lundi
21
août 2017

A l'encontre

La Brèche

«L’Etat palestinien» à l’ONU: beaucoup de bruit pour rien?
Etats-Unis. Les Républicains dans le désarroi. Trump, le raciste, doit s’affronter à des mobilisations «venant d’en bas»
Immigration et Islam: retour sur quelques ignominies
Chroniques chinoises du mécontentement ordinaire
Démystifier la propagande officielle et para-officielle, en Israël
«Un petit peuple disparaît de la circulation» et «le partage des eaux sociales»
La criminalisation du droit de grève. Un revers pour la démocratie et la révolution

Archives de l'année 2004

Perrier dégaze: Nestlé, entreprise qui engrange les bénéfices, décide de licencier dans sa filiale Perrier

Publié par Alencontre Le 30 - septembre - 2004

20120807-150528.jpg L’entreprise Perrier, à Vergèze (Gard), est avec 1 650 salariés (1 200 de moins en douze ans), la principale boîte du privé dans le département. Elle appartient à Nestlé Waters France (Contrex, Perrier, Vittel, 4 100 personnes), filiale de Nestlé, multinationale qui, avec 57 milliards d’euros de chiffre d’affaires, est largement bénéficiaire. Cela n’a pas empêché Nestlé de concocter pour cette entreprise un plan social de 360 suppressions d’emplois (1 000 à l’horizon 2007). Lire le reste de cet article »

Forum sur Nestlé

Publié par Alencontre Le 13 - juin - 2004

20120807-154741.jpgL’empire Nestlé: Une transnationale, des enjeux de société

Forum organisé le samedi 12 juin 2004 par attac avec la Déclaration de Berne et Greenpeace Lire le reste de cet article »

Brésil: déconfiture économique et occupations de fabriques

Publié par Alencontre Le 16 - mars - 2004

Miguel Rossetto lors d'une réunion pour la sécurité alimentaire et le développement durable des peuples indigènes.

Par Charles-André Udry

Fin février 2004, l’IBGE (Institut Brésilien de statistique et de géographie) publiait les données définitives ayant trait à la dynamique de l’économie brésilienne au cours de l’année 2003, c’est-à-dire de la première année du mandat présidentiel de Luiz Inacio Lula da Silva et de son gouvernement.

Le déphasage est net entre les promesses électorales du Parti des travailleurs (PT) – pourtant des plus sages, puisqu’elles étaient déjà plombées par les accords avec le FMI d’octobre 2002 (et même de juin 2002) – et la situation sociale et économique. En un mot, il y a eu un changement, mais pas celui que d’aucuns attendaient. Lire le reste de cet article »

Des chiffres intolérables… pour ceux et celles qui espéraient le «changement»

Publié par Alencontre Le 25 - février - 2004

R. Berzoini, le nouveau ministre du Travail, l'ancien de la Prévoyance sociale

Par Charles-André Udry

L’Institut d’Etudes sociales et économiques (INESC) du Brésil a donné connaissance à la presse, le 18  février, d’une enquête indiquant les modalités d’utilisation effective du budget au cours de la première année de la présidence de Luiz Inacio Lula da Silva.

L’étude de l’INESC1, prise dans son ensemble, relate l’analyse de 190 programmes sociaux et de 828 projets de politiques publiques dans le domaine social. Lire le reste de cet article »

Un gouvernement et les jeux clandestins

Publié par Alencontre Le 17 - février - 2004

José Dirceu, le numéro deux du gouvernement Lula, l'ami de W. Diniz

Par Charles-André Udry

Les élections municipales d’octobre 2004 au Brésil se rapprochent. Les électeurs et électrices brésiliens auront droit à des déclarations de bonnes intentions de la part du gouvernement, mais surtout de Lula et de la direction du PT-gouvernemental.

Conjointement, le Parti des Travailleurs (PT) ouvre ses portes à un flot de nouveaux inscrits… par Internet! Nombreux parmi ces derniers considèrent le PT comme une simple échelle dans le but d’une ascension sociale; une sorte d’assurance-vie-sociale. D’autant plus que le PT apparaît comme le parti occupant la scène politique, avec grande influence. Lire le reste de cet article »

Crise continentale et alternatives radicales

Publié par Alencontre Le 10 - février - 2004

Par Ernesto Herrera et Charles-André Udry

Le président chilien Ricardo Lagos (à gauche) s'apprête à serrer la main du secrétaire général de l'ONU Kofi Annan. Lula et Chirac sont déjà main dans la main

Il est impossible d’engager un dialogue sur la crise – indiscutable, confirmée – en Amérique du Sud, ainsi que sur la construction d’alternatives radicales, c’est-à-dire allant à la racine de la crise comme des aspirations et besoins des masses laborieuses dans leurs diversités, sans prendre en compte, comme point de départ, des faits si aveuglants qu’une gauche institutionnalisée n’espérait pas les voir… et renonce, encore aujourd’hui, à les regarder en face.

L’insurrection bolivienne qui a renversé, en octobre 2003, l’un des gouvernements les plus corrompus, conservateurs et valets de l’impérialisme de l’Amérique du Sud a constitué le soulèvement populaire le plus important au cours des dernières décennies. Elle s’inscrit dans une phase qui combine un antagonisme social dur et sans trêve avec une crise institutionnelle de la domination politique bourgeoise-impérialiste à l’échelle continentale. Même si, d’évidence, cette combinaison se manifeste inégalement, pays par pays, ou dans différentes « sous-régions » du continent. Lire le reste de cet article »

La conférence anti-guerre du Caire

Publié par Alencontre Le 28 - janvier - 2004

Par Anne Ashford

Cet article d’Anne Ashford fait le point sur la conférence du Caire, qui traduit un changement, encore restreint dans la configuration des forces politiques au Proche et Moyen-Orient. La guerre menée par les Etats-Unis redistribue les cartes de façon brutale. La pression sociale et économique venant des couches salariées et paupérisées se fait plus forte. Elle se combine, parfois, avec des revendications démocratiques, qui ont des origines complexes. Le 19 janvier, le gouvernement égyptien a remis en place un Conseil national pour les droits humains et a placé à sa tête l’ancien secrétaire général de l’ONU, Boutros-Boutros Ghali. Le ministre de l’Information, sous l’ancien président Sadat, en sera le vice-président. Lire le reste de cet article »


FIFA : comprendre le "système Blatter" en 5... par lemondefr

C’est une bombe que vient de lancer Der Spiegel. Dans un article intitulé «Le complot», l’hebdomadaire allemand dévoile un document qui relance le feuilleton «borgiesque» à la Fédération internationale de football (FIFA).

Ledit document est une proposition de contrat envoyée le 19 décembre 2014 par le cabinet d’avocats californien Quinn Emanuel (QE) au directeur juridique de la FIFA, Marco Villiger. Dans ce document, QE s’engage à défendre les intérêts de la Fédération contre le département d’Etat de la justice américaine.

Le contrat est signé le 5 janvier 2015 par le secrétaire général de l’organisation, Jérôme Valcke, et par son adjoint et directeur financier Markus Kattner, puis tamponné par M. Villiger.

La chronologie apparaît troublante dans la mesure où l’administration de la FIFA semble avoir été au courant de la menace exercée par les autorités américaines «142 jours» avant le fameux coup de filet du 27 mai 2015, à Zurich (Suisse). Ce jour-là, plusieurs dignitaires de l’instance planétaire avaient été interpellés pour corruption, fraude et blanchiment d’argent. Cette vague d’arrestations avait eu lieu deux jours avant la réélection du SuisseSepp Blatter, le 29 mai 2015, pour un cinquième mandat à la présidence de la FIFA.

«Un complot interne»

La tornade judiciaire avait finalement conduit le Valaisan à remettre son mandat à disposition, le 2 juin 2015. Sepp Blatter, dont la signature manque sur le contrat scellé avec QE, assure qu’il «n’était pas du tout au courant» de cet accord. Celui qui a été suspendu six ans pour un paiement de 2 millions de francs suisses (1,8 million d’euros) fait en 2011 à l’ancien président de l’Union des associations européennes de football (UEFA), Michel Platini – lui-même radié quatre ans – se dit victime d’un «complot interne». (Le Monde, 12 août 2017, à 12h44, à suivre sur le site de ce quotidien)

Recent Comments

Le site alencontre.org existe depuis plus de 12 ans. Il vient de changer d’aspect. De manière significative. Mais il n’a pas modifié ses objectifs : informer, analyser, afin de faciliter une compréhension des réalités économiques, sociales, politiques à l’échelle internationale. Dans ce sens, ce site valorise la liaison qui peut s’établir entre comprendre et agir, dans une perspective socialiste et démocratique. Ce «lifting» a été effectué pour répondre aux exigences d’un nombre croissant de lectrices et lecteurs. Nous espérons que celui-ci entrera en résonance avec les attentes des visiteurs de A l’Encontre et de La Brèche. Il leur appartiendra, aussi, de s’en approprier le contenu et de le commenter. Vous pouvez nous contacter sur redaction@alencontre.org