mercredi
23
août 2017

A l'encontre

La Brèche

Au camp de rétention d'Amygdaleza, le 21 février 2015

L’attaque contre les manifestants à l’entrée du camp de rétention d’Amygdaleza, le 21 février 2015

Par le Mouvement Expulsez le Racisme

Une fois que nous sommes arrivés à Amygdaleza [1], nous avons trouvé la garde postée devant le portail central de l’Ecole de police [2]; elle a levé la barre afin que nous puissions entrer à l’intérieur de la zone.

Nous étions 500 et nous avons été dirigés vers l’intérieur, vers le camp principal, et quand nous sommes arrivés à l’entrée, des escadrons de police antiémeute nous ont aspergés avec des gaz lacrymogènes, montrant une violence non dissimulée.

Nous pensons que c’était une attaque pré-planifiée, car nous n’avions aucune possibilité d’y «échapper» tandis que l’un de nos camarades a été frappé sauvagement. Il est membre du Mouvement «Expulsez le racisme» et de SYRIZA.

Suite à une intervention, nous avons appris que Yannis Panousis, ministre de la Protection des citoyens, n’était pas au courant de cet événement. Nous pensons que c’est une initiative propre des forces de police du camp d’Amygdaleza.

Nous condamnons la répression contre les immigré·e· s qui va de pair avec celle de ceux et celles qui sont solidaires avec eux.

AmigdalNous demandons que le ministre condamne de suite ce fait et licencie les policiers responsables.

Nous exigeons la fermeture, maintenant, d’Amygdaleza et la dissolution de la police antiémeute.

Nous appelons mardi 24 février 2015 à une assemblée au théâtre «Front» de l’Open Initiative contre les centres de détention, réunion à 20 heures, dans la perspective de la préparation du 21 mars, la «Journée internationale contre le racisme». (Article du Mouvement Expulsez le Racisme, 21 février 2015, traduit par Antonis Martalis)

______

[1] Amygdaleza est une région au nord d’Athènes, au pied du mont Parnitha. Le gouvernement précédent de Samaras y a construit un camp de rétention où étaient (et continuent de l’être) enfermés les migrants sans papiers. Il y a des migrant·e·s qui y ont été emprisonnés pendant plus de 18 mois, sans procès, dans des conditions de détention déplorables.

[2] Dans la même zone se trouve l’Académie de police.

 

 

Vous pouvez écrire un commentaire, ou utiliser un rétrolien depuis votre site.

Ecrire un commentaire





FIFA : comprendre le "système Blatter" en 5... par lemondefr

C’est une bombe que vient de lancer Der Spiegel. Dans un article intitulé «Le complot», l’hebdomadaire allemand dévoile un document qui relance le feuilleton «borgiesque» à la Fédération internationale de football (FIFA).

Ledit document est une proposition de contrat envoyée le 19 décembre 2014 par le cabinet d’avocats californien Quinn Emanuel (QE) au directeur juridique de la FIFA, Marco Villiger. Dans ce document, QE s’engage à défendre les intérêts de la Fédération contre le département d’Etat de la justice américaine.

Le contrat est signé le 5 janvier 2015 par le secrétaire général de l’organisation, Jérôme Valcke, et par son adjoint et directeur financier Markus Kattner, puis tamponné par M. Villiger.

La chronologie apparaît troublante dans la mesure où l’administration de la FIFA semble avoir été au courant de la menace exercée par les autorités américaines «142 jours» avant le fameux coup de filet du 27 mai 2015, à Zurich (Suisse). Ce jour-là, plusieurs dignitaires de l’instance planétaire avaient été interpellés pour corruption, fraude et blanchiment d’argent. Cette vague d’arrestations avait eu lieu deux jours avant la réélection du SuisseSepp Blatter, le 29 mai 2015, pour un cinquième mandat à la présidence de la FIFA.

«Un complot interne»

La tornade judiciaire avait finalement conduit le Valaisan à remettre son mandat à disposition, le 2 juin 2015. Sepp Blatter, dont la signature manque sur le contrat scellé avec QE, assure qu’il «n’était pas du tout au courant» de cet accord. Celui qui a été suspendu six ans pour un paiement de 2 millions de francs suisses (1,8 million d’euros) fait en 2011 à l’ancien président de l’Union des associations européennes de football (UEFA), Michel Platini – lui-même radié quatre ans – se dit victime d’un «complot interne». (Le Monde, 12 août 2017, à 12h44, à suivre sur le site de ce quotidien)

Recent Comments

Le site alencontre.org existe depuis plus de 12 ans. Il vient de changer d’aspect. De manière significative. Mais il n’a pas modifié ses objectifs : informer, analyser, afin de faciliter une compréhension des réalités économiques, sociales, politiques à l’échelle internationale. Dans ce sens, ce site valorise la liaison qui peut s’établir entre comprendre et agir, dans une perspective socialiste et démocratique. Ce «lifting» a été effectué pour répondre aux exigences d’un nombre croissant de lectrices et lecteurs. Nous espérons que celui-ci entrera en résonance avec les attentes des visiteurs de A l’Encontre et de La Brèche. Il leur appartiendra, aussi, de s’en approprier le contenu et de le commenter. Vous pouvez nous contacter sur redaction@alencontre.org