mercredi
20
septembre 2017

A l'encontre

La Brèche

Gaza: «la fiche d’information» de l’ONU

Publié par Alencontre le 25 - juillet - 2011

En juillet 2011, le «Bureau de la coordination des affaires humanitaires» de l’Organisation des Nations Unies publiait une «fiche d’information» sur la situation sociale, économique et humanitaire à Gaza. Cette simple et sombre énumération faite par une agence de l’ONU renforce à elle seule – si cela était encore nécessaire – la justification des initiatives visant à rompre le blocus de Gaza. En effet, de nombreux médias ont tenté de délégitimer la flottille pour Gaza de 2011 en invoquant «l’assouplissement» par Israël, dès l’été 2010, des conditions d’accès des marchandises et le fait que l’Egypte a rouvert, dès la fin de mai 2011, le point de passage de Rafah, qui ne vaut que pour les personnes.

Les données inventoriées par la «fiche d’information» de l’agence de l’ONU invalident ces prétendus arguments. Elles permettent aussi de mesurer la gravité de la complicité des gouvernements de l’Europe avec les actes de piraterie et d’arraisonnement par Israël des bateaux de la flottille internationale de solidarité avec la population de Gaza. (Rédaction)

*****

 Le blocus de Gaza est une négation des droits de l’Homme les plus élémentaires, en violation du droit international et constitue une punition collective. Le blocus limite grandement les importations et exportations ainsi que la circulation des personnes de et vers Gaza ainsi que l’accès aux terres agricoles et aux zones de pêche. Les habitants de Gaza ne sont pas capables de subvenir aux besoins de leurs familles, la qualité des infrastructures et des services essentiels s’est détériorée.

Les mesures prises en juin 2010 pour alléger le blocus ont eu peu d’effet sur la situation humanitaire. Si les importations ont augmenté (elles ne représentent que 45% de ce qui entrait en 2007), elles sont fortement limitées et ne concernent que des produits agricoles pour l’Europe. Les hommes d’affaires de Gaza ne peuvent avoir accès à leurs marchés traditionnels de Cisjordanie et d’Israël. L’accès aux terres et à la mer reste grandement limité.

Si Israël a approuvé une série de projets d’infrastructure dont l’objectif était d’améliorer les services de santé, d’éducation ou d’assainissement, peu de ces projets ont été mis en place.

Ceci est principalement dû au processus lourd et complexe et aux difficultés rencontrées dans l’importation de matériaux. Cela veut dire que les habitants de Gaza n’ont pas vu de réelle amélioration de leurs services de base.

Des milliers de personnes, dont beaucoup d’enfants, risquent chaque jour leur vie, dans la contrebande par les tunnels sous la frontière égyptienne. L’industrie, prospère, des tunnels est une conséquence directe des restrictions actuelles sur les matériaux de construction, le manque de perspectives sur le marché du travail et les immenses besoins en reconstruction dans Gaza.

Les habitants de Gaza restent isolés, coupés du reste du territoire palestinien occupé. La circulation par Erez [«poste-frontière»: le seul entre Gaza et Israël] est interdite pour la grande majorité des habitants, en dépit des promesses d’alléger les interdictions. Le passage de Rafah de et vers l’Egypte reste limité à 500 personnes par jour, des centaines de Palestiniens sont interdits de sortie chaque semaine

*****

Chiffres clés

• 1,6 million de personnes vivent dans la bande de Gaza; 50% d’entre elles ont moins de 18 ans.

• 38% des habitants de Gaza vivent dans la pauvreté.

• 31% de la population active est au chômage.

• 47% des jeunes sont au chômage.

• 54% des habitants de Gaza vivent dans une situation d’insécurité alimentaire et plus de 75% dépendent de l’aide internationale.

• 35% des terres agricoles de Gaza et 85% des zones de pêche sont totalement ou partiellement inaccessibles en raison des mesures militaires israéliennes.

• Entre 50 et 80 millions de litres d’eaux usées (ou partiellement traitées) sont reversés dans la mer chaque jour.

• Plus de 90% de l’eau provenant de l’aquifère de la bande de Gaza est non potable.

• 85% des écoles de Gaza fonctionnent sur une base des deux à trois cycles par jour.

• Depuis le début 2010, 59 Palestiniens ont été tués dans les tunnels, dont 5 enfants. 115 ont été blessés.

• Le principal passage pour les Palestiniens dans et vers Gaza à Rafah reste limité à 500 personnes par jour.

______
Voir aussi l’information donnée sur le site: http://www.ujfp.org

Vous pouvez écrire un commentaire, ou utiliser un rétrolien depuis votre site.

Ecrire un commentaire




Le 21 septembre une nouvelle journée de mobilisation contre le «Code du travail à la Macron» aura lieu en France. Le 22 septembre, le Conseil des ministres examinera les ordonnances de Ia «loi travail XXL». Puis le Président signera et le Parlement n’aura rien à dire, de facto. Donc seule l’action directe prend toute sa place. Et les explications, par exemple, que donnent du contenu de cette contre-réforme les membres du Syndicat des Avocats de France

8. L'accord d'entreprise primera sur la loi et le contrat de travail

9. Casser la loi

10. La fusion des instances représentatives du personnel

11. Diluer la négociation collective

12. Le fonctionnement des instances représentatives du personnel

13. Le recours au référendum

Recent Comments

Le site alencontre.org existe depuis plus de 12 ans. Il vient de changer d’aspect. De manière significative. Mais il n’a pas modifié ses objectifs : informer, analyser, afin de faciliter une compréhension des réalités économiques, sociales, politiques à l’échelle internationale. Dans ce sens, ce site valorise la liaison qui peut s’établir entre comprendre et agir, dans une perspective socialiste et démocratique. Ce «lifting» a été effectué pour répondre aux exigences d’un nombre croissant de lectrices et lecteurs. Nous espérons que celui-ci entrera en résonance avec les attentes des visiteurs de A l’Encontre et de La Brèche. Il leur appartiendra, aussi, de s’en approprier le contenu et de le commenter. Vous pouvez nous contacter sur redaction@alencontre.org