vendredi
19
octobre 2018

A l'encontre

La Brèche

Par Daniel Gatti, Eliana Gilet, Marcelo Aguilar

La première partie de ce dossier a été publiée en date du 30 mars 2018 . Le premier article portait sur l’assassinat de Marielle Franco à Rio, auquel nous avons consacré divers articles.

Daniel Gatti dans l’introduction de ce dossier situe ce meurtre dans son contexte. Il écrit: «Marielle était considérée comme une «leader sociale». Son pays figure sur la liste des pays les plus meurtriers du monde pour «les dirigeant·e·s de mouvements sociaux», aussi bien dans les campagnes que dans les villes et dans les zones les plus diverses. La Commission pastorale de la terre, organe lié à l’épiscopat – qui tient des statistiques sur la violence dans les campagnes brésiliennes depuis 1985 –, a rappelé dans son dernier rapport qu’entre 1985 et 2017, quelque 1900 personnes ont été tuées dans des conflits portant sur l’appropriation de la terre dans le pays, en particulier dans les Etats du nord et du nord-est. La violence sociale dans les campagnes est en hausse, conjointement aux conflits (1217 en 2015, 1563 en 2016, près de 1600 l’année dernière). L’impunité n’a pas changé: elle est «formidable», comme il y a 35 ans. Sur les 1834 homicides enregistrés jusqu’en 2016, seulement 31 personnes ont été condamnées au cours de 112 procès. Les victimes sont pour la plupart des dirigeants paysans (du Mouvement des Sans Terre et autres), des indigènes, des défenseurs des droits de l’homme, des activistes de l’environnement et aussi des «simples» occupants de terres.

Selon un autre rapport, «Vies en lutte: criminalisation et violence contre les femmes et les hommes défendant des droits humains au Brésil» – étude effectuée sous les auspices de l’Université fédérale du Sud et du Sud-Est Pará (UNIFESSPA) – sur les 66 militant·e·s tués dans tout le Brésil en 2016, pour diverses raisons, la plupart étaient liés à des conflits portant sur la terre. L’année dernière, il y a même eu des massacres collectifs: à Recife, par exemple, où neuf membres du MST ont été massacrés en mai. «Après le coup d’État parlementaire [visant Dilma Rousseff], qui a conduit à la présidence de Michel Temer, a crû le sentiment d’impunité que les propriétaires terriens et les promoteurs de projets miniers avaient déjà développé», explique Layza Queiroz, avocat au sein de l’organisation Terra de Direitos.»

Daniel Gatti conclut de la sorte: «Marielle défendait les droits de la communauté LGBT. Etre gay, transgenre, lesbienne, travesti est également très dangereux au Brésil: à la fin septembre 2017, 227 membres de la communauté LGBT avaient été tués, presque un par jour, et souvent dans des conditions atroces. En 2016, le total s’élevait à 343. Les Eglises évangéliques – avec leur poids social et politique croissant dans le pays – prêchent presque ouvertement leur extermination. Le gouvernement Temer a réduit de la moitié le budget des programmes de lutte contre l’homophobie.

Aux funérailles de Marielle Franco, il y avait des fleurs rouges et des pancartes de son parti (PSOL), du MST, de groupes féministes, d’associations de lesbiennes et des messages «mal écrits» provenant de favelas. “Ils exécutent celui qui élève sa voix”, “Ce coup de feu était pour le peuple, mais la lutte continue”, “Vies noires, Marielle toujours présente”, pouvaient être lus sur certaines banderoles. “Pour ses actions dans le Conseil municipal et pour son travail de base avec les communautés opprimées et humiliées des favelas, pour ses dénonciations énergiques de la violence policière sélective et pour son soutien aux mouvements sociaux, Marielle Franco avait le profil idéal pour être la cible de la fureur des miliciens ou des membres de ce qu’on appelle le “gang pourri” de la police militaire”, a écrit le journaliste Eric Nepomucucuc de Rio.»

Les sombres récits – qui forment la seconde partie de ce dossier – illustrent la guerre contre les pauvres et les opprimé·e·s menée par les dominants dans divers pays de l’Amérique centrale et du sud, une guerre qui, fort souvent, est omise par les «analystes» politiques. (Réd. A l’Encontre) 

*****

Antonio María Vargas Madrid, victime de la guerre de la coca (Rafael Alonso Maya)

Antonio María Vargas Madrid a été tué parce qu’il a signé un accord pour la substitution collective de la feuille de coca dans le sud du département colombien de Córdoba, dans le nord du pays. Personne à San José de Uré, la ville où il a vécu, n’ose le dire publiquement, mais tout le monde le sait. Ils ne le disent pas parce qu’ils craignent pour leur vie et aussi pour celle de Pliny Thumb, qui avait également signé l’accord et qui a été tué deux semaines plus tôt dans une région voisine. Ils ne le disent pas parce qu’ils savent que toute cette région est à la merci des gangs criminels et que personne ne peut y lever un doigt sans leur consentement.

Colombie: Antonio María Vargas Madrid, l’œuvre des paramilitaires

Le silence y règne aussi

La mort d’Antonio s’est produite dans la nuit du 31 janvier dans le village de Nueva Ilusión dans la petite ville de San José de Uré, à Córdoba, épicentre du conflit armé dont la région et le pays ont souffert au cours des dernières décennies. Antonio a été enlevé de chez lui par des hommes armés à 20 heures et abattu dans la rue, devant ses voisins et certains de ses proches.

Il a été trésorier de la Junta de Acción Comunal (Conseil d’action communautaire), une organisation sociale qui réunit les familles de la communauté pour améliorer leurs conditions de vie – elles existent partout en Colombie dans les zones rurales et urbaines –,­ c’est-à-dire pour réparer les routes, pour avoir un meilleur accès aux services de santé, aux services publics, à l’éducation, etc. Comme 7000 familles de la région, il avait signé la loi sur la substitution des cultures de coca, un projet qui s’inscrit dans le cadre de la mise en œuvre de l’accord de paix entre le gouvernement et les FARC (Forces armées révolutionnaires de Colombie). Il vise à nettoyer le sol et à enlever cette culture du cœur des paysans qui plantent cette plante qui a servi de combustible pour perpétuer la guerre interne en Colombie.

Douze jours plus tôt, le 18 janvier, dans cette même région (municipalité), a été assassiné Plinio Pulgarín, président du Conseil d’action communale de San Pedrito. Il avait également signé l’accord avec le gouvernement. Durant ces mois de 2018, quatre dirigeants sociaux ont été assassinés à San José de Uré, selon l’instance de Défense du peuple (Defensoria), l’organe de contrôle qui veille à la protection des droits de l’homme dans le pays. La semaine dernière, cet organisme a rapporté que dans la région environnant San José de Uré, entre le 18 janvier et le 9 mars, 732 familles – 2192 personnes – ont été déplacées, ce qui montre clairement «l’ampleur de l’urgence humanitaire» dont souffre sa population. Il a fait référence à une zone qui s’étend du sud de Cordoba au nord et au nord-est du département d’Antioquia et qui est un no man’s land.

Dans cette région, la Defensoría a indiqué, dans un communiqué datant de mi-mars, que la cause de ces atrocités «réside dans les combats entre groupes armés illégaux suite la démobilisation des AUC (Autodéfenses unies de Colombie, paramilitaires)». Ce faisant, il fait référence aux organisations paramilitaires d’extrême droite Autodefensas Gaitanistas de Colombia et Frente Virgilio Peralta des Autodefensas Campesinas, qui cherchent à exercer un contrôle absolu sur ce territoire afin de saisir les revenus laissés par la culture et le commerce de la drogue.

Malgré les efforts déployés par le gouvernement national pour éradiquer les cultures de coca et pour qu’un plus grand nombre de familles deviennent des producteurs légaux de cultures comme le cacao ou le caoutchouc, les surfaces pour la culture de la coca ont augmenté ces dernières années, passant de 96’000 hectares en 2015 à 146’000 hectares en 2016, selon les Nations Unies.

Selon les défenseurs des droits humains, c’est ce qui a déclenché la violence dans plusieurs régions du pays. «Nous pouvons dire avec certitude que le commerce de la coca, au moins dans le sud de Cordoba, s’est développé et dispose d’un pouvoir beaucoup plus grand, plus dévastateur que lorsque les FARC étaient présentes», a confié à Brecha Andrés Chica, directeur de la Fondation Cordobexia. Cet amalgame de groupes criminels, a-t-il souligné, «conduit les paysans à être les victimes directes parce qu’ils se sont fixé l’objectif de dire oui à la mise en œuvre (de l’accord de paix)».

Au début de cette année, le gouvernement colombien s’est dit préoccupé par l’augmentation du nombre d’assassinats de dirigeants sociaux dans le pays. Ceci, après le «faux pas» du ministre de la Défense, Luis Carlos Villegas, qui, en décembre 2017, avait assuré que la mort violente de ces dirigeants était principalement due à des «histoires de femmes».

Le 2 février passé, le vice-président, Oscar Naranjo, a souligné qu’il y aura une plus grande coordination institutionnelle pour protéger ces personnes. De concert avec le bureau du procureur général, les autorités chercheront à clarifier les origines des «morts» qui se sont produites jusqu’à présent, de sorte qu’aucun cas ne reste impuni. Cependant, depuis le jour de sa déclaration jusqu’au 25 mars, huit autres dirigeants ayant des histoires très semblables à celle d’Antonio ont été assassinés.

*****

Isidro Baldenegro: assassiné le 15 janvier 2017.
La malédiction du Goldman (Eliana Gilet)

Comme la Hondurienne Berta Cáceres, Isidro Baldenegro s’est vu décerner le «Nobel» de l’environnement. Son militantisme pour la défense de la forêt indigène dans la Sierra Madre du Mexique (chaîne de montagnes qui s’étend sur 1250 km à 50 km au sud de la frontière avec les Etats-Unis) et pour celle des droits des peuples indigènes lui a également valu la vie. A ces camarades de lutte aussi distants, le Prix Goldman international n’a pas servi de protection.

Isidro Baldenegro

C’est peut-être parce qu’il a vu  son père, Julio Baldenegro Peña, être tué en 1986 pour s’être opposé à l’abattage aveugle de la forêt indigène, qu’à l’âge de 20 ans sa vie a définitivement pris le chemin de la défense du site où il est né. Isidro Baldenegro López avait 51 ans lorsqu’il a également été assassiné le 15 janvier 2017.

Les Baldenegro, père et fils, sont nés dans une communauté de Rarámuri (ou Tarahumara, peuple indigène) dans le sud du Chihuahuahua, le plus grand Etat du Mexique, à la frontière avec les Etats-Unis. Les territoires ancestraux de ces communautés indigènes font partie de la Sierra Madre occidentale – la chaîne de montagnes qui occupe une grande partie de l’ouest du Mexique et continue son chemin au-delà de la frontière nord – et possèdent l’une des dernières forêts vierges du pays. Là, dans la Sierra Tarahumara, le chêne et le pin parfument et purifient l’air, gardent l’humidité de l’environnement et l’eau propre. Actuellement, la forêt a été réduite à moins de 1% de sa superficie d’origine.

L’exploitation aveugle du bois et la lutte contre cet abattage industriel a une longue histoire ici. La première action insurrectionnelle de guérilla des années 1960 au Mexique a eu lieu à quelque 300 kilomètres au nord de l’endroit où les Baldenegro ont été tués. Le 23 septembre 1965, une douzaine de jeunes hommes attaquent la caserne militaire de Ciudad Madera et sont massacrés. Entre autres revendications, ils ont exigé l’arrêt de l’accaparement des terres par les sociétés d’exploitation forestière qui dévastaient la région et la dépouillaient de ses richesses naturelles.

Coloradas de la Virgen, le village de Baldenegro, compte 50 habitants. Isidro s’était éloigné de là pendant 10 ans à cause des menaces et des attaques qu’il a reçues au début des années 2000. Mais une visite à la maison d’un membre de la famille dans le village a suffi pour qu’il soit criblé de balles. Ni son meurtrier ni celui de son père n’ont été traduits en justice. Ils restent impunis. C’est également le cas des trois autres défenseurs de la forêt de Tarahumara qui ont été tués en 2016 et dont la mort est passée presque inaperçue: ils n’ont été mentionnés qu’un an plus tard dans un communiqué de l’UNHCR (ACNUR) portant sur le meurtre d’Isidro, mais leurs noms n’ont même pas été divulgués.

Toutes les instances internationales présentes au Mexique liées à la défense des droits de l’homme ont condamné l’assassinat d’Isidro Baldenegro. La Cour interaméricaine des droits de l’homme (CIDH) a exhorté l’Organisation des Etats américains (OEA) à adopter d’urgence des mesures pour protéger les défenseurs des terres du continent qui, à cette époque, en 2017, sont tombés comme des mouches: Laura Vásquez Pineda, une opposante à une firme minière canadienne, a été assassinée le 16 janvier à Mataquescuintla, au Guatemala; le lendemain, Sebastian Alonso Juan a été assassiné à Yichk’isis, dans la région de Huehuetenango, à la frontière avec le Mexique, où les communautés des peuples Chuj et Q’anjob s’opposent à la construction de deux barrages hydroélectriques. La liste peut devenir terriblement interminable. Un rapport de l’association britannique Global Witness indique que 60% des 200 meurtres commis dans le monde en 2016 contre des personnes organisées pour la défense territoriale se sont produits en Amérique latine (voir «La Grieta» dans l’hebdomadaire Brecha, 28 juillet 2017). Isidro Baldenegro’s était l’un de ceux rendus le plus visible.

A tel point que Google a dédié son dessin du jour à l’occasion du premier anniversaire de son assassinat, son image iconique. Ils l’ont représenté de profil, avec un bandeau rouge sur le front.

Le cas de Berta

Isidro Baldenegro avait quelque chose en commun avec la célèbre militante écologiste Berta Cáceres qui lui a donné une notoriété relative par rapport à d’autres cas en Amérique latine: tous deux – avant d’être tués – avaient reçu le Prix Goldman, le «Prix Nobel» pour la défense de l’environnement,

Bien que la mort de Baldenegro n’ait jamais été élucidée, le meurtre de Berta Caceres, le 3 mars 2016, à La Esperanza, au Honduras, a représenté un revers pour l’impunité qui entoure généralement ce type de morts violentes. Dans son cas, la pression de ses filles et de son organisation, le Conseil civique des organisations populaires et autochtones du Honduras (COPINH) – qui a poursuivi sa lutte –, a conduit un groupe d’experts envoyés par la Commission interaméricaine des droits de l’homme à accéder à des informations retenues par le système judiciaire local depuis un an. Les experts ont conclu que les directeurs de la société DESA, propriétaire du projet hydroélectrique Agua Zarca, auquel Cáceres et COPINH se sont opposés pendant des années, étaient les auteurs intellectuels du meurtre (voir «La empresa que la mató», in Brecha, 24 novembre 2017).

Isidro et Berta ont été faussement accusés par leurs Etats respectifs de délits qu’ils n’avaient pas commis; une façon de mettre fin à leur lutte. Baldenegro a été arrêté arbitrairement en 2003 avec un autre membre de la communauté, Hermenegildo Rivas Carrillo. Ils ont été accusés à tort de possession illégale d’armes à usage exclusif à l’armée (un crime fédéral qui peut impliquer des peines de prison à vie) et de marijuana. Isidro a été arrêté à l’intérieur de son domicile, où des fonctionnaires judiciaires sont entrés sans mandat de perquisition ni mandat d’arrêt. Des mois plus tôt, à la suite de l’organisation de piquets de grève et de manifestations répétées, Baldenegro et sa communauté avaient réussi à mettre fin temporairement à l’exploitation illégale des terres communautaires. En 2002, ils s’étaient rendus à pied jusqu’à la ville de Chihuahuahua et obtenu une suspension judiciaire de la déforestation. Le coût de cette conquête populaire a été que Baldenegro est devenu un prisonnier politique pendant plus d’un an, même si les charges ont été abandonnées par la suite. Son cas a provoqué une telle agitation qu’en 2005, il a reçu le Prix Goldman.

Son discours d’acceptation du prix est prononcé dans les mots tels que tout le monde puisse le comprendre, d’un ton lent et aussi doux que la brise qui traverse les arbres de la Sierra Tarahumara.

«Au Mexique, il y a plus de soixante groupes ethniques indigènes différents et une grande partie d’entre eux ont les mêmes problèmes. Nos droits fonciers ne sont pas reconnus; les sociétés forestières envahissent nos terres quand elles le veulent et ceux qui sont impliqués dans des activités illégales contrôlent nos vies. Cette reconnaissance (le Prix Goldman) profite à une grande partie de ma communauté et à d’autres communautés Tarahumara, ainsi qu’à d’autres groupes ethniques autochtones de mon pays. L’invitation est faite à tous ceux qui voudraient soutenir la lutte de mon peuple, parce que le conflit n’est pas terminé.»

*****

Le cas de Nilce Magalháes de Souza.
Ce que l’inondation a emporté (Marcelo Aguilar)

Lorsqu’un barrage atteint une zone, l’eau qu’il retient inonde et emporte tout. Des maisons et des vies. Mais ce n’est pas seulement l’eau qui fait des désastres. Il en va de même pour la pauvreté. Elle est exacerbée par les conflits et la violence. La centrale de Jirau, située sur le fleuve Madère, à 120 km de Porto Velho, capitale de l’Etat brésilien de Rondônia, n’a pas fait exception. La troisième plus grande centrale hydroélectrique du pays a radicalement changé la vie de très nombreuses personnes. Comme celle de Nilce Magalhães de Souza, ou «Nicinha» comme on l’appelait, qui a dû quitter sa maison à Abunã pour vivre sur une île avec d’autres pêcheurs en quête de survie. Il n’y avait ni eau potable. ni électricité sur cette île. Quelle drôle d’ironie.

«Cette île est le seul endroit où nous pouvons vivre. Nous sommes loin de tout le monde, de nos pères, mères, enfants et petits-enfants, mais malheureusement, c’est la seule chose que la centrale hydroélectrique nous a offerte», explique Nicinha dans le documentaire Jirau e Santo Antônio: portraits d’une guerre amazonienne. A cette époque, elle vivait dans la région de Velha Mutum Paraná depuis cinq mois, parce qu’à Abuna il n’y avait nulle part où pêcher et le niveau d’eau montait. «La centrale électrique est venue ici et nous a dit que c’est leur eau, mais je ne sortirai pas tant que la compagnie n’aura pas pris des mesures à l’égard des pêcheurs. Parce que nous n’avons nulle part où pêcher et nulle part où vivre. Le barrage hydroélectrique a détruit notre maison, nous a noyés, et maintenant il veut nous affamer jusqu’à la mort. La centrale électrique a tout tué. Pas un arbre n’a pas survécu», dit Nicinha.

Nicinha était militante du Mouvement des personnes affectées par les barrages (MAB, en portugais) et luttait pour garantir les droits des victimes du Jirau. Elle a dirigé plusieurs occupations du chantier de construction du barrage de Jirau et a été une conférencière de premier plan lors de réunions et d’audiences publiques. C’était une guerrière: «Une fois qu’un camion est arrivé avec des paniers de nourriture et des kits de nettoyage, a dit sa fille Ivanilce de Souza dans un entretien non encore publié, ma mère leur a dit que tous ceux qui étaient là étaient affectés par la montée des eaux, mais la compagnie a dit non, et il n’y en avait que pour certains. Ma mère leur a dit que s’il n’y en avait pas assez pour tout le monde, elle brûlerait le camion. juste là. Et la compagnie a fini par livrer (les paniers) à tout le monde.»

En tant qu’activiste du MAB, Nicinha n’a pas abandonné. Elle allait de réunion en réunion, «elle marchait des kilomètres et des kilomètres, faisait de l’auto-stop, montait dans un camion, dans un bateau, au milieu des eaux montantes, pour se rendre à Porto Velho pour une réunion», se souvient sa fille.

Nicinha savait que quelqu’un devait mourir à cause de la lutte dans laquelle elle était impliquée. Il l’a dit à sa fille un jour où elles se promenaient à Porto Velho. Le 7 janvier 2016, elle a disparu. Son corps a été retrouvé avec ses mains et ses jambes attachées à une pierre, le 21 mai de cette année-là, dans le lac créé par le barrage. Comme dans tant d’autres cas similaires, le meurtre de Nicinha a été décrit comme le résultat d’un conflit entre voisins. Le rôle possible que la construction du barrage a pu jouer et le travail de Nicinha pour le combattre sont complètement omis. Bien que les motifs du crime ne soient pas encore clairs, le tueur a avoué et est toujours en prison. Il vivait sur la même île et Nicinha l’avait beaucoup aidé. Quand sa fille est allée ranger les quelques affaires que sa mère avait, elle a trouvé des vêtements que Nicinha collectionnait pour la fille de son assassin.

La Commission interaméricaine des droits de l’homme a condamné le meurtre dans une note condamnant plusieurs meurtres de défenseurs des droits de l’homme au Brésil. La fille de Nicinha n’y croit toujours pas: «Pour moi, elle voyage, elle pêche quelque part, et elle reviendra d’un jour à l’autre.» Mais elle sait que sa mort n’a pas été vaine: «La lutte continue, et beaucoup de personnes sont inspirées par son exemple, avec la même force et le même style.»

*****

Un bon écologiste est un écologiste mort.
Le cas de Silvino Zapata (Daniel Gatti)

Silvino Zapata était président du Conseil des anciens de la communauté Garifuna du Honduras. Il était également un écologiste bien connu et s’opposait aux tentatives des propriétaires fonciers et des sociétés hydroélectriques d’accaparer des terres aux peuples autochtones des Caraïbes honduriennes. «Dans la défense des rivières et des terres, il en va de la vie des pauvres», a-t-il dit.

Silvino Zapata

Le 15 octobre, deux hommes armés l’ont approché par-derrière alors qu’il fermait un magasin dont il était propriétaire et l’ont abattu à Omoa, dans le nord du pays. Zapata vivait sous la menace, mais il a dit qu’au Honduras, arriver à son âge après avoir été un combattant était déjà un privilège. «Il ne fait aucun doute qu’il s’agit d’un des meurtres sélectifs qui ont lieu dans ce pays depuis des années», a commenté Bertha Oliva, présidente du Comité des proches des détenus et des disparus au Honduras (COFADEH). Zapata n’avait pas le même charisme ou la renommée d’une Berta Cáceres – dirigeante indigène Lenca, féministe, écologiste, fondatrice du Conseil civique des organisations populaires et indigènes du Honduras, qui a été abattue chez elle il y a deux ans, en mars 2016 – mais «les deux battaient pour les mêmes causes», a dit Oliva. Cáceres a été tué, tout porte à supposer, en raison de son opposition au projet Agua Zarca, c’est-à-dire la construction d’un barrage hydroélectrique sur les terres de Lenca, ce qui anéantirait la production locale.

Zapata s’était opposé à un projet similaire et avait exigé l’application d’un jugement de 2014 de la Cour interaméricaine des droits de l’homme qui exigeait que l’Etat hondurien restitue aux Garifuna [population indigène qui vit au Honduras, au Guatemala, Nicaragua, Belize…] des terres officiellement reconnues comme ancestrales et qui leur ont été enlevées pour être remises à des «personnes inconnues», c’est-à-dire des hommes d’affaires. «Si nous avons préservé nos forêts, pourquoi ne pas les gérer nous-mêmes?» Voilà ce que l’on pouvait lire sur une bannière de la communauté Garifuna le jour de l’enterrement de Zapata.

Apparemment, les tueurs de Zapata ont été identifiés, mais ils sont toujours en liberté. Certains ont été arrêtés pour le meurtre de Cáceres, mais ses auteurs intellectuels n’ont pas été dérangés. Il y a des soupçons d’implication dans le crime de cadres de la société DESA (Desarrollos Energéticos), en charge du projet Agua Zarca, qui a été financé par la Banque mondiale et des banques américaines et européennes, avec un appui aussi de l’armée. La même chose se produit dans le cas de Zapata: on soupçonne des militaires et des hommes d’affaires. «Les escadrons de la mort n’ont jamais cessé d’exister au Honduras, mais le coup d’Etat contre Manuel Zelaya en 2009 et tout ce qui a suivi leur a donné des ailes», explique Oliva.

Depuis lors, l’ONG Global Witness a compté 120 meurtres de «militants de l’environnement» honduriens, bien qu’elle soit consciente qu’il y en a probablement beaucoup plus. L’année dernière, l’association a publié un rapport («Honduras, l’endroit le plus dangereux pour défendre la planète») qui rend compte de la complicité croisée entre hommes d’affaires, militaires, fonctionnaires, institutions multilatérales et gouvernements étrangers (en particulier les Etats-Unis) dans la répression ou la lutte contre les environnementalistes.

«La corruption qui règne dans le pays signifie aussi que les militant·e·s peuvent être tués en toute impunité», déclare Global Witness, qui cite des dizaines de cas de meurtres de militants sociaux, comme celui de Francisco Martínez Márquez, membre du mouvement autochtone Lenca (MILPAH), criblé de balles et démembré en janvier 2015 pour avoir résisté au projet de barrage hydroélectrique de Los Encinos. Ou ceux des jeunes agriculteurs Allan Martínez et Manuel Milla, ou José Ángel Flores, président du Mouvement paysan unifié d’Aguán (MUCA), qui a été tué par balle le 18 octobre 2016.

Global Witness dénonce également la criminalisation des résistants honduriens accusés d’«entrave au développement» ou d’«actes terroristes» et traduits en justice. Ils font également l’objet de menaces constantes et de campagnes de diffamation, en particulier sur les réseaux sociaux, les reliant à des trafiquants de drogue ou à des gangs. «Le meilleur écologiste est l’écologiste mort», a été écrit dans une lettre, non signée, laissée à l’endroit où un autre membre du MUCA a été exécuté.

Le rapport de Global Witness est particulièrement sévère avec le gouvernement des Etats-Unis. La plupart des entreprises impliquées dans l’embauche d’hommes armés qui tuent les dirigeants sociaux ont leur siège aux Etats-Unis, la plupart des banques qui financent ces projets de même, et la plupart de l’argent qui assure le fonctionnement des forces armées honduriennes vient des Etats-Unis. En septembre 2016, alors que le démocrate Barack Obama était encore à la Maison-Blanche, le Département d’Etat a certifié que le Honduras satisfaisait à toutes les «normes concernant les droits de l’homme», normes requises pour l’assistance de Washington. Un an plus tard, sous l’administration du républicain Donald Trump, les Etats-Unis ont donné leur bénédiction au gouvernement de Juan Orlando Hernandez (mandat présidentiel initié en janvier 2014), accusé urbi et orbi de fraude massive lors des élections.

La répression de la résistance de la rue à ces manœuvres, qui a conduit à la réélection de Hernandez, a entraîné au moins 30 morts et un durcissement des conditions d’activités des mouvements sociaux dans les zones rurales. «Les escadrons de la mort ont été réactivés, nous vivons une situation égale ou pire que celle des années 1980», a dénoncé le défenseur des droits humains et membre de la Coalition Tomás Zambrano contre l’impunité, il y a quelques semaines.

*****

Carlos Maaz Coc et la lutte pour la protection de l’eau au Guatemala. Un pêcheur avec une balle dans la poitrine (Daniel Gatti)

Pour Carlos Maaz Coc, cette nuit de pêche avait été routinière et non rentable. Cela devenait monnaie courante parce qu’au cours de la dernière décennie, les compagnies minières ont commencé à déverser des polluants dans les cours d’eau, qui ont envahi le lac Izabal, situé dans le département guatémaltèque du même nom. Naturellement, ce déversage a eu un impact dramatique sur son travail de pêcheur artisanal. Un métier qu’il avait embrassé non seulement par nécessité mais aussi parce qu’il s’agissait d’un héritage ancestral pour ce descendant maya-quiché, âgée de 27 ans. Carlos Maaz faisait partie de communautés qui, historiquement, ont vénéré et grandi autour du lac Izábal. Lui et de nombreux autres habitants de la région étaient préoccupés par la contamination croissante de leur principale source de revenus. C’est pour cette raison, et surtout depuis 2015, qu’ils cherchent des moyens de faire prévaloir leurs droits.

Enterrement de Carlos Maaz Coc

Le lendemain matin, le 27 mai 2017, et une fois la pêche terminée, Carlos a participé à une réunion avec d’autres membres du Gremial de Pescadores Artesanales de El Estor (Union des pêcheurs artisanaux de El Estor), une des municipalités d’Izábal. Le travail de nuit et le militantisme communautaire ne l’ont pas empêché d’arriver en début d’après midi à la maison – un ensemble de bois empilé verticalement, un toit en tôle, un sol en terre, une table, un lit et trois chaises ­– pour le déjeuner. Sa jeune épouse, Cristina Xol Pop, 22 ans, et leur jeune fils, 8 ans, l’attendaient là-bas. La rencontre n’a pas duré longtemps: Carlos, une voix entendue et éminente de l’union, a dû assister à une manifestation qui a coupé la route pour protester contre la contamination de plus en plus abusive de trois entreprises: Proinco, Naturaceites et la Compagnie Guatémaltèque de Nickel (CGN).

Les trois déversent leurs déchets toxiques sans contrôle de l’Etat et les pêcheurs connaissent ses effets mieux que quiconque parce qu’ils sont obligés d’éviter et de s’éloigner quotidiennement des taches rouges croissantes qu’ils perçoivent dans le lac. Les manifestants, avec leur présence dans les rues, ont cherché à faire obstacle à l’accès à ces entreprises. Ils ont exigé avec insistance une négociation et, surtout, une enquête scientifique indépendante pour certifier l’immensité des dommages écologiques causés au lac, qui est le plus grand du pays, avec une superficie de près de 600 kilomètres carrés. Parmi les dénonciations, outre la pollution de l’eau, il y a la déprédation des collines, en particulier celle du Cerro Las Nubes, dont l’apparence et la taille ont changé de façon spectaculaire.

On est très loin des promesses du maire de la municipalité, du ministre de l’environnement – aujourd’hui en fuite face à la Justice – et des représentants des entreprises qui, à l’époque, assuraient que la présence de ces entreprises assurerait des progrès de la communauté. Les investissements, disaient-ils, réduiraient le chômage et leurs contributions monétaires, issues des redevances qu’ils devraient payer à l’Etat en paiement de l’utilisation des eaux, auguraient d’un avenir prometteur pour les habitants.

Ce samedi 27 mai 2017, vers 15 heures, alors que Carlos participait à la mobilisation, un contingent lourdement armé de la police anti-émeute de la Police nationale est arrivé sur le site. Sa présence relevait de la provocation et sa puissance de feu, ostensible, a généré une tension chez les participants. Ils ont commencé à prendre des pierres. C’est à ce moment-là que les agents ont commencé à lancer des grenades à gaz et à tirer des coups de feu pour les disperser. Un des tirs a frappé Carlos, qui a été touché à la poitrine. Aucun de ses collègues n’a été en mesure de l’aider car la police a continué à tirer pendant plusieurs minutes. En arrivant à son secours, des parents et des compagnons ont trouvé Carlos mort.

Malheureusement, l’histoire de Carlos n’est pas exceptionnelle. La Unidad de Defensoras y Defensores de Derechos Humanos du Guatemala a documenté qu’entre janvier et octobre 2017, il y a eu 328 attaques contre des défenseurs des droits humains; dont 52 meurtres – 45 victimes étaient des femmes; 72 attaques contre des défenseurs des peuples autochtones; et 30 attaques contre des journalistes. Interrogé par Brecha, l’un des plus éminents représentants de cette structure, Jorge Santos, n’a pas été en mesure de répondre immédiatement à notre demande d’informations parce qu’il a lui-même été victime d’une attaque anonyme qui l’a contraint à être hospitalisé.

La mort de Carlos Maaz Coc, l’attaque contre Jorge Santos et de nombreux autres Guatémaltèques s’inscrivent dans un long processus historique dont les racines remontent à l’héritage violent de la colonisation espagnole, inspiré par la stratégie de son conquérant, Pedro de Alvarado (1485-1541), arrivé pour «effrayer la terre». Mais c’est aussi l’un des résultats de la formation de l’Etat qui exclut systématiquement les secteurs majoritaires de la population, en particulier les autochtones, de l’accès aux ressources de l’Etat.

C’est l’une des nombreuses expressions de la violence institutionnalisée émanant d’une élite politico-militaire et judiciaire qui, sous le couvert de la politique, de l’assistance et des conseils des Etats-Unis, depuis le coup d’Etat de 1954, a systématiquement réprimé ses habitants. Cette élite est soutenue, comme l’indiquent les spécialistes, par un modèle mondial d’utilisation de pays structurellement faibles comme source de matières premières bon marché et de dépôt de polluants, un processus inscrit dans l’Accord de libre-échange centraméricain entre l’Amérique centrale, la République dominicaine et les Etats-Unis en 2006. (Dossier publié dans l’hebdomadaire uruguayen Brecha en date du 28 mars 2018; traduction A l’Encontre)

Vous pouvez écrire un commentaire, ou utiliser un rétrolien depuis votre site.

Ecrire un commentaire




Nicaragua: «100 jours de lutte pour la liberté», conférence de presse du 25 juillet

Voir la traduction française de cette conférence de presse publiée sur le site A l'Encontre le 26 juillet 2018

_______

Nicaragua: paysans assassinés par les paramilitaires d'Ortega

Voir l'appel de solidarité internationale publié sur le site A l'Encontre le 18 juillet 2018

Recent Comments

Le site alencontre.org existe depuis plus de 12 ans. Il vient de changer d’aspect. De manière significative. Mais il n’a pas modifié ses objectifs : informer, analyser, afin de faciliter une compréhension des réalités économiques, sociales, politiques à l’échelle internationale. Dans ce sens, ce site valorise la liaison qui peut s’établir entre comprendre et agir, dans une perspective socialiste et démocratique. Ce «lifting» a été effectué pour répondre aux exigences d’un nombre croissant de lectrices et lecteurs. Nous espérons que celui-ci entrera en résonance avec les attentes des visiteurs de A l’Encontre et de La Brèche. Il leur appartiendra, aussi, de s’en approprier le contenu et de le commenter. Vous pouvez nous contacter sur redaction@alencontre.org