samedi
19
octobre 2019

A l'encontre

La Brèche

Algérie. Démission de Tayeb Belaiz

Publié par Alencontre le 16 - avril - 2019

Par Sofiane Ait Iflis

Le président du conseil constitutionnel, Tayeb Belaiz, a présenté ce matin 16 avril 2019 sa démission au chef de l’Etat Abdelkader Bensalah. Cette démission est sûrement la conséquence de la pression que la rue exerce sur les figures du régime qui sont demeurées en poste après la démission du président de la république, contre la volonté du peuple.

Tayeb Belaiz est, avec le chef de l’Etat et le premier ministre, parmi les personnages les plus ciblés par les manifestant·e·s qui refusent que la transition vers une nouvelle république soit étrennée par les survivances du clan Bouteflika.

Car le désormais ex-président du conseil constitutionnel est l’un des fidèles du président démissionnaire. Lorsqu’il a été promu au poste, il a juré fidélité à Bouteflika. La démission de Belaiz ne manquera pas de soulever des questionnements sur la suite des événements, notamment de ce qu’il adviendra de la feuille de route tracée dans le cadre strict de l’article 102 de la constitution.

La démission pourrait être suivie de celle du premier ministre [Noureddine Bedoui] voire de l’ensemble du gouvernement, mais également de celle du chef de l’Etat. C’est ce que le peuple réclame depuis plusieurs semaines.

Cette évolution de la situation n’est pas à exclure, tant il est vrai que la présidentielle du 4 juillet 2019 est sérieusement compromise après la décision des magistrats et de nombreux APC [Assemblée populaire communale] de ne pas s’impliquer dans le processus électoral. [Cette situation – cumul de démissions – pourrait aussi laisser le champ libre aux militaires afin de nommer un «conseil présidentiel renouvelé». Réd.],

Une échéance électorale d’autant plus hypothéquée qu’elle n’aura pas de candidats, étant donné qu’il sera impossible dans la situation actuelle de récolter les parrainages nécessaires pour valider une candidature. Ni les élus encore moins le peuple ne sont prêts à faire aboutir la feuille de route du régime. Faudrait-il cependant s’attendre aux démissions de Bensalah et de Bedoui? L’éventualité n’est pas à écarter. Il faudra peut-être attendre le discours du chef d’état-major de l’ANP [Armée nationale populaire], attendu pour aujourd’hui à Ouargla [au centre de l’Algérie, capitale de la wilaya du même nom], pour deviner la direction du vent.

C’est, jusqu’ici, le général de corps d’état Ahmed Gaid Salah qui s’est érigé en porte-voix du pouvoir, en lieu et place, il faut le souligner, d’un premier ministre complètement absent de la scène publique  et d’un chef de l’Etat dont l’expression politique n’est pas le plus saillant de son caractère. (Article publié en date du 16 avril 2019, dans Liberté Algérie]

Vous pouvez écrire un commentaire, ou utiliser un rétrolien depuis votre site.

Ecrire un commentaire




Recent Comments

Le site alencontre.org existe depuis plus de 12 ans. Il vient de changer d’aspect. De manière significative. Mais il n’a pas modifié ses objectifs : informer, analyser, afin de faciliter une compréhension des réalités économiques, sociales, politiques à l’échelle internationale. Dans ce sens, ce site valorise la liaison qui peut s’établir entre comprendre et agir, dans une perspective socialiste et démocratique. Ce «lifting» a été effectué pour répondre aux exigences d’un nombre croissant de lectrices et lecteurs. Nous espérons que celui-ci entrera en résonance avec les attentes des visiteurs de A l’Encontre et de La Brèche. Il leur appartiendra, aussi, de s’en approprier le contenu et de le commenter. Vous pouvez nous contacter sur redaction@alencontre.org