dimanche
21
avril 2019

A l'encontre

La Brèche

Cuba. Les réformes et la brèche des inégalités
Algérie: «Les mobilisations populaires ne retombent pas»
Face aux «massacres»: une conférence? Une «révolution orpheline» qui sera adoptée et «dressée» par Obama et Poutine?
France. Macron, l’homme qui fait du neuf avec du vieux
La guerre civile en Syrie est loin d’être terminée
Suisse. Référendum contre la loi «Prévoyance vieillesse 2020»
Pourquoi il faut bloquer le Transatlantic Free Trade Area (TAFTA)

Archives de l'année 1996

Von Hayek: des postulats largement diffusés

Publié par Alencontre Le 5 - novembre - 1996

Friedrich August von Hayek (1899-1992)

Un pèlerin prosélyte

Par Charles-André Udry

Margaret Thatcher confie dans Les chemins du pouvoir: “Ce ne fut qu’au milieu des années 70, quand les oeuvres de Hayek figurèrent en haut de la liste des lectures que me donna Keith Joseph [conseiller économique de M. Thatcher], que je saisis réellement les idées qu’il avançait. C’est alors seulement que je considérai ses arguments du point de vue du type d’Etat cher aux conservateurs – un gouvernement limité, sous le règne de la loi – plutôt que du point de vue du type d’Etat à éviter – un Etat socialiste où les bureaucrates gouvernent sans frein. A ce stade, c’étaient les critiques, selon moi irréfutables, du socialisme contenues dans La Route de la servitude qui avaient un impact.”1

La double filiation s’affirme. Tout d’abord, la “contre-révolution économique” – pour reprendre les termes de Richard Cockett, historien du libéralisme contemporain – pensée par F. von Hayek et ses amis irrigue les esprits d’une élite qui arpente encore, au début des années 70, les routes vers le pouvoir. Lire le reste de cet article »

Les dominants, l'euphémisation des termes et la novlangue

George Carlin (1937-2008) était un «humoriste» politique et social qui décortiquait la société capitaliste américaine et éclairait ses principaux traits. Dans ce spectacle donné en 1990, il instruisait le procès de la novlangue qui s'est imposé avec force depuis lors, aussi bien dans la gestion des guerres impérialistes que dans le management des entreprises, pour s'enraciner dans la vie quotidienne. Après la crise des «subprimes», on n'est plus «sans domicile», mais on a choisi un «mobile home» avec le peu d'épargne qui a résisté à la fonte brutale imposée par les banques et les assurances et qui a contraint des propriétaires de petites maisons à s'acheter une caravane de seconde main et de chercher, dans les vastes contrées des Etats-Unis, un nouvel emploi.

George Carlin avait un esprit décapant, donc éliminant les idées superficielles dominantes pour faire ressortir le véritable sens de ce qu'elles ont pour fonction de cacher, de camoufler.

(Réd. A l’Encontre)

Recent Comments

Le site alencontre.org existe depuis plus de 12 ans. Il vient de changer d’aspect. De manière significative. Mais il n’a pas modifié ses objectifs : informer, analyser, afin de faciliter une compréhension des réalités économiques, sociales, politiques à l’échelle internationale. Dans ce sens, ce site valorise la liaison qui peut s’établir entre comprendre et agir, dans une perspective socialiste et démocratique. Ce «lifting» a été effectué pour répondre aux exigences d’un nombre croissant de lectrices et lecteurs. Nous espérons que celui-ci entrera en résonance avec les attentes des visiteurs de A l’Encontre et de La Brèche. Il leur appartiendra, aussi, de s’en approprier le contenu et de le commenter. Vous pouvez nous contacter sur redaction@alencontre.org