mardi
12
novembre 2019

A l'encontre

La Brèche

Venezuela. Prises de position sur une crise aiguë (I)

Publié par Alencontre le 27 - janvier - 2019

Où se dirige le Venezuela? Quelles sorties sont souhaitables? Nueva Sociedad a demandé l’avis d’éminents intellectuels et analystes ayant des visions différentes d’une situation complexe, incertaine et en plein développement. Ils apportent des éléments pour mieux comprendre les différents aspects de la crise multiforme que traverse le pays, presque 20 ans après la révolution bolivarienne menée par Hugo Chávez [élection le 6 décembre 1998, prédécesseur Rafael Caldera déjà président entre 1969 et 1974 suite au dictateur Marcos Perez Jimenez, puis réélu en 1993, il amnistiera les auteurs du putsch manqué de 1992 et sera prisonnier de la politique du FMI – Réd.].

Sommes-nous face à un pas en avant de l’opposition ou, à nouveau, pas dans une initiative sans résultat de l’opposition anti-Maduro?

L’investiture de Juan Guaidó [1], en tant que «président en exercice» donne un nouvel élan à la crise que connaît le Venezuela depuis 2013. Dans un contexte d’hyperinflation et de difficultés quotidiennes croissantes, et après sa défaite électorale en 2017 [alors qu’elle avait gagné une majorité lors des élections à l’AN], l’opposition cherche à écarter Nicolás Maduro avec plus de soutien international et dans un contexte d’érosion accrue de la popularité du président.

Les jours prochains indiqueront s’il s’agit d’un «putsch» ou si cette fois-ci l’opposition [fragmentée, divisée], avec une nouvelle direction, parviendra réellement à imposer des élections anticipées. Les interrogations peuvent être énumérées de la sorte: s’agit-il en perspective d’une décision unilatérale du secteur le plus radical de l’opposition – qui a le soutien des secteurs politiques américains [les informations sur les conversations entre le cercle restreint de Guaido et les services américains sont très largement convergentes]; ou d’un consensus entre les principaux partis d’opposition [les relations existent aussi entre l’AD et le PSUV militarisé, clientélisé et intégré structurellement à une partie de l’appareil d’Etat] ? A cela s’ajoute une interrogation : les forces armées sont-elles fracturées, non pas à la marge mais plus centralement, comme l’Assemblée nationale cherche à l’obtenir, ou vont-elles s’aligner avec le gouvernement et l’appareil étatico-militaire du PSUV et du gouvernement Maduro ? (Présentation par Nueva Sociedad, précisions par Réd. A l’Encontre)

***

Juan Tokatlian (professeur à l’Universidad Di Tella, Buenos Aires)

Sortie négociée. La meilleure alternative à la crise massive du Venezuela est celle qui combine une solution politique, juridique et éthique, solide et durable. À mon avis, c’est la seule option sans effusion de sang. Et cela implique un ensemble d’éléments interdépendants: un véritable dialogue politique, un accord exécutoire et un appel à de nouvelles élections.

Cela dit, le moment présent indique-t-il les conditions d’une telle issue? La réponse ne semble pas très positive. Toute solution négociée – et c’est l’hypothèse sous-jacente à ce qui précède – est fondée sur ce que les experts appellent une «impasse douloureuse», dans laquelle aucune des parties ne peut réussir et en même temps n’accepte de céder. Ensuite, le sentiment (ou la conviction) s’installe que le conflit entre les parties ne conduit à nulle part. Et à leur tour, les deux parties commencent à reconnaître que les coûts de la poursuite de l’affrontement l’emportent sur les avantages hypothétiques d’un triomphe à la Pyrrhus. Il s’agit donc de savoir si le Venezuela s’approche ou non de cette «stagnation néfaste» et si les principaux acteurs internationaux liés, d’une manière ou d’une autre, à la crise dans laquelle le pays est plongé facilitent ou non cette impasse, qui pourrait se transformer en «impasse positive» si l’espace était ouvert pour une solution négociée. Je crains que les voix civiles et civilisées ne soient éclipsées par la tentation d’alternatives militaristes de toutes sortes. Il me semble donc qu’il est temps de délégitimer sérieusement cette éventualité. Et je me demande quels acteurs nationaux et extérieurs en ont la volonté et la capacité.

Qu’en est-il de l’Amérique latine? La situation désastreuse au Venezuela est essentiellement le fait des nationaux eux-mêmes. Il ne fait aucun doute qu’il y a eu des facteurs externes – par exemple, le rôle des États-Unis – qui ont contribué à aggraver ce qui s’est passé au Venezuela, mais ils étaient essentiellement internes. Or, la tragédie vénézuélienne exprime aussi l’incapacité et l’inexpérience des «acteurs politiques» de l’Amérique latine à fournir, depuis des années, des formules crédibles et efficaces pour surmonter les différentes étapes qui ont jalonné l’histoire du drame du Venezuela.

Le rôle de l’Organisation des États américains (OEA) et, plus explicitement, de son Secrétaire général, Luis Almagro [Uruguayen, membre du Frente Amplio et durant des années membre de l’aile gauche du Frente Amplio, le Mouvement de partication populaire-MPP – Réd.], est regrettable. La Communauté des États d’Amérique latine et des Caraïbes (CELAC) s’est détournée et a pris ses distances par rapport à ce qui se passait au Venezuela. L’Union des nations de l’Amérique du Sud (Unasur) s’est manifestée inconséquente, puis, avec la nouvelle vague néolibérale dans la région, six pays se sont chargés d’enterrer tout projet. Il y a quelques jours, le Président colombien Ivan Duque [qui a succédé à Juan Manuel Santos et adopte la ligne d’Uribe], accompagné du Chili, a proposé de créer Prosur pour remplacer Unasur, sans autre objectif que d’encercler et d’isoler davantage le Venezuela. Le Marché commun du Sud (Mercosur) a laissé de côté le Venezuela et a ensuite estimé qu’il ne devrait rien faire de plus. L’Alliance du Pacifique (AP) n’a jamais rien fait à ce sujet. Les membres de l’Alliance bolivarienne pour les peuples de notre Amérique (ALBA) se sont comportés de manière insignifiante afin d’aider l’un des leurs à trouver des solutions politiques et de réconciliation sociale [Alliance bolivarienne créée en 2004 à La Havane par Chavez et Castro, réunissait initialement la Bolivie, le Nicaragua, la Dominique, Antigua-et-Barbuda, l’Equateur, Saint-Vincent-et-les Grenadines, Sante-Lucie, Saint-Christophe-et-Niévès et la Grenade, cela dans l’ordre d’adhésion – Réd.].

Oui, la crise vénézuélienne est un produit des Vénézuéliens, mais dans un sens plus profond, elle reflète la myopie diplomatique de la région. Notre fragmentation – aujourd’hui exacerbée par de multiples facteurs – nous rend plus insignifiants et dépendants soit d’une puissance en déclin comme les États-Unis, soit d’une puissance économique montante comme la Chine [y compris dans la dernière période, de la Russie sur le plan de l’armement et des déclarations diplomatiques].

***

Anais López (sociologue et chercheuse féministe, Caracas)

Une situation qui échappe au peuple. Actuellement, la situation au Venezuela est extrêmement compliquée. Enfin, elle semble sur le point de mettre fin à la profonde crise politique, économique et sociale qu’elle traverse depuis 2013. Après plusieurs tentatives infructueuses de dialogue, de recherche d’une solution négociée, démocratique et électorale, le Venezuela est confronté à une nouvelle vague de radicalisation politique: le principal dirigeant de l’opposition, le président de l’Assemblée nationale Juan Guaidó, du parti Voluntad Popular de Leopoldo López [responsable national qui a été empêché de se présenter à une fonction publique suite à des accusations de corruption liée à PVDSA, accusations condamnées à deux reprises par la Cour constitutionnelle interamércaine des droits de l’homme, aujourd’hui assigné à résidence – Réd.], a décidé de se joindre aux États-Unis pour écarter Nicolás Maduro du pouvoir par la coercition et la force. Il est incontestable que c’est la coordination des événements entre le gouvernement américain et les dirigeants actuels de l’opposition qui a abouti à la reconnaissance de Guaidó comme président légitime, avec les implications en termes de tensions militaires qui en découlent. Le gouvernement, pour sa part, a donné 72 heures au personnel accrédité de l’ambassade des États-Unis pour quitter le pays.

L’opposition la plus modérée et de gauche émet des réserves quant à l’acte d’autoproclamation de Guaidó le 23 janvier – date emblématique du renouveau démocratique de 1958 [chute du dictateur Marcos Perez Jimenez] –, autoproclamation qui s’est déroulée avec l’appui de manifestations massives [y compris de secteurs paupérisés] parmi les plus importantes de ces vingt dernières années dans la ville de Caracas [qui au sens étroit réunit 2 millions, mais qui, en incluant les secteurs dits périphériques, intègre une population bien plus grande, mais échappant à tout relevé statistique étant donné la structure même du tissu urbain – Réd.]. Pour sa part, le gouvernement doit faire face au dilemme face à ce qu’il faut faire avec le nouveau «président», reconnu par plusieurs pays. Maduro a déclaré le 25 janvier qu’il laissait l’affaire entre les mains de la justice, et la «justice», à son tour, qu’elle laissait l’affaire de «la double présidence» aux mains du Ministère des relations intérieures, de la justice et de la paix [tenu par Nestor Reverol, major de la Garde nationale du Venezuela et ex-directeur du Bureau national anti-drogue; de même que vice-ministre de la sécurité citoyenne – Réd.].

La grande incertitude réside fondamentalement dans ce que feront les cercles militaires, dans leur position et, surtout, dans le type de coordination entre l’autoproclamation de Guaidó et les États-Unis, même sur les questions militaires. Dans la matinée du 24 janvier, le ministre de la Défense, Vladimir Padrino López, s’est entretenu avec le haut commandement militaire [en uniforme de parade] pour exprimer son soutien au gouvernement de Maduro et a appelé au dialogue et à la négociation, avec la certitude que tout ce qui se passe est la conséquence d’un complot de l’extrême droite [le personnage que structure, actuellement, les relations PSUV-gouvernement-armée reste Diosdado Cabello – Réd.].

La vérité est que la situation se détériore rapidement et que les coûts de la crise politique continuent d’être supportés par les travailleurs et travailleuses, étouffés par l’hyperinflation, par l’absence de services publics et l’émigration massive [plus de 3 millions], autant de problèmes que le gouvernement ne reconnaît ni ne traite correctement.

De plus, les manifestations nocturnes dans les quartiers populaires de Caracas et dans le reste du pays depuis le lundi 21 annoncent une escalade du conflit social, à laquelle s’ajoute la menace d’une intervention directe de la première puissance militaire mondiale sur un pays dont les capacités sont profondément réduites. Les prochaines 48 heures seront décisives, les Etats-Unis ayant déclaré qu’ils ne retireraient pas leurs diplomates du pays malgré l’expulsion de Maduro. Que feront dès lors les forces armées avec un casus belli à leurs portes?

Quoi qu’il arrive, le bilan le plus regrettable est que l’avenir proche n’est plus entre les mains du peuple vénézuélien, mais de facteurs externes et, bien sûr, de la volonté ou non du gouvernement Maduro d’avancer dans un dialogue crédible pour résoudre cette situation dangereuse de manière pacifique et démocratique, à court terme. (Publié par Nueva Sociedad, le 25 janvier 2019; traduction A l’Encontre)

_____

[1] Juan Guaido est né en 1983 dans une famille nombreuse à La Guaira, capitale de l’Etat de Vargas, cette ville se situe au nord-ouest de Caracas. Cette ville a subi un désastre «naturel» marqué par des glissements de terrain et des inondations le 15 décembre 1999, suite à des pluies massives et à une gestion du territoire et de son habitat on ne peut plus chaotique.

Il s’est autoproclamé président par intérim le mercredi 23 janvier 2019. A noter ce que les médias la plupart du temps taisent, parmi les conseillers de Juan Guaido, on trouve le père de ce dernier, Wilmer Sixto Guaido Vidarte. Celui-ci, pilote d’avion, a épousé Esther Pumeda, hôtesse de l’air dans la compagnie Aerovias Venezolanas, avec laquelle il eut deux enfants, Marla Valentina et Gabrielle. De son premier mariage avec Norka Marquez, il eut deux enfants, Gustavo et Juan. La presse parle d’un «politique sorti de nulle part». Or, non seulement il était président de l’Assemblée nationale dès le 5 janvier 2019, une Assemblée nationale qui ne disposait d’aucun pouvoir alors que l’opposition était majoritaire, car la direction maduriste avait mis en place l’Assemblée nationale constitutante qui gommait tout pouvoir à l’AN. Juan Guaido, très jeune, s’intéressa à la politique. Il avait des relations étroites avec son père qui avait déménagé dans les îles Canaries, autrement dit Tenerife. Le père était opposé à l’expérience chaviste et soutenu son fils. Juan a adhéré à l’organisation de droit Voluntad Popular (Volonté populaire), qui, malgré ses caractéristiques, était membre de la IIe Internationale socialiste. Cela au même titre que l’Action démocratique qui avait été le tremplin de la carrière de Carlos Andres Perez (1922-2010). Ce dernier eut «l’honneur» de présider de 1974 à 1979 et 1989 à 1993, comme politicien de l’Action démocratique créée par Romulo Betancourt. CA Perez fut un proche de Betancourt et, très intégré dans la gestion de la rente pétrolière, il établit des relations avec les Etats-Unis et leurs entreprises du secteur pétroler et gazier. Pour rappel, il fut aussi favorable à la politique de mise sous contrôle complet par les Etats-Unis du Panama. Pour compléter le tableau d’honner médaillé, quasi soviétique, il fut président de la IIe Internationale et proche alors du «socialiste» helvétique Jean Ziegler. Il dut rendre les armes en 1994, accusé de diverses opérations importantes de corruption. Ce qui ne l’empêcha pas d’être nommé sénateur en 1998, puis la pression se faisant plus forte, il déménagea en République dominicaine et, par sécurité, se réfugia aux Etats-Unis où il décéda en 2010 à Miami en Floride, un haut lieu rassemblant les rangs de la contre-révolution latino-américaine, en particulier cubaine et centro-américaine. (C.-A. Udry, réd A l’Encontre)

Vous pouvez écrire un commentaire, ou utiliser un rétrolien depuis votre site.

Ecrire un commentaire




Recent Comments

Le site alencontre.org existe depuis plus de 12 ans. Il vient de changer d’aspect. De manière significative. Mais il n’a pas modifié ses objectifs : informer, analyser, afin de faciliter une compréhension des réalités économiques, sociales, politiques à l’échelle internationale. Dans ce sens, ce site valorise la liaison qui peut s’établir entre comprendre et agir, dans une perspective socialiste et démocratique. Ce «lifting» a été effectué pour répondre aux exigences d’un nombre croissant de lectrices et lecteurs. Nous espérons que celui-ci entrera en résonance avec les attentes des visiteurs de A l’Encontre et de La Brèche. Il leur appartiendra, aussi, de s’en approprier le contenu et de le commenter. Vous pouvez nous contacter sur redaction@alencontre.org