vendredi
22
septembre 2017

A l'encontre

La Brèche

abdPar Eliana Como

Abd El Salam Ahmed Eldanf, travailleur égyptien [53 ans, père de 5 enfants] et militant de l’Unione sindacale di base (USB)1, a été tué tandis qu’il faisait grève. Comme, en 1960, Lauro Farioli, Ovidio Franchi, Emilio Reverberi, Marino Serri et Afro Tondelli. Le camion qui l’a fauché, pour enfoncer le piquet de grève qui se tenait devant la GLS (General Logistics Systems2) de Plaisance, a remis à l’ordre du jour la triste comptabilité des travailleurs et travailleuses tués au cours d’une grève ou d’une manifestation syndicale. Un drame qui, en quelques instants, nous a fait remonter le temps et nous a fait comprendre combien nous sommes tous inadéquats. Car si dans ce pays on peut mourir pour cause de grève, cela signifie que le mouvement syndical dans son entier est inadéquat.

Cela ne nous a pourtant pas paralysés. Au contraire, le drame en question a induit une réaction de classe, à la fois inattendue et imprévisible. C’est encore insuffisant, il n’y a pas de doute, cela ne suffit pas à nous consoler et encore moins à nous réconforter, mais c’est tout de même un signal positif. La réaction immédiate et spontanée qui a pris forme dans nombre d’usines, à l’annonce de l’assassinat d’Abd El Salam, ne s’est pas limitée à l’indignation ou à la seule expression de la solidarité.

De nombreuses grèves ont été déclenchées spontanément. A la SAME de Treviglio le jour même, à la GKN le lendemain, puis à la Piaggio, à l’Oerlikon de Turin, à la Ferrari comme dans de nombreuses autres fabriques de Modène, telles que l’Electrolux, quelques établissements du groupe FAC, et ainsi de suite dans de si nombreuses entreprises que l’on ne peut toutes les mentionner. Aux grèves spontanées a succédé la grève sectorielle de la logistique, appelée par l’USB, avec blocus et piquets de grève devant un grand nombre d’établissements de la GLS. A cela ont succédé les piquets de grève de la confédération lombarde du syndicat FILT-CGIL3, suite à la mort d’un jeune travailleur de l’ILVA4 de Tarente [en Italie du Sud, dans les Pouilles], ainsi que les piquets de grève du syndicat unitaire des métallos. Des sections entières de la CGIL, en commençant par celles nationale et de l’Emilie-Romagne, ont dénoncé les faits et exprimé leur solidarité. Au-delà des sigles d’organisation, la protestation a été cette fois-ci unanime, à la regrettable exception du secrétaire national de la FILT. Il aurait mieux fait de nous épargner l’appel à la rescousse du ministère de l’Intérieur, dans la mesure où, selon lui, «les adjudications du secteur logistique sont victimes d’actions non réglementées et violentes, comme le blocus illégitime et sauvage des activités régulières». Paroles inacceptables, qui devraient amener à sa démission; mais, par bonheur, ce sont des déclarations isolées.

La manifestation qui a eu lieu a Plaisance, appelée par l’USB et organisée en un temps record, a constitué un signal positif, dans les limites de ce qu’est aujourd’hui globalement un mouvement de lutte. C’est encore peu de chose par rapport à ce que cela devrait être, surtout si l’on considère le potentiel que pourrait représenter la CGIL si elle s’impliquait réellement. De même la grève unitaire de la FIOM, de la FIM et de l’UILM5 a été largement insuffisante. Mais en même temps elle était inattendue, constituant un événement politique d’autant plus important que – j’en suis convaincue – elle a résulté d’une mobilisation spontanée des usines, provoquée et organisée par de nombreux camarades de la CGIL, qui ont forcé ainsi la réaction des appareils syndicaux de la Confédération. Une vraie réponse de classe, qui a été à même d’outrepasser les clivages entre organisations syndicales, nationalités et religions. Cela ne m’a pas surprise, bien que cela n’allât pas de soi que des ouvriers de Bergame6 se mettent en grève pour un travailleur égyptien qu’ils reconnaissent ainsi comme l’un des leurs. C’est une belle riposte à la propagande raciste de la Lega Nord7, devenue sur ces terres bien plus qu’un cliché.

Tout cela ne doit pas effacer notre inadéquation. Mais essayons aussi de redémarrer à partir de là: la réaction de classe, venue d’en bas. Une réaction qui n’a pas eu besoin de beaucoup mots d’ordre, car un seul suffisait. La grève! (Article publié le 23 septembre 2016 sur le site Internet de Sinistra Anticapitalista; traduction de Dario Lopreno)

____

1/ L’Unione sindacale di base (USB), fondée en 2010, est un syndicat indépendant, issu de la fusion de plusieurs syndicats indépendants, d’associations de défense du logement, d’organisations de retraités; elle est présente dans les secteurs public et privé, dans l’agriculture, dans l’industrie et dans les services, ainsi que dans la majorité des régions de la Péninsule [ndt].

2/ La GLS (General Logistics Systems) est une transnationale de logistique (colis), présente dans 18 pays européens dont la Suisse, avec un chiffre d’affaires de plus de 2 milliards d’euros, 220’000 clients, 14’00 salariés [ndt].

3/ La FILT-CGIL est la Fédération italienne des travailleurs des transports, affiliée à la Confédération générale italienne du travail (CGIL), cette dernière est le plus ancien et principal syndicat italien. Susanna Camusso en est la secrétaire générale depuis 2010 [ndt].

4/ L’ILVA est une importante entreprise de la sidérurgie. Elle a connu une série de crises (financière, économique, productive, environnementale) au cours des quatre dernières années. Son avenir est le sujet d’un débat politico-économique d’actualité en Italie: suite à la re-nationalisation rapide en décembre 2014, depuis le début 2016 se pose la question de qui va la reprendre. L’ILVA de Tarente, dans le sud des Pouilles, est un des lieux de production les plus significatifs [ndt].

5/ Il s’agit de la FIOM, Federazione italiana operai metallurgici, syndicat des travailleurs de la métallurgie affilié à la CGIL; de la FIM, Federazione italiana metalmeccanici, syndicat des travailleurs de la métallurgie affilié à la CISL (Confédération italienne des syndicats de travailleurs); de l’UILM, Unione italiana lavoratori metalmeccanici) [ndt].

6/ Bergame est une ville de la Lombardie, au nord de Milan, l’un des bastions de la Lega Nord, l’un des partis politiques jouant le rôle de fer de lance de l’ultra-néolibéralisme du bloc dominant italien et s’étant construit sur une politique foncièrement xénophobe et islamophobe [ndt].

7/ Cf. note précédente.

Vous pouvez écrire un commentaire, ou utiliser un rétrolien depuis votre site.

Ecrire un commentaire




Le 21 septembre une nouvelle journée de mobilisation contre le «Code du travail à la Macron» aura lieu en France. Le 22 septembre, le Conseil des ministres examinera les ordonnances de Ia «loi travail XXL». Puis le Président signera et le Parlement n’aura rien à dire, de facto. Donc seule l’action directe prend toute sa place. Et les explications, par exemple, que donnent du contenu de cette contre-réforme les membres du Syndicat des Avocats de France

8. L'accord d'entreprise primera sur la loi et le contrat de travail

9. Casser la loi

10. La fusion des instances représentatives du personnel

11. Diluer la négociation collective

12. Le fonctionnement des instances représentatives du personnel

13. Le recours au référendum

Recent Comments

Le site alencontre.org existe depuis plus de 12 ans. Il vient de changer d’aspect. De manière significative. Mais il n’a pas modifié ses objectifs : informer, analyser, afin de faciliter une compréhension des réalités économiques, sociales, politiques à l’échelle internationale. Dans ce sens, ce site valorise la liaison qui peut s’établir entre comprendre et agir, dans une perspective socialiste et démocratique. Ce «lifting» a été effectué pour répondre aux exigences d’un nombre croissant de lectrices et lecteurs. Nous espérons que celui-ci entrera en résonance avec les attentes des visiteurs de A l’Encontre et de La Brèche. Il leur appartiendra, aussi, de s’en approprier le contenu et de le commenter. Vous pouvez nous contacter sur redaction@alencontre.org