentaire





Qui sont les électeurs derrière le vote record en faveur du Front national au second tour de la présidentielle? La carte des scores du parti de Marine Le Pen en recouvre une autre, qui n’est pas celle de l’immigration. En cinq minutes, Ludovic, Stéphane et Xavier délivrent quelques clés d'analyse et de compréhension. Car «diaboliser ce vote ne le fait pas baisser», expliquent les trois vidéastes du collectif Osons Causer.

Recent Comments

Le site alencontre.org existe depuis plus de 12 ans. Il vient de changer d’aspect. De manière significative. Mais il n’a pas modifié ses objectifs : informer, analyser, afin de faciliter une compréhension des réalités économiques, sociales, politiques à l’échelle internationale. Dans ce sens, ce site valorise la liaison qui peut s’établir entre comprendre et agir, dans une perspective socialiste et démocratique. Ce «lifting» a été effectué pour répondre aux exigences d’un nombre croissant de lectrices et lecteurs. Nous espérons que celui-ci entrera en résonance avec les attentes des visiteurs de A l’Encontre et de La Brèche. Il leur appartiendra, aussi, de s’en approprier le contenu et de le commenter. Vous pouvez nous contacter sur redaction@alencontre.org