mardi
18
juin 2019

A l'encontre

La Brèche

Nicaragua. Ortega et les cercles concentriques du pouvoir

Publié par Alencontre le 21 - mai - 2019

Création de la CODEPAT (voir note 1)

Par notre correspondant au Costa Rica

1.- Non seulement nous sommes au bord du gouffre, mais nous traversons une crise des valeurs, de repères sans précédent depuis 40 ans; des dizaines de milliers de citoyens cherchent un moyen de survivre et de construire une alternative politique au régime inhumain qui nous mène tous vers l’abîme social et économique.

2.- Etant donné que le régime a perdu une bonne partie de sa base sociale et, par conséquent, a également perdu son pouvoir réel et sa capacité minimale de consensus, il a recours à une répression croissante pour tenter d’abolir tout mouvement social [1].

3.- La répression ne peut lui donner de légitimité, car la majorité des citoyens rejettent le régime dictatorial, mais elle garantit le maintien des cercles de pouvoir.

4.- Déterminé à cacher la réalité sociale, le régime continue de falsifier la réalité. La répression aveugle montre que le régime n’a aucun plan pour le futur du pays, si ce n’est celui de conserver le pouvoir.

5.- Ortega ne pense plus à l’histoire, il se moque de la façon dont l’histoire le qualifiera; il pense qu’il l’a déjà écrite quand il a participé à la révolution sociale de 1979; maintenant il vit dans le présent et dans l’objectif de le préserver.

6.- Il a réussi à maintenir son pouvoir en s’entourant de cercles concentriques, de murs de soutènement, de murs de protection, que l’on peut décliner ainsi:

  • Le cercle familial intime, le cercle des flatteurs et des exploiteurs. C’est à eux qu’il distribue l’essentiel du butin de l’Etat.
  • Vient ensuite le cercle des hommes politiques, des juges, des magistrats et des députés qui constituent la base et l’aura de la dite légitimité institutionnelle.
  • Puis le cercle de la force: soldats, policiers, gangs, paramilitaires et tueurs à gages à son service. Ils sont autorisés à accaparer une fraction du butin de l’Etat et du produit du trafic de drogue.
  • Enfin, le cercle des imbéciles utiles, des hommes d’affaires à courte vue qui, comme des lucioles attirées par la lumière du pouvoir, tournent autour de l’attrait procuré par quelques avantages.

Au centre de cet enfer se trouve le «grand satan», qui contrôle tout, c’est son leitmotiv, sa raison d’être.

7.- Ces cercles concentriques du pouvoir tournent autour du champ magnétique de la permanence du binôme Ortega-Murillo et sont retenus par celui-ci. Pour eux, le mantra «Ortega pour toujours» ou «le commandant doit rester» est importante.

8.- Pour cette raison, Ortega ne peut pas accepter de signer un accord quelconque, ne serait-ce que des élections transparentes anticipées, car cela briserait son contrôle sur les cercles du pouvoir.

9.- La combinaison de la négociation, de la répression et des crimes est la stratégie du régime afin de maintenir l’appui inconditionnel des cercles du pouvoir et, en même temps, un illusoire dialogue qui est un écran de fumée ou un instrument de diversion pour geler les sanctions internationales.

10.- Agir sur la base d’hypothèses n’est pas souhaitable, du moins en politique. Il n’est pas non plus acceptable d’agir selon des «scénarios possibles». Il s’agit plutôt de procéder selon des objectifs précis et concrets, c’est-à-dire d’agir conformément à une stratégie établie.

11.- La future stratégie politique d’une opposition effective doit viser à briser ces cercles de pouvoir, pour cela il est nécessaire de réactiver la lutte des mouvements sociaux et d’accroître les pressions internationales.

12.- Poursuivre les négociations sans stratégie précise et sans que les accords signés antérieurement soient respectés abouti à renforcer le régime en préservant les cercles du pouvoir. (San José/Costa Rica, 20 mai 2019; traduction A l’Encontre)

______

[1] Dans ce sens, un élément «institutionnel» doit être pris en considération: l’octroi de la personnalité juridique à l’Asociación Consejo Defensores de la Patria Comandante Camilo Ortega Saavedra (CODEPAT), le 24 avril 2019, composée de militaires retraités et de membres de l’ex-service de Sûreté de l’Etat. Cette structure a pour fonction de légaliser et d’organiser les groupes de choc et les paramilitaires que le régime orteguiste a utilisés pour faire pression sur la population.

Vous pouvez écrire un commentaire, ou utiliser un rétrolien depuis votre site.

Ecrire un commentaire




Les dominants, l'euphémisation des termes et la novlangue

George Carlin (1937-2008) était un «humoriste» politique et social qui décortiquait la société capitaliste américaine et éclairait ses principaux traits. Dans ce spectacle donné en 1990, il instruisait le procès de la novlangue qui s'est imposé avec force depuis lors, aussi bien dans la gestion des guerres impérialistes que dans le management des entreprises, pour s'enraciner dans la vie quotidienne. Après la crise des «subprimes», on n'est plus «sans domicile», mais on a choisi un «mobile home» avec le peu d'épargne qui a résisté à la fonte brutale imposée par les banques et les assurances et qui a contraint des propriétaires de petites maisons à s'acheter une caravane de seconde main et de chercher, dans les vastes contrées des Etats-Unis, un nouvel emploi.

George Carlin avait un esprit décapant, donc éliminant les idées superficielles dominantes pour faire ressortir le véritable sens de ce qu'elles ont pour fonction de cacher, de camoufler.

(Réd. A l’Encontre)

Recent Comments

Le site alencontre.org existe depuis plus de 12 ans. Il vient de changer d’aspect. De manière significative. Mais il n’a pas modifié ses objectifs : informer, analyser, afin de faciliter une compréhension des réalités économiques, sociales, politiques à l’échelle internationale. Dans ce sens, ce site valorise la liaison qui peut s’établir entre comprendre et agir, dans une perspective socialiste et démocratique. Ce «lifting» a été effectué pour répondre aux exigences d’un nombre croissant de lectrices et lecteurs. Nous espérons que celui-ci entrera en résonance avec les attentes des visiteurs de A l’Encontre et de La Brèche. Il leur appartiendra, aussi, de s’en approprier le contenu et de le commenter. Vous pouvez nous contacter sur redaction@alencontre.org