mercredi
23
août 2017

A l'encontre

La Brèche

La femme d'un activiste politique disparu en 2013 tenant une photo de sa famille. © Amnesty International - Mark Esplin

La femme d’un activiste politique disparu en 2013 tenant une photo
de sa famille. © Amnesty International – Mark Esplin

Par Amnesty International

L’ampleur et le caractère orchestré des dizaines de milliers de disparitions forcées perpétrées par le gouvernement syrien au cours des quatre dernières années sont exposés dans un nouveau rapport publié par Amnesty International le 5 novembre.

Ce rapport intitulé Between prison and the grave: Enforced disappearances in Syria montre que l’Etat tire profit des disparitions forcées nombreuses et systématiques qui constituent des crimes contre l’humanité, par le biais d’un marché noir insidieux: les familles qui cherchent désespérément à savoir ce qu’il est advenu d’un proche disparu sont impitoyablement exploitées par des individus qui leur soutirent de l’argent.

«Les disparitions forcées commises par le gouvernement font partie d’une attaque généralisée et froidement calculée menée contre la population civile. Il s’agit de crimes contre l’humanité qui s’intègrent dans une campagne soigneusement orchestrée destinée à semer la terreur et à écraser le moindre signe de dissidence à travers le pays», a déclaré Philip Luther, directeur du programme Afrique du Nord et Moyen-Orient d’Amnesty International.

L’ampleur de ces disparitions est tragique. Le Réseau syrien pour les droits humains a rassemblé des informations sur au moins 65’000 disparitions enregistrées depuis 2011, dont 58’000 disparitions de civils. Les personnes capturées sont généralement détenues dans des cellules surpeuplées et dans des conditions épouvantables, et sans aucun contact avec le reste du monde. Beaucoup meurent des suites de maladies et de torture ou sont victimes d’une exécution extrajudiciaire.

Les disparitions forcées source de financement du régime

Les disparitions forcées sont devenues tellement systématiques en Syrie qu’un marché noir s’est mis en place avec des «intermédiaires» ou «négociateurs» qui se font payer des dessous-de-table allant de plusieurs centaines de dollars à plusieurs dizaines de milliers de dollars par des familles désespérées qui tentent de retrouver leurs proches disparus ou de savoir s’ils sont même encore vivants. Ces dessous-de-table représentent maintenant «une grande part de l’économie» selon un militant syrien des droits humains. Un avocat de Damas a aussi dit à Amnesty International que ce système constitue «la poule aux œufs d’or pour le régime […], une source de financement sur laquelle il s’est mis à compter».

Des familles ont cédé toutes leurs économies ou vendu leurs biens immobiliers pour payer des dessous-de-table afin de savoir ce qu’il était advenu de leurs proches disparus – parfois en échange de fausses informations. Un homme dont les trois frères ont disparu en 2012 a dit à Amnesty International qu’il a emprunté plus de 150’000 dollars pour tenter de savoir, en vain, où ses frères se trouvaient. Il est actuellement en Turquie où il travaille pour rembourser ses dettes.

«Ces disparitions qui brisent des vies ont aussi créé une économie de marché noir basée sur la corruption, qui fait commerce de la souffrance des familles ayant perdu un des leurs. Ces familles se retrouvent mutilées et accumulent les dettes», a déclaré Philip Luther. Ceux qui tentent de savoir ce qu’il est arrivé à un membre de leur famille qui a disparu risquent souvent d’être arrêtés ou soumis eux-mêmes à une disparition forcée, ce qui ne leur donne guère d’autre choix que de recourir à ces «intermédiaires».

Un ami de l’avocat syrien spécialiste des droits humains Khalil Matouq, qui a fait l’objet d’une disparition forcée il y a deux ans, a dit que les disparitions forcées font partie d’une «grande stratégie mise en œuvre par le gouvernement pour terroriser la population syrienne». Sa fille, Raneem Matouq, a également été soumise à une disparition qui a duré deux mois, et elle a vécu une expérience horrible en détention.

Citons le cas particulièrement effroyable de Rania al Abbasi, une dentiste, qui a été arrêtée en 2013 en même temps que ses six enfants âgés de deux à quatorze ans, alors que son mari avait été capturé la veille au cours d’une descente effectuée à leur domicile. On est depuis sans nouvelles de cette famille. Ces personnes pourraient avoir été prises pour cible parce qu’elles avaient apporté une aide humanitaire à d’autres familles.

Certains Etats ainsi que l’ONU ont condamné les disparitions forcées, mais la dénonciation de ces actes ne suffit pas. Il y a plus d’un an et demi, en février 2014, le Conseil de sécurité de l’ONU a adopté la Résolution 2139, qui demande qu’il soit mis fin aux disparitions forcées en Syrie, mais il n’a pas encore pris de mesures supplémentaires pour garantir sa mise en œuvre.

«Les Etats qui soutiennent le gouvernement syrien, notamment l’Iran et la Russie, qui a récemment commencé à mener des opérations militaires en Syrie, ne peuvent pas fermer les yeux sur les crimes contre l’humanité et les crimes de guerre commis massivement avec leur appui. La Russie, dont le soutien est essentiel pour le gouvernement du président Bachar el Assad, est parfaitement placée pour convaincre ce gouvernement de mettre fin à cette campagne cruelle et lâche de disparitions.»

Pour en savoir plus sur la campagne d’Amnesty International réclamant la fin des disparitions forcées en Syrie, veuillez cliquer ici. (Communiqué de presse publié le 5 novembre 2015, Londres – Genève)

Vous pouvez écrire un commentaire, ou utiliser un rétrolien depuis votre site.

Ecrire un commentaire





FIFA : comprendre le "système Blatter" en 5... par lemondefr

C’est une bombe que vient de lancer Der Spiegel. Dans un article intitulé «Le complot», l’hebdomadaire allemand dévoile un document qui relance le feuilleton «borgiesque» à la Fédération internationale de football (FIFA).

Ledit document est une proposition de contrat envoyée le 19 décembre 2014 par le cabinet d’avocats californien Quinn Emanuel (QE) au directeur juridique de la FIFA, Marco Villiger. Dans ce document, QE s’engage à défendre les intérêts de la Fédération contre le département d’Etat de la justice américaine.

Le contrat est signé le 5 janvier 2015 par le secrétaire général de l’organisation, Jérôme Valcke, et par son adjoint et directeur financier Markus Kattner, puis tamponné par M. Villiger.

La chronologie apparaît troublante dans la mesure où l’administration de la FIFA semble avoir été au courant de la menace exercée par les autorités américaines «142 jours» avant le fameux coup de filet du 27 mai 2015, à Zurich (Suisse). Ce jour-là, plusieurs dignitaires de l’instance planétaire avaient été interpellés pour corruption, fraude et blanchiment d’argent. Cette vague d’arrestations avait eu lieu deux jours avant la réélection du SuisseSepp Blatter, le 29 mai 2015, pour un cinquième mandat à la présidence de la FIFA.

«Un complot interne»

La tornade judiciaire avait finalement conduit le Valaisan à remettre son mandat à disposition, le 2 juin 2015. Sepp Blatter, dont la signature manque sur le contrat scellé avec QE, assure qu’il «n’était pas du tout au courant» de cet accord. Celui qui a été suspendu six ans pour un paiement de 2 millions de francs suisses (1,8 million d’euros) fait en 2011 à l’ancien président de l’Union des associations européennes de football (UEFA), Michel Platini – lui-même radié quatre ans – se dit victime d’un «complot interne». (Le Monde, 12 août 2017, à 12h44, à suivre sur le site de ce quotidien)

Recent Comments

Le site alencontre.org existe depuis plus de 12 ans. Il vient de changer d’aspect. De manière significative. Mais il n’a pas modifié ses objectifs : informer, analyser, afin de faciliter une compréhension des réalités économiques, sociales, politiques à l’échelle internationale. Dans ce sens, ce site valorise la liaison qui peut s’établir entre comprendre et agir, dans une perspective socialiste et démocratique. Ce «lifting» a été effectué pour répondre aux exigences d’un nombre croissant de lectrices et lecteurs. Nous espérons que celui-ci entrera en résonance avec les attentes des visiteurs de A l’Encontre et de La Brèche. Il leur appartiendra, aussi, de s’en approprier le contenu et de le commenter. Vous pouvez nous contacter sur redaction@alencontre.org