lundi
21
août 2017

A l'encontre

La Brèche

Syrie. Déluge de feu du régime et de la Russie pour briser Alep
Etat espagnol. Podemos: processus de fondation. Un parti monolithique, vertical et hiérarchique?
Contre la criminalisation des militant syndicaux
Trente ans après la Révolution russe
Suisse, 28 février. Pour le renvoi effectif… du trou alpin
Il y a 50 ans, le «Procès de Francfort»-Auschwitz
France. «Passeur solidaire»: «On me reproche même d’avoir aidé un enfant soudanais de 8 ans à retrouver sa famille»

Archives de l'année 2002

Le gouvernement Lula. Changer ou être changé?

Publié par Alencontre Le 26 - décembre - 2002

Par Charles-André Udry

Le 1er janvier 2003, Luiz Inacio Lula da Silva prendra officiellement sa fonction de président du Brésil. Depuis le début de l’automne 2002, aussi bien les institutions financières internationales (FMI, BM) que les secteurs bourgeois représentés par l’ex-président Fernando Henrique Cardoso (F.H.C.) ont mis en place un mécanisme visant à restreindre au maximum la «liberté d’action» d’un futur gouvernement du Brésil présidé par la figure emblématique du Parti des travailleurs (PT), Lula. Les principaux candidats à l’élection présidentielle se sont vu présenter un protocole d’accord avec le FMI; ils l’ont signé, y compris – ou surtout – Lula. Lire le reste de cet article »

Le gouvernement Lula: les espoirs et leur part d’ombre

Publié par Alencontre Le 17 - décembre - 2002

Mouvement pour le socialisme (MPS)

Depuis l’élection de Luiz Inacio «Lula» da Silva à la présidence du Brésil, de l’eau s’est déjà écoulée sous les arches prégouvernementales. Pour l’heure, il ne semble pas que l’impérialisme américain soit le principal ennemi du gouvernement en formation de Lula. Que la Maison-Blanche en fasse cas, c’est certain; Lula a d’ailleurs apprécié sa rencontre, le 10 décembre, avec Bush.

Mais, à l’heure actuelle, les forces impérialistes américaines, représentées par l’administration Bush, orientent prioritairement leur intervention politico-militaire, dans le continent sud-américain, en Colombie et au Venezuela. Lire le reste de cet article »

L’utilitarisme migratoire en question

Publié par Alencontre Le 11 - février - 2002

Par Alain Morice

Je vais surtout m’appuyer sur le cas français, parce c’est celui que je connais le mieux et que la France est un très vieux pays d’immigration, pratiquement le premier pays d’immigration dans l’histoire de l’industrialisation européenne. En outre, nous avons le «privilège» d’être le pays qui sert de phare à l’Union européenne en matière de politique répressive et xénophobe. Bien que la Suisse ne fasse pas partie de l’UE, elle est concernée par les évolutions actuelles en matière de «politique migratoire», entre guillemets, puisque j’expliquerai en quoi il ne s’agit pas de «politique». Lire le reste de cet article »


FIFA : comprendre le "système Blatter" en 5... par lemondefr

C’est une bombe que vient de lancer Der Spiegel. Dans un article intitulé «Le complot», l’hebdomadaire allemand dévoile un document qui relance le feuilleton «borgiesque» à la Fédération internationale de football (FIFA).

Ledit document est une proposition de contrat envoyée le 19 décembre 2014 par le cabinet d’avocats californien Quinn Emanuel (QE) au directeur juridique de la FIFA, Marco Villiger. Dans ce document, QE s’engage à défendre les intérêts de la Fédération contre le département d’Etat de la justice américaine.

Le contrat est signé le 5 janvier 2015 par le secrétaire général de l’organisation, Jérôme Valcke, et par son adjoint et directeur financier Markus Kattner, puis tamponné par M. Villiger.

La chronologie apparaît troublante dans la mesure où l’administration de la FIFA semble avoir été au courant de la menace exercée par les autorités américaines «142 jours» avant le fameux coup de filet du 27 mai 2015, à Zurich (Suisse). Ce jour-là, plusieurs dignitaires de l’instance planétaire avaient été interpellés pour corruption, fraude et blanchiment d’argent. Cette vague d’arrestations avait eu lieu deux jours avant la réélection du SuisseSepp Blatter, le 29 mai 2015, pour un cinquième mandat à la présidence de la FIFA.

«Un complot interne»

La tornade judiciaire avait finalement conduit le Valaisan à remettre son mandat à disposition, le 2 juin 2015. Sepp Blatter, dont la signature manque sur le contrat scellé avec QE, assure qu’il «n’était pas du tout au courant» de cet accord. Celui qui a été suspendu six ans pour un paiement de 2 millions de francs suisses (1,8 million d’euros) fait en 2011 à l’ancien président de l’Union des associations européennes de football (UEFA), Michel Platini – lui-même radié quatre ans – se dit victime d’un «complot interne». (Le Monde, 12 août 2017, à 12h44, à suivre sur le site de ce quotidien)

Recent Comments

Le site alencontre.org existe depuis plus de 12 ans. Il vient de changer d’aspect. De manière significative. Mais il n’a pas modifié ses objectifs : informer, analyser, afin de faciliter une compréhension des réalités économiques, sociales, politiques à l’échelle internationale. Dans ce sens, ce site valorise la liaison qui peut s’établir entre comprendre et agir, dans une perspective socialiste et démocratique. Ce «lifting» a été effectué pour répondre aux exigences d’un nombre croissant de lectrices et lecteurs. Nous espérons que celui-ci entrera en résonance avec les attentes des visiteurs de A l’Encontre et de La Brèche. Il leur appartiendra, aussi, de s’en approprier le contenu et de le commenter. Vous pouvez nous contacter sur redaction@alencontre.org