mercredi
12
décembre 2018

A l'encontre

La Brèche

Alberto Acosta. «Notre section syndicale est attentive à faire
tout ce qu’il faut pour défendre notre travail et nos familles»,
a-t-il écrit peu de temps avant qu’il ne soit tué

Par Daniel Gatti et Fabian Kovacik

Le meurtre de la Hondurienne Berta Cáceres est l’un des plus emblématiques en Amérique latine ces dernières années. Son militantisme contre un barrage lui a coûté la vie. Un récent rapport d’expert indique qu’elle a été tuée à la demande de la société propriétaire de la centrale hydroélectrique. Peut-être est-ce parce qu’il s’est déroulé dans une ville, l’une des plus peuplées d’Amérique latine, que le meurtre de Marielle Franco a déplacé et mobilisé tant de gens, à l’intérieur et à l’extérieur du Brésil. Peut-être est-ce parce que la victime a réussi à échapper à l’anonymat de la pauvreté (voir à ce propos les articles publiés sur ce site).

La vérité est que des centaines de militants et de leaders sociaux sont assassinés chaque année en Amérique latine, mais dans un silence presque total et de plus en plus. En 2017, 212 militants sociaux et des droits de l’homme ont été tués en Amérique latine, soit 68% du total mondial, selon l’ONG Front Line Defenders. Ceux et celles qui meurent en défendant le droit à la terre, à l’eau potable, à la protection de la nature, à leur culture, au travail, à l’existence sans violence ni discrimination ne peuvent s’attendre à ce que justice soit faite. La plupart du temps, leurs assassins restent impunis.

*****

Alberto Acosta. Un Colombien chevelu (Daniel Gatti)

En 2017, 312 leaders sociaux et militants des droits de l’homme ont été tués dans le monde entier. Beaucoup plus de la moitié, 212, ont été exécutés en Amérique latine, et la Colombie et le Brésil ont été les deux pays qui ont enregistré le plus grand nombre de décès. En Colombie, selon un rapport de l’association Front Line Defenders, citant des chiffres de l’ONU, 105 leaders sociaux et défenseurs des droits humains ont été tués l’année dernière. Cinquante-neuf pour cent des meurtres ont été commis par des «tueurs à gages» et la grande majorité d’entre eux n’ont pas été arrêtés ou inculpés pour les crimes attribués aux «bandes criminelles» et aux organisations paramilitaires.

Parmi les leaders sociaux criblés de balles en Colombie, on trouve de nombreux syndicalistes, dont beaucoup appartiennent à des syndicats ruraux, comme le Sindicato Nacional de Trabajadores de la Industria Agropecuaria (SINTRAINAGRO), qui regroupe des coupeurs de canne à sucre, des travailleurs du secteur de la banane et des travailleurs ouvriers agricoles employés pour la culture du palmier à huile.

Alberto Román Acosta était président de la branche Guacari de SINTRAINAGRO, dans la zone sucrière de la Valle del Cauca (sud-ouest du pays). Le 1er juillet, il regardait un match de football dans lequel son fils jouait lorsque deux tueurs à gages, sur une moto, l’ont approché, par-derrière, et lui ont tiré dessus à plusieurs reprises. Acosta dénonçait depuis des mois l’impuissance des syndicalistes ruraux en Colombie. Environ 750 membres de SINTRAINAGRO ont été tués au cours des dernières décennies. «Ils nous massacrent et personne ne nous défend», disait Acosta. Pendant un certain temps, une protection spéciale a été attribuée, mais le gouvernement de Juan Manuel Santos (en place depuis 2010) les a désengagés lorsque le processus de paix avec les FARC a commencé à se consolider. «Ils ne sont plus en danger», ont déclaré des membres du gouvernement. Mais peu avant l’assassinat d’Acosta, le Bureau du Médiateur avait publié un rapport niant cette information: entre le 1er janvier 2016 et le 1er mars 2017, selon ce document, 156 défenseurs des droits de l’homme et dirigeants sociaux ont été exécutés en Colombie, en particulier dans la région de Valle del Cauca.

Acosta était «très préoccupé» par les politiques de libéralisation du commerce du gouvernement Santos. «Ils remettent la production nationale aux sociétés transnationales», a-t-il dit, dénonçant les accords de libre-échange que les gouvernements colombiens (celui-ci et les précédents) ont multiplié ces dernières années. «Depuis les champs où la canne à sucre est coupée pour la traiter et ainsi produire le sucre avec lequel nous sucrons notre café, nous sommes aujourd’hui préoccupés par la baisse des droits de douane et des amendes imposées aux moulins à canne par la Surintendance de l’industrie et du commerce. C’est pourquoi, lorsque nous parlons à nos collègues de la campagne, nous sommes préoccupés par la possibilité de la fermeture des raffineries et de devenir chômeurs. Notre section syndicale est attentive à faire tout ce qu’il faut pour défendre notre travail et nos familles», a-t-il écrit sur le site Web de son syndicat peu de temps avant qu’il ne soit tué.

*****

Massar Ba, défenseur des droits des immigrants.
Un Africain à Buenos Aires (Fabian Kovacik)

Le lundi 7 mars 2016, à 5 heures du matin, Massar Ba a été retrouvé par le Service d’assistance médicale de la ville de Buenos Aires, couché sur la rue Mexico, saignant à mort. Quelques heures plus tard, après deux opérations pour tenter de lui sauver la vie, il est mort à l’hôpital.

Un des camarades immigrés de Massar Ba témoigne de son assassinat

Massar était sénégalais. Il est arrivé à Buenos Aires en 1995 – parmi les premiers ressortissants de ce pays africain – à la recherche d’une vie meilleure. Il avait obtenu un visa à Dakar et était parti un peu désorienté vers l’Argentine. A Buenos Aires, il a exercé diverses professions qui lui ont permis de se connecter avec le monde des immigrés et surtout avec ses compatriotes, dont les droits n’ont presque jamais été respectés. Il avait 12 ans d’avance sur la grande vague compatriote qui a fait des Sénégalais la plus grande minorité africaine de la capitale argentine.

Il a dirigé la Casa de Africa en Argentine, une organisation non gouvernementale qui se consacre à accueillir les immigrants africains arrivant dans le pays. En l’absence d’une représentation consulaire ou d’ambassade du Sénégal, Massar a servi de consul informel étant donné sa connaissance du droit argentin et pour ses contacts et sa présence permanente dans tout ce qui concerne la situation des Africains en général dans le pays durant les 21 ans qu’il a vécu dans la ville.

A partir de 2007, la présence de Massar a été fréquente dans les rues, manifestant avec ses compatriotes vendeurs ambulants. Cette année-là, Mauricio Macri a pris la tête du gouvernement de Buenos Aires et la violence institutionnelle contre les immigrants a augmenté. Les expulsions des familles des immeubles aux premières heures du matin, la détention des vendeurs ambulants la nuit avec confiscation arbitraire de toutes leurs marchandises étaient des pratiques courantes de l’Unité de contrôle de l’espace public (UCEP), une sorte de force de police créée dans la ville de Buenos Aires en 2008. Elle se consacrait exclusivement aux expulsions violentes pendant la nuit. Les 32 membres de l’UCEP et le chef du gouvernement lui-même, Mauricio Macri, ont été poursuivis pour ces opérations en 2010. Cependant, l’affaire a été classée sans suites quelques mois plus tard.

Les vendeurs de rue d’origine péruvienne, bolivienne, paraguayenne, sénégalaise et ivoirienne ont été les plus touchés par l’UCEP et la police métropolitaine, également créée fin 2008. «Je suis préoccupé par la méchanceté avec laquelle la police attaque mes compatriotes et les empêche d’avoir le droit de travailler», a déclaré Massar pendant les journées agitées de 2010, lorsque le gouvernement municipal macriste s’est vanté d’avoir libéré la capitale des vendeurs de rue et des vagabonds. Massar Ba s’était alors marié, avait une fille argentine et était déjà divorcé. Il n’a jamais perdu son hyperactivité à défendre ses compatriotes. Il a travaillé avec le Bureau du Médiateur, les organismes de défense des droits de l’homme et les associations de défense des droits des immigrants.

Son meurtre ne méritait ni la répudiation ni l’attention du gouvernement de la ville. Il est passé inaperçu par le pouvoir. Le procureur qui est intervenu dans cette affaire est Justo Rovira, un avocat qui a servi en tant qu’officier de renseignement civil pendant les années de la dictature militaire et pas moins que dans le redouté 601e Bataillon [bataillon dit d’intelligence 601, corps spécial de l’armée argentine créé avant le coup d’Etat de 1976, actif dans la «sale guerre» qui fit des milliers de morts]. Le juge en charge, Osvaldo Rappa, a décrit le cas comme une «mort douteuse», bien que les soins, l’opération et l’autopsie qui s’en est suivue ont révélé plus de 140 coups sur le corps de Massar, entraînant une hémorragie interne et la mort. L’Association des résidents sénégalais en Argentine (ARSA) affirme que le décès de Massar Ba est un cas de violence institutionnelle avec la participation directe de la police. Mais l’affaire dort encore au tribunal.

*****

Diana Sacayán, poignardée le 11 octobre 2015.
Ouvrir le chemin (Fabian Kovacic)

Elle a été tuée dans son appartement le 11 octobre 2015, et n’avait pas encore 40 ans. Diana Sacayán était une militante transgenre et défenseur des droits humains les plus fondamentaux, comme le droit de déterminer l’identité sexuelle et de défendre un travail décent.

Son affaire est actuellement jugée par le Tribunal de première instance 4 de la ville de Buenos Aires. Il s’agit du premier cas en Argentine de «transfémicide» et de «crime haineux» contre une femme transgenre.

Diana Sacayán

Au moment de sa mort, Sacayán travaillait à l’Institut national contre la discrimination, la xénophobie et le racisme (INADI) dans le cadre du programme sur la diversité sexuelle. Et l’histoire de Diana représente un croisement intéressant entre le sexe et l’ethnicité, car, en plus d’être une femme transgenre, elle était une descendante du peuple Diaguita [population autochtone originaire du nord du Chili]. Elle est née dans la province du nord de Tucumán et, à l’âge de 17 ans, elle a assumé son identité transgenre quand elle et sa famille ont déménagé dans le quartier [à majorité paubre] de La Matanza, au cœur du Grand Buenos Aires.

Elle commence son militantisme

Sa vie avec ses 15 frères et sœurs dans la jungle de béton n’a pas été facile. Elle a commencé à se prostituer pour survivre et, en raison de son identité sexuelle, elle s’est retrouvée en prison à plusieurs reprises. Cette expérience carcérale l’a rapprochée du Parti communiste (CP), où elle est devenue une militante active pour la défense des droits de l’homme à la fin des années 1990. Elle a quitté le PC en 2001 pour fonder le Movimiento Antidiscriminatorio de Liberación (MAL), où elle a travaillé comme défenseur des droits du mouvement trans et des peuples autochtones en Argentine et dans le reste de la région. En 2014, elle a été élue secrétaire suppléante de l’International Lesbian, Gay, Bisexual, Trans and Intersex Association (ILGA) lors de la conférence mondiale de l’organisation qui s’est tenue à Mexico du 27 au 31 octobre de la même année.

Elle est devenue journaliste en 2007 pour éditer El Teje, le premier magazine en Amérique latine écrit par des transgenres, en plus de participer en tant que chroniqueuse dans le supplément Soy du journal Página 12. Elle a été l’une des premières voix trans qui ont enrichi la presse argentine lorsque peu de gens se sont engagés en faveur de la diversité et de l’inclusion des options des minorités dans le débat social.

C’est à elle que l’on doit des lois telles que l’égalité du mariage, l’identité de genre et le quota d’emploi transgenre, toutes promulguées entre 2010 et 2015. La loi sur l’égalité du mariage adoptée en 2010 avait reçu de Néstor Kirchner, lorsqu’il était député, l’un de ses plus fervents appuis. Elle a été la première grande réalisation nationale de Diana. Lorsque la loi sur l’identité de genre a été adoptée en 2012, Diana a obtenu sa carte d’identité nationale auprès de la présidente Cristina Fernández. L’adoption de la loi sur le quota de travail trans dans la province de Buenos Aires en septembre 2015 a fait s’exclamer Sacayán: «C’est une dignité de genre; la prostitution ne peut pas être la voie de sortie pour notre groupe et cette visibilité est une étape importante pour tous», a-t-elle déclaré devant l’assemblée législative de Buenos Aires.

Avec acharnement

Le corps de Diana Sacayán a été retrouvé, dans son appartement dans le quartier de Flores à Buenos Aires, menotté et bâillonné, avec 13 coups de couteau et 14 autres blessures qui ont provoqué une hémorragie. Grâce à son document d’identité, le crime a pu être qualifié de féminicide par le juge d’instruction, Gustavo Pierretti, et soutenu par les procureurs Matías di Lello et Mariela Labozetta. «Il s’agit d’un crime haineux, commis sous l’emprise de la violence sexiste, avec perfidie et une haine de l’identité sexuelle», ont-ils dit. Avec ces trois qualificatifs, l’accusé Gabriel Marino pourrait être condamné à la prison à vie. Des caractéristiques similaires à cette affaire ont été identifiées dans 16 autres meurtres de personnes transgenres par leurs partenaires ou proxénètes dans la capitale et dans le Grand Buenos Aires, dont les affaires juridiques sont encore en cours de discussion sur la façon de les caractériser.

Trois ans après sa mort, le travail de Diana Sacayán continue les chemins de l’insertion de minorités sociales. Dans le procès pour son assassinat, l’INADI est le plaignant, de sorte que l’Etat est devenu partie prenante dans ce débat, qui est maintenant inévitable.

(A suivre; articles publiés sous forme de dossier dans l’hebdomadaire de Montevideo Brecha, en date du 28 mars 2018; traduction A l’Encontre)

Vous pouvez écrire un commentaire, ou utiliser un rétrolien depuis votre site.

Ecrire un commentaire




Le travail dans les entrepôts à l’heure de «l’économie numérique»

Entre votre livraison à domicile d’une commande passé à Amazon et les profits nets de Jeff Bezos, le patron d’Amazon, il y a un «problème». Le tout «fonctionne» sur la base d’une plate-forme qui organise une très nombreuse main-d’œuvre. «Elle» – ses fonctions sont conçues par la direction du groupe – intensifie et contrôle au plus près du travail des salarié·e·s; «elle» contribue à rendre les emplois plus précaires et instables.

Au cours de cette session du séminaire consacré au capitalisme, à Toronto (Canada), Alessandro Delfanti discute des changements à l’œuvre dans l’organisation du travail, de la composition de la classe salariée et de l'évolution des rapports de travail résultant des relations entre le capitalisme et la technologie. Il le fait sur la base d'une étude récente d’un entrepôt d’Amazon en Italie.

Alessandro Delfanti enseigne à l'Institut de Communication, Culture, Information et technologie à l'Université de Toronto. Il fut l'un des principaux membres fondateurs du réseau Log Out! Réseau de résistance des travailleurs et travailleuses à l'intérieur et contre l’économie des plates-formes. Son intervention est en langue anglaise. (Réd. A l’Encontre)

Recent Comments

Le site alencontre.org existe depuis plus de 12 ans. Il vient de changer d’aspect. De manière significative. Mais il n’a pas modifié ses objectifs : informer, analyser, afin de faciliter une compréhension des réalités économiques, sociales, politiques à l’échelle internationale. Dans ce sens, ce site valorise la liaison qui peut s’établir entre comprendre et agir, dans une perspective socialiste et démocratique. Ce «lifting» a été effectué pour répondre aux exigences d’un nombre croissant de lectrices et lecteurs. Nous espérons que celui-ci entrera en résonance avec les attentes des visiteurs de A l’Encontre et de La Brèche. Il leur appartiendra, aussi, de s’en approprier le contenu et de le commenter. Vous pouvez nous contacter sur redaction@alencontre.org