jeudi
27
avril 2017

A l'encontre

La Brèche

Daech importe les ingrédients de ses bombes

Publié par Alencontre le 17 - mars - 2016
Le parcours des composants électroniques utilisés par l'EI. Concernant les pièces suisses provenant de STMicroelectronics, il s'agit du parcours présumé, en l'absence de clarifications données par l'entreprise. DR

Le parcours des composants électroniques utilisés par l’EI. Concernant les pièces suisses provenant de STMicroelectronics,
il s’agit du parcours présumé, en l’absence de clarifications
données par l’entreprise.

Par Claude Angeli

Des achats légaux, révèle une étude récente. Et un navire de croisière peut devenir une cible, selon les services français.

Financée par l’Union européenne, une étude du Conflict Armament Research s’est intéressée aux importations de ces amateurs d’explosifs. Après vingt mois d’enquête – n’est-ce pas un peu long? –, les experts de ce centre de recherches et d’analyse basé à Londres ont remis, à la fin de février, un rapport de 106 pages sur leurs découvertes. Car, et c’est l’ironie de l’histoire, aucun des ingrédients nécessaires, après assemblage, pour faire sauter voitures piégées, ponts, hôtels ou routes empruntées par des convois militaires n’est soumis au moindre embargo. Alors pourquoi se gêner?

Selon ce rapport, 51 sociétés de 19 pays [1] ont fourni aux artificiers de Daech détonateurs, composants chimiques, équipements électroniques, cordons et câbles, téléphones mobiles, très utiles pour programmer le déclenchement à distance d’une bombe. La France ne figure pas sur la liste des pays identifiés par les experts londoniens – on respire…

En revanche, la Turquie (13 entreprises concernées), l’Inde, la Russie, les USA, le Japon, la Chine, le Yémen et plusieurs Etats européens sont réputés, à en croire l’étude citée, pour l’«extrême rapidité» des livraisons et pour la «facilité d’acquisition» de tous ces produits par Daech. Dont les bricoleurs sont bien capables de faire sauter ensuite, dans ces divers pays, les explosifs conçus grâce à leurs produits chimiques ou à leurs composants électroniques. Payés à la commande, on espère.

«Bataclan flottant»

Autre mauvaise nouvelle: voilà environ trois mois, la Direction du renseignement militaire (DRM) a rédigé, à l’intention de l’état-major des armées et du ministère de la Défense, une note sur le terrorisme «maritime». En utilisant, au détour d’un ou deux alinéas, une formule des plus explicites, «Bataclan flottant», qui traduit bien la recherche du spectaculaire par les terroristes.

En résumé, les analystes de la DRM dressent une liste des actions possibles. En premier lieu, l’explosion d’une bombe – ou d’un kamikaze… – à bord d’un ferry ou d’un navire de croisière. Actions encore à craindre, selon le Renseignement militaire, un attentat à bord d’un bateau relâchant dans un port, voire l’utilisation d’un Zodiac piégé pour aborder un navire en pleine mer.

Mais les inquiétudes des gouvernements et de leurs services ne se limitent pas au seul terrorisme maritime. Des militaires américains, français et britanniques arpentent discrètement plusieurs pays africains afin d’inciter à la prudence les armées locales qui détiennent des missiles sol-air. Lesquels pourraient être volés et finir aux mains des combattants de Daech, désormais très présents en Libye. Ces djihadistes possèdent sans doute déjà quelques missiles sol-air russes SA-7 et Sa-16, récupérés en Syrie ou en Irak.

Au décollage ou à l’atterrissage, un Airbus et un Boeing sont d’excellentes cibles… (Article publié le 16 mars dans Le Canard enchaîné) 
___

[1] En date du 25 février 2016, l’ex-journal de référence, Le Temps, publié à Lausanne (Suisse), citait le même rapport et indiquait: «Selon le rapport, des transistors TIP 102 et BDX 53C fabriqués par l’entreprise de Plan-les-Ouates (Genève) [la société suisse STMicroelectronics] se sont retrouvés dans des bombes artisanales utilisées par l’Etat islamique contre les forces irakiennes et kurdes. STMicroelectronics n’a pas répondu aux demandes d’information des auteurs du rapport, qui voulaient connaître le parcours suivi par les transistors.»

L’entreprise genevoise répond au Temps«Selon notre enquête interne, les éléments incriminés correspondent à des contrefaçons, problème récurrent dans notre industrie.» Et d’insister: «Nous nous serions jamais permis de vendre des produits à l’Etat islamique ni à aucune autre organisation apparentée.» On est en droit de se demander pourquoi STMicroelectronics n’a pas répondu aux experts du Conflict Armament Research, organisme mandaté par l’UE. Est-ce le respect du secret commercial? STMicroelectronics pensait-elle que les experts du CAR allaient mettre dans leur rapport la liste des acheteurs de leurs produits? Et, à partir de quels critères, la direction de STMicroelectronics pouvait savoir que l’acheteur était un affidé de l’EI ou d’une organisation apparentée? On s’imagine un commercial de Daech arrivant à Plan-les-Ouates avec une carte de visite contresignée par le calife Al-Baghdadi. (Réd. A l’Encontre)

PS: L’insatiable Netanyahou

Le premier ministre israélien n’en finit pas de tenir la dragée haute à Barack Obama. «Ces deux-là éprouvent une véritable aversion l’un pour l’autre, mais, à la fin, c’est Netanyahou qui gagne, constate un diplomate français. Et il exige toujours plus de son allié américain.» A preuve sa récente demande d’augmenter l’aide militaire consentie chaque année par la Maison-Blanche (3 milliards de dollars) et de la porter à 5 milliards.

Un ancien porte-parole de Netanyahou, Aviv Bushinsky, a cru possible de montrer, lui aussi, son aversion pour le représentant d’Obama en Israël, l’ambassadeur américain Daniel Shapiro. Lors d’un débat sur Channel 2, le 20 janvier, il l’a tout simplement qualifié de «youpin» (yehudoni, en hébreu). Ce diplomate [Daniel Shapiro] s’était permis de critiquer la situation dont sont souvent victimes les Palestiniens. (Claude Angeli)

Vous pouvez écrire un commentaire, ou utiliser un rétrolien depuis votre site.

Ecrire un commentaire




Philippe Poutou et son message lors des 15 minutes avec les 11 candidats sur France 2, le 20 avril 2017


Présidentielle : revivez le passage de Philippe Poutou dans "15 minutes pour convaincre" sur France 2

Parmi les divers thèmes abordés dans sa campagne, le chômage a une place importante. Le chômage est d'abord une arme – ils ne sont pas désarmés – par les employeurs afin de faire accepter plus facilement des conditions de travail épuisantes, dégradées et des salaires de survie. Car, si «cela ne vous convient pas, il y en a dix qui attendent devant la porte».

Le chômage est aussi un coût qui pèse sur celles et ceux qui le subissent, et aussi bien directement qu'indirectement sur leur famille. Tensions, stress accru, dégradation de la santé physique et psychique. C'est inacceptable.

Michel Husson affirme: «La réduction du temps de travail permet la création d'emplois. Mais la condition essentielle est le contrôle des travailleurs et travailleuses sur la réalité des créations d'emplois. Ce sont eux qui doivent décider collectivement de la meilleure manière de combiner les formes possibles de réduction du temps de travail, de manière à prendre en compte les aspirations différenciées de salarié·e.s: réduction quotidienne (tant d'heures par jour); hebdomadaire (par exemple 4 jours), annuelle (journée RTT), pluriannuelle (année sabbatique).»

Recent Comments

Le site alencontre.org existe depuis plus de 12 ans. Il vient de changer d’aspect. De manière significative. Mais il n’a pas modifié ses objectifs : informer, analyser, afin de faciliter une compréhension des réalités économiques, sociales, politiques à l’échelle internationale. Dans ce sens, ce site valorise la liaison qui peut s’établir entre comprendre et agir, dans une perspective socialiste et démocratique. Ce «lifting» a été effectué pour répondre aux exigences d’un nombre croissant de lectrices et lecteurs. Nous espérons que celui-ci entrera en résonance avec les attentes des visiteurs de A l’Encontre et de La Brèche. Il leur appartiendra, aussi, de s’en approprier le contenu et de le commenter. Vous pouvez nous contacter sur redaction@alencontre.org