mercredi
11
décembre 2019

A l'encontre

La Brèche

Chili: la levée de l’état d’urgence

Publié par Alencontre le 28 - octobre - 2019

Par Justine Fontaine

Depuis minuit heure locale (3h TU), les militaires et les tanks, que les Chiliens pouvaient encore voir dans les rues ces derniers jours, sont de retour dans les casernes. Le maintien de l’ordre est de nouveau confié à la police, notamment les carabineros chiliens, sous la direction du ministère de l’Intérieur.

La levée de l’état d’urgence est un soulagement pour de nombreux Chiliens, chez qui cette mesure a ravivé les douloureux souvenirs de la dictature du général Pinochet, qui était à la tête du pays jusqu’en 1990.

La fin de l’état d’urgence intervient aussi à quelques heures de l’arrivée au Chili d’une délégation du Haut-Commissariat aux droits de l’homme de l’ONU (HCDH), pour examiner les accusations de violations des droits humains dans le pays.

En l’espace d’une dizaine de jours, plus de 3000 personnes ont été arrêtées, certaines disent avoir été torturées par la police et près de 1000 ont été blessées, notamment par des armes à feu. D’après la justice chilienne, quatre personnes au moins auraient été tuées par des militaires. Plusieurs personnes assurent avoir été torturées par la police. Des violences d’une ampleur jamais vue de la part des forces de l’ordre depuis la fin de la dictature en 1990 (lire ci-dessous).

En réaction à cela, des députés de l’opposition ont annoncé qu’ils lanceraient une procédure de destitution contre le président, mais ils ont très peu de chance d’obtenir le nombre de voix suffisant pour faire chuter Sebastian Pinera.

Tortures et balles dans le corps

Depuis le début des manifestations, l’Institut chilien des droits de l’homme, un organisme public indépendant, a recensé plus de 3000 personnes arrêtées, et présenté plus de 80 plaintes pour atteintes aux droits de l’homme, notamment des accusations de torture et de violences sexuelles.

L’un de ces cas, c’est celui de Josué Maureira, un étudiant en médecine. Il a témoigné sur la chaîne publique TVN: «En présence de dix policiers, on m’a frappé la tête et obligé à crier, en disant: “Assume!”. Ils m’ont frappé encore et encore, jusqu’à ce que je crie: “Oui, je suis pédé”. Ils m’ont obligé à crier cela. Ensuite deux policiers m’ont déshabillé et m’ont agressé sexuellement.»

Plus de 1000 personnes ont également été blessées pendant les manifestations. C’est ce qu’a constaté le principal syndicat chilien de médecins, dont Enrique Morales est l’un des dirigeants: «Les tirs sont réalisés de manière indiscriminée. On a vu des gens qui ont reçu des petites balles en métal entouré de plastique, à quatre ou cinq endroits différents de leur corps, sur le visage, dans les yeux.»

Le syndicat des médecins affirme qu’au moins pendant les premiers jours des manifestations, le gouvernement a beaucoup tardé à informer précisément sur le nombre de détenus, de blessés et concernant les personnes décédées. (RFI, 28 octobre 2019)

Vous pouvez écrire un commentaire, ou utiliser un rétrolien depuis votre site.

Ecrire un commentaire




«C’est un véritable mouvement révolutionnaire social de grande ampleur, explique Loulouwa al-Rachid dans un entretien avec Orient XXI, contre une classe dirigeante qui gouverne dans un mépris total de la population et dans le seul souci de préserver sa part de prébendes et d’accéder à la rente pétrolière pour entretenir des clientèles dans le pays.» Et ceci alors que, depuis l’invasion de 2003 par les Etats-Unis, le pays souffre du délitement de ses infrastructures. Bien qu’essentiellement chiite, le mouvement bénéficie de la sympathie de toute une population, qui met aussi en cause l’influence iranienne.

Recent Comments

Le site alencontre.org existe depuis plus de 12 ans. Il vient de changer d’aspect. De manière significative. Mais il n’a pas modifié ses objectifs : informer, analyser, afin de faciliter une compréhension des réalités économiques, sociales, politiques à l’échelle internationale. Dans ce sens, ce site valorise la liaison qui peut s’établir entre comprendre et agir, dans une perspective socialiste et démocratique. Ce «lifting» a été effectué pour répondre aux exigences d’un nombre croissant de lectrices et lecteurs. Nous espérons que celui-ci entrera en résonance avec les attentes des visiteurs de A l’Encontre et de La Brèche. Il leur appartiendra, aussi, de s’en approprier le contenu et de le commenter. Vous pouvez nous contacter sur redaction@alencontre.org