Etats-Unis. Le Comité national démocrate (CND) renonce à la lutte contre les combustibles fossiles

Par Jake Johnson

Le 18 août, mardi soir, les écologistes ont crié leur indignation. On venait d’apprendre que le Comité national démocrate avait subrepticement supprimé, de la dernière mouture de la plateforme du parti démocrate, un amendement prévoyant la suppression du subventionnement fédéral de l’industrie des combustibles fossiles. Cette vieille revendication des militant·e·s pour la protection du climat, que Joe Biden et Kamala Harris avaient tous deux soutenue au cours de la primaire.

Alexander Kaufman, du HuffPost, a rappelé mardi 18 août que «le 27 juillet, des responsables du parti avaient ajouté au Manager’s Mark, le grand cahier de revendications que le parti a adopté en bloc, un amendement qui disait: «Les démocrates soutiennent la suppression des allégements fiscaux et des subventions pour l’industrie des combustibles fossiles. Ils s’engageront pour la défense et l’extension des incitations fiscales en faveur de l’efficacité énergétique et de l’énergie propre.»

Toutefois, selon Kaufman, cet amendement a disparu de la version finale de sa plateforme, que le Parti démocrate a mise en circulation lundi 17 août. Un porte-parole du CND a déclaré au HuffPost que c’était par erreur que l’amendement avait été «inclus dans la plateforme du parti» et qu’il en avait donc été retiré «après la découverte de l’erreur».

Annie Leonard, directrice exécutive de Greenpeace Etats-Unis, a dénoncé comme «immorale, criminelle, inexcusable» la décision de renoncer à éliminer les subventions aux combustibles fossiles.

«Notre monde se rapproche du point de bascule concernant le changement climatique. Les incendies et les conditions météorologiques extrêmes tuent une quantité de gens et dévastent l’économie, et le CND ne peut même pas accepter d’en terminer avec des subventions publiques qui aggravent cette situation?» a tweeté Annie Leonard.

S’adressant au HuffPost, Collin Rees, responsable du mouvement «Oil Change US» [1], a qualifié la décision du CND de «ridicule». «Mettre fin au subventionnement des énergies fossiles est une position de bon sens, Joe Biden et Kamala Harris, l’ont soutenue», a déclaré Rees. «Le CND devrait immédiatement inclure cette attente dans la plateforme.»

Ce renoncement marque un recul par rapport à la plateforme de 2016 du Parti démocrate – il soutenait alors la fin des allégements fiscaux et des subventions pour les entreprises de combustibles fossiles – alors même que des analystes soutiennent que donner l’argent des contribuables à une industrie en déclin a moins de sens que jamais.

Dans sa newsletter, HEATED, Emily Atkin souligne qu’«actuellement, les contribuables paient au moins 20 milliards de dollars par an de soutien à l’industrie des combustibles fossiles; encore que, selon le mode de calcul appliqué, le montant de ce soutien pourrait s’élever à 649 milliards de dollars».

Ainsi que Donald Shaw, de Sludge, l’a rappelé mardi 18 août, le changement de position du CND concernant les subventions aux combustibles fossiles est dans la ligne de son approbation, en août 2018, d’«une résolution de son président, Tom Perez, qui annulait l’interdiction faite jusqu’alors au CND d’accepter des contributions des lobbies des combustibles fossiles».

«Peu de temps après, les dons des dirigeants de ces firmes ont commencé à remplir les coffres du CND», observe Donald Shaw. «En août 2019, Sludge a rapporté que le CND avait reçu au moins 60’750 dollars de propriétaires et de dirigeants de telles sociétés, notamment Krumme Oil, Duke Energy et Southern Petroleum Resources. Ce chiffre a très certainement considérablement augmenté depuis lors.»

Stephanie Taylor, co-fondatrice du Progressive Change Campaign Committee (Comité de campagne pour le changement progressif), a déclaré: «que l’élite du Parti démocrate change sa position concernant les subventions aux combustibles fossiles et cède aux gros donateurs est un scandale».

«Nous vivons l’urgence climatique», a ajouté Stephanie Taylor, «et il est impensable de dépenser (encore plus) de milliards de dollars réunis par l’argent des contribuables pour soutenir une industrie qui nous tue». (Article publié sur le site Common Dreams en date du 19 août 2020; traduction rédaction A l’Encontre)

_____

[1] Oil Change US, mouvement étasunien pour lequel «la démocratie est en danger» et qui «lutte pour la protéger». «L’argent de l’énergie sale inonde notre classe politique alors que l’élévation du niveau des océans inonde nos côtes. Ensemble nous protégerons notre peuple et le climat. Oil Change croit au pouvoir du peuple. Ensemble nous nous libérerons de l’argent des combustibles fossiles, nous les conserverons dans nos sols et nous bâtirons le soutien politique nécessaire à la lutte pour le climat.» (Réd.)

2 Commentaires

  1. L’engagementd’A.O.C. (cf photo) consiste à ne pas accepter de contributions des firmes liées au pétrole, au gaz, au charbon … pour financer sa campagne, j’imagine, vu la date. Autre chose est la décision du comité national démocrate de financer en cas de victoire ces mêmes secteurs industriels, et en même temps d’accepter les contributions de ces secteurs à la campagne démocrate. Mais de la part du parti démocrate, on pouvait s’y attendre, non ?

    • Certes, le programme de 2020 du Parti démocrate diffère de la déclaration d’AOC datant de 2018. Le problème reste le suivant. Dans les commissions d’élaboration du programme, le courant d’AOC a été intégré, comme celui de Sanders, et le résultat final est celui ratifié par le CND, un mécanisme qui n’est pas nouveau dans l’histoire du Parti démocrate.

Répondre à Pierre PETIT Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*