Allemagne. Un découplage illusoire propre au capitalisme vert

Par Kathrin Hartmann

L’éco-capitalisme promet de découpler croissance et destruction. C’est impossible. Pourtant, les entreprises et les milieux économiques s’accrochent à cette idée.

Vous avez envie d’y croire tout de suite: «La gestion durable est un élément essentiel de la stratégie d’entreprise de HeidelbergCement [plus gros producteur allemand de ciment]. La responsabilité à l’égard de l’environnement est au cœur de toutes nos activités. Nous nous sommes fixé pour objectif d’être le leader du secteur sur la voie de la neutralité en CO?.»

Le groupe de béton est surtout le leader en matière d’émissions de CO?: HeidelbergCement est l’entreprise la plus nuisible pour le climat du DAX [indice de la bourse allemande] – après l’exploitant de centrales à charbon RWE. Le deuxième cimentier mondial fait partie des «majors du carbone», les 50 entreprises qui émettent le plus de CO? dans le monde. Comment pourrait-il devenir «Echt.Stark.Grün» [leur slogan: «Vraiment fort et vert»] et «continuer à croître de manière rentable», comme l’affirme le groupe lui-même? [1]

Entre 8 et 10% des émissions mondiales de gaz à effet de serre proviennent de la production de béton. C’est trois fois plus que ce qu’émet le trafic aérien mondial. Lorsque le calcaire est transformé en ciment, cela libère le CO? qui y est intégré. En outre, le processus de production consomme d’énormes quantités d’énergie. Cela ne va pas vert et bien. Au lieu de cela, il faut construire moins, rénover et recycler davantage, et utiliser les logements vacants. C’est le contraire qui se produit. Selon la coalition cemEND, le nombre de nouveaux bâtiments en Allemagne a presque doublé, passant de 159 000 en 2009 à 286 000 en 2018. Il s’agit d’un marché énorme non seulement pour les banques, les personnes fortunées et l’industrie immobilière, mais aussi pour l’industrie du ciment. A cela s’ajoutent des mégaprojets superflus et nuisibles à l’environnement, tels que l’extension de l’aéroport de Cologne/Bonn et Stuttgart 21, pour lesquels HeidelbergCement fournit des matériaux de construction.

Enterrer le CO?

Néanmoins, l’entreprise promet d’être climatiquement neutre d’ici à 2050. Pour y parvenir, elle s’appuie principalement sur la technologie controversée du «captage et stockage du carbone» (CSC), c’est-à-dire la capture et le stockage du CO? sous terre ou dans les fonds marins. La première installation industrielle de CSC au monde sera construite dans l’une des cimenteries norvégiennes du groupe et devrait entrer en service en 2024. Elle sera financée en grande partie par le gouvernement norvégien. HeidelbergCement veut réduire de moitié les émissions de cette seule usine. Mais selon les calculs de l’organisation environnementale Robin Wood, cela réduirait les émissions de CO? du groupe mondialement actif de 2% au mieux. A condition que la technologie fonctionne. A ce jour, il n’existe pas de procédé technique entièrement développé qui pourrait être utilisé de manière généralisée et à long terme, ni de preuve que le CSC sert réellement à protéger le climat.

Plusieurs projets pilotes, même prometteurs, ont déjà été abandonnés. Le CSC est non seulement coûteux et extrêmement énergivore, mais aussi dangereux: par des fuites, le CO? stocké peut s’échapper dans l’atmosphère ou dans l’eau, voire en grande quantité en cas d’accident. Mais surtout, cette solution bidon empêche une élimination rapide des énergies fossiles: car elle laisse entendre que le CO? pourrait continuer à être émis s’il était facilement capturé et stocké à l’avenir. Il n’est pas étonnant que des compagnies pétrolières comme Exxon et Shell fassent pression en faveur du CSC. Cette technologie leur permettrait de continuer à produire du pétrole. [Voir sur ce site le débat sur les technologies de captation du CO2 en date du 11 mars 2020.]

Voilà donc à quoi ressemble le capitalisme vert. C’est le contraire d’une transformation écosociale. Elle promet un «business as usual», à savoir la «réconciliation» de l’écologie et de l’économie. L’idée centrale est le «découplage» de la croissance, de l’utilisation-gaspillage de la nature et des dommages climatiques au moyen de nouvelles technologies et de mécanismes de marché. C’est tout simplement impossible: la croissance capitaliste est toujours liée à la consommation de matières premières et d’énergie, quelle que soit l’innovation technologique. Ces deux objectifs ne peuvent être atteints sans détruire la nature. Si le découplage était possible, ce serait un véritable miracle écologique, un mouvement perpétuel. C’est pourquoi toutes les tentatives de découplage ont échoué jusqu’à présent, comme le terrible exemple du biocarburant: il était associé à l’espoir que le transport individuel pourrait se développer de manière respectueuse du climat si l’on remplaçait uniquement le carburant fossile par du carburant végétal. Cela a conduit à la destruction de la forêt tropicale en Indonésie afin d’établir des plantations d’huile de palme sur une surface presque quatre fois plus grande que la Suisse. Résultat: le biocarburant est devenu 80% plus nocif pour le climat que le diesel fossile et l’Indonésie est devenue pour un temps le troisième émetteur de CO? au monde.

Le biocarburant d’aujourd’hui – la prochaine science-fiction écologique à laquelle s’accrochent les politiciens et les entreprises – est l’hydrogène vert. Presque tous les partis en Allemagne soutiennent cette technologie dans leurs programmes électoraux, promettant qu’il peut remplacer complètement l’énergie fossile. Dans le but que beaucoup (trop) de marchandises puissent continuer à être transportées dans des camions, que les bateaux de croisière puissent prendre la mer, que les avions puissent décoller et que l’industrie lourde puisse devenir neutre sur le plan climatique.

Cependant, personne ne sait d’où est censé provenir tout l’hydrogène vert produit à partir d’énergies renouvelables. Le processus nécessite jusqu’à deux fois plus d’énergie qu’il n’en fournit au final. L’électricité verte allemande n’est en aucun cas suffisante pour cela. En outre, de grandes quantités d’eau sont nécessaires, ce qui n’est déjà plus possible dans de nombreux endroits. Mais il correspond parfaitement au besoin d’une promesse étincelante pour l’avenir. La société immobilière Vonovia, par exemple, a annoncé au printemps un «centre énergétique du futur». En collaboration avec l’Institut Fraunhofer, des recherches doivent être menées à Bochum sur la manière dont l’hydrogène vert peut générer 60% de l’énergie pour l’électricité et la chaleur de manière neutre en termes de CO?. Il serait plus judicieux pour Vonovia d’investir davantage dans la rénovation énergétique des appartements de la société, sans que les locataires aient à en supporter le coût. L’entreprise a longtemps été critiquée pour avoir retardé la modernisation et l’avoir utilisée pour augmenter les loyers. Plus récemment, les dépenses à ce titre ont même été réduites. Il est facile de cacher cela sous un manteau vert.

La promesse de rendre l’impossible possible est ce qui rend l’idéologie du capitalisme vert si attrayante. Non seulement pour les entreprises, mais aussi pour les milieux qui souhaitent que tout reste en l’état. S’il existait une solution technique et écologique à chaque problème, rien ne devrait changer sur le plan structurel. Ni dans les rapports de force mondiaux, ni dans le mode de vie impérial. Cette dépolitisation du changement climatique est décrite par le géographe belge Erik Swyngedouw dans son essai Apocalypse forever? [article publié le 24 mai 2010 dans la revue Theory, Culture and Society]: les gouvernements présentent le changement climatique comme un «ennemi extérieur» qui ne peut être combattu que de l’intérieur, par des moyens capitalistes, écrit-il. «En d’autres termes: nous devons changer radicalement, mais dans le cadre des circonstances existantes, de sorte que rien ne doive vraiment changer.»

En juin 2020, la Convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques a lancé la campagne Race to Zero, avec pour objectif de réduire les émissions de CO? à zéro net d’ici à 2050. Cet objectif a été fixé non seulement par les gouvernements, mais aussi par la plupart des entreprises: Audi, Bayer, BASF, RWE, Volkswagen, et même des entreprises de biens de consommation comme Nestlé et Unilever ont mis en place des plans «Net Zero» [voir sur ce site l’analyse de cet objectif publiée le 23 avril 2021]. Même le géant de la gestion d’actifs BlackRock, qui détient encore des actions d’une valeur de plusieurs milliards de dollars dans des entreprises du secteur du charbon, s’est engagé à atteindre la neutralité climatique d’ici à 2050.

Shell plante des arbres

Mais qu’entend-on réellement ici par «neutralité climatique»? La compagnie pétrolière Shell promet à ses clients un «plein neutre en CO?» et veut planter des arbres pour des millions d’euros. Dans le même temps, l’entreprise planifie de nouveaux projets pétroliers et gaziers. Un élément important sur la voie de la neutralité climatique présumée est la «compensation» des émissions, qui n’est souvent rien de plus qu’une indulgence sur le papier [par analogie à la vente des indulgences par l’Eglise catholique]. Les compagnies aériennes proposent depuis longtemps à leurs clients de compenser leurs émissions de CO? en ajoutant un supplément au prix de leur billet, par exemple en plantant des arbres. Le Guardian et l’organisation de recherche Unearthed de Greenpeace viennent d’enquêter sur les projets de compensation des compagnies aériennes: ils concluent que les crédits sont basés sur un système douteux. Les entreprises estiment simplement la quantité de déforestation qui aurait eu lieu sans leurs projets forestiers et s’en servent pour calculer les «émissions de CO? évitées», qu’elles revendent sous forme de crédits. Le fait que neuf projets de reforestation sur dix échouent n’apparaît pas dans ces calculs d’épicier illusoires. Cela ne conduira pas à la protection du climat, mais au mieux sera sans effet sur la catastrophe climatique.

Le CO? est la monnaie du capitalisme vert. Il est possible de lui attribuer un prix, de définir les hausses de température attendues et de formuler des objectifs climatiques. Cependant, les bilans CO?, tels qu’ils sont établis par les gouvernements et les entreprises, ne reflètent ni l’émission réelle de gaz à effet de serre ni leur réduction réelle – et certainement pas les effets sur la nature et les humains. Dans tous les cas, les termes «neutralité climatique» et «émissions nettes nulles» ne signifient pas nécessairement que l’on émet moins de CO?. Elle n’est économisée qu’ailleurs, par exemple par le biais de crédits d’émission issus de projets de protection du climat, notamment dans le Sud. Cela permet même à l’entreprise de viande PHW de vendre ses cuisses de poulet Wiesenhof comme «climatiquement neutres», car après tout, les émissions de CO? – 2,2 kg de CO? par kilo de viande de poulet selon le calcul de l’entreprise – sont compensées, par exemple, par un projet d’introduction de fours de cuisson «propres» au Ghana.

Les droits de pollution sont liés à la destruction de la nature et du climat. Quiconque a assez d’argent, de pouvoir et d’influence peut acheter le droit de polluer. Cela légitime les pratiques économiques des plus gros pollueurs et renforce l’influence de ceux qui empêchent depuis longtemps une politique climatique cohérente. Le système européen d’échange de quotas d’émission (SEQE), un mécanisme de marché conçu pour rendre plus coûteuses les émissions des centrales électriques et des industries à forte intensité énergétique depuis 2005, en souffre également. Dans sa phase initiale, l’UE a distribué tellement de certificats bon marché et gratuits aux grandes entreprises que le prix de la tonne de CO? est tombé en dessous de 5 euros. Ce n’est que lorsque les certificats ont été retirés du marché et qu’un plafond d’émissions a été introduit à l’échelle européenne que les prix ont augmenté, mais ils sont encore trop bas. Or l’UE vient de décider de continuer à accorder des droits gratuits en matière de CO? aux industries à forte intensité énergétique telles que l’acier et le ciment jusqu’en 2035, soit trente ans après l’introduction du SEQE.

La mesure dans laquelle les entreprises en profitent financièrement a été démontrée il y a quelque temps par l’Öko-Institut de Fribourg-en-Brisgau, qui a examiné dans une étude neuf entreprises à forte consommation d’énergie. Ces grands pollueurs ont pu réaliser de juteux bénéfices sur leurs quotas d’émission de CO? jusqu’à la fin 2012: ils ont vendu des droits de pollution pour une valeur de plus d’un milliard d’euros. L’un des profiteurs était Heidelberg Cement. (Article publié par l’hebdomadaire Der Freitag, N° 30/2021; traduction rédaction A l’Encontre)

Kathrin Hartmann a publié, entre autres, le livre Die grüne Lüge: Weltrettung als profitables Geschäftsmodell,? Karl Blessing Verlag, 2018.

__________

[1] Le suisse LafargeHolcim, en septembre 2020, écrit sans réticence sur son site: «LafargeHolcim est la première entreprise mondiale de matériaux de construction à signer l’engagement “Business Ambition for 1,5°C” et à fixer des objectifs intermédiaires de reduction carbone validés par l’initiative Science Based Targets (SBTi), alignés sur la trajectoire net zero. Les objectifs 2030 se traduisent par une réduction accélérée des émissions de CO2 de plus de 20%. Un partenariat est signé avec le SBTi pour élaborer une feuille de route à 1,5°C pour le ciment.» (Réd.)

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*