samedi
29
février 2020

A l'encontre

La Brèche

Brésil. Le rôle des centrales syndicales et l’échéance du 30 juin: la grève générale
Dilma a gagné… et maintenant ?
Guerre d’Algérie: «Dépasser le ressassement des mémoires meurtries»
Une brève histoire des «solutions» capitalistes à la crise de l’azote
Egypte: le FMI et Morsi «ajustent» les déshérité·e·s
A propos de l’ouvrage “Als die Italiener noch Tschinggen waren”
Venezuela-débat. «A propos des élections à la Constituante et des dérives du madurisme» (II)

Search Results

La grève en France: «Pessimis­me de l’intelligence, optimisme de la volonté»[1]

Publié par Alencontre le 20 - janvier - 2020

(France 24)

Par Christian Mahieux

La grève nationale interprofessionnelle a démarré le 5 décembre 2019; nous sommes le 19 janvier. 46 jours après, comment s’étonner que le mouvement prenne d’autres formes? Car, telle est bien la situation: il n’est plus juste de parler de grève générale, ni généralisée; mais gouvernement et patronat seraient bien présomptueux s’ils pensaient que le mouvement est fini. Lire le reste de cet article »

La grève en France: pousser encore pour que les dominos tombent, tous!

Publié par Alencontre le 13 - janvier - 2020

Par Christian Mahieux

Depuis des semaines, président, ministres et patrons répétaient en boucle «on ne bougera pas!». Grâce à celles et ceux qui sont en grève depuis le 5 décembre, cela s’avère faux. C’est le rapport de forces qui détermine les décisions politiques. D’où des dispositions particulières, très insuffisantes, pour certains secteurs professionnels annoncées au fil des semaines ; d’où le retrait «provisoire», le 11 janvier, de l’âge pivot du texte du projet de loi décidé. Lire le reste de cet article »

France-débat: «Caisse de grève ou qu’est-ce la grève?»

Publié par Alencontre le 31 - décembre - 2019

Par Christian Mahieux

Alors que des milliers de salarié·e·s, quasi exclusivement de la SNCF et de la RATP, en sont à bientôt un mois de grève, la question de la solidarité financière occupe une place de plus en plus importante dans les débats et les publications militantes. D’une certaine manière, c’est bien normal puisque ce sujet est de plus en plus d’actualité pour les camarades directement concerné·e·s. Mais justement, ce qui serait vraiment d’actualité serait de pouvoir verser maintenant une somme qui corresponde à une aide substantielle à chacun et chacune, sur des bases connues de tous et toutes; et non d’annoncer des sommes globales sans effet concret pour l’immense majorité des grévistes; et non de discuter aujourd’hui de comment faire pour avoir les caisses de grève que nous n’avons pas mises en place malgré les bilans des précédentes luttes.

Car il en est de la solidarité comme de tout ce qui touche à la grève: c’est bien avant le mouvement, dans la durée, que ça se prépare et se construit. Vouloir la grève générale mais ne (re)découvrir les liens interprofessionnels qu’au moment de la grève, c’est prendre les moyens de ne pas réussir. Il en est de même pour les caisses de grève: ne se (re)poser la question de leur existence, et des montants disponibles Lire le reste de cet article »

France. La grève générale à partir du 5 décembre

Publié par Alencontre le 29 - novembre - 2019

Par Christian Mahieux

Les contre-réformes successives des gouvernements de Droite et de Gauche depuis 1993 (puis 1995/2003/2007/2010/2014) ont fait reculer l’âge de départ à la retraite, augmenté la durée de cotisation pour une retraite à taux plein, pénalisé les personnes n’ayant pas les annuités nécessaires en instaurant une décote, modifié le calcul des pensions et considérablement porté atteinte à leur montant. Mais le système actuel continue à reposer sur une base professionnelle avec des mécanismes de solidarité. Le calcul de la pension individuelle est inscrit dans la loi, son montant est fixé en fonction du salaire et de la durée de cotisations, c’est ce qu’on appelle un régime à «prestations définies ».

Derrière le système de retraite à points, la jungle du capitalisme

Le gouvernement Macron veut remplacer le système actuel par un système de retraite à points. Il vante l’universalité, la simplicité, la transparence… il ment! L’objectif est de réduire les pensions de retraite et de contraindre tous les travailleurs et toutes les travailleuses à partir en retraite plus tard. Lire le reste de cet article »

France/SNCF: une succession de grèves «carrées» ne forme pas une grève reconductible!

Publié par Alencontre le 26 - juin - 2018

Par Christian Mahieux

Ne reculant devant rien, la direction de la SNCF avait décidé d’effectuer les retraits pour grève comme si les 18 grèves de 48 heures ventilées sur le deuxième trimestre étaient un seul mouvement. Le Tribunal de grande instance [1] a donné tort aux patrons (qui ont fait appel). Mais le constat n’est pas que juridique, il est avant tout politique: une succession de grèves «carrées», c’est-à-dire limitées d’emblée à 24 ou 48 heures par exemple, ne forme pas une grève reconductible!

Il n’est pas facile d’écrire de nouveau à propos de la grève SNCF en France. Selon le calendrier décidé par les fédérations syndicales le 15 mars, les 18 grèves de 48 heures s’étalent entre le 3 avril et le 29 juin. Le mouvement est donc toujours d’actualité. Mais, sur l’essentiel, c’est-à-dire sur le calendrier de grèves annoncé plus de trois mois auparavant, sur la neutralisation ainsi effectuée de toute dynamique vers une grève reconductible, sur les assemblées générales dépossédées de leur rôle, sur la place ainsi offerte à l’UNSA et la CFDT au détriment d’une possible alliance CGT/SUD-Rail/FO refusée par la CGT, sur la politique gouvernementale… Lire le reste de cet article »

France. A l’occasion de la «marée» du 26 mai, réflexions sur quel syndicalisme

Publié par Alencontre le 27 - mai - 2018

Par Christian Mahieux

Nous avons déjà expliqué la grève des cheminots et cheminotes en France: son inscription dans la durée, mais aussi ses difficultés liées aux choix des fédérations syndicales CGT, UNSA, SUD-Rail et CFDT de construire un mouvement qui ne repose pas du tout sur les assemblées générales de grévistes. Depuis, cette lutte se poursuit. Les fédérations syndicales maintiennent leur tactique de la grève en pointillé sur des dates pré-annoncées trois mois à l’avance; elles y ont ajouté l’organisation d’un referendum interne à la SNCF qui, sans surprise a confirmé que 95% des votants et des votantes (61% de participation) refusaient le «plan ferroviaire» du gouvernement. Une confirmation certes; mais quel intérêt? Des dizaines de milliers de cheminots et cheminotes avaient déjà donné leur avis depuis début avril en participant à la grève !

Le gouvernement tente de mettre un terme au conflit social en annonçant une «reprise partielle de la dette SNCF par l’Etat». Mais cette «dette» n’est pas celle de la SNCF, encore moins celle des cheminotes et des cheminots. Elle correspond pour l’essentiel au financement des infrastructures publiques nécessaires au chemin de fer! En ce domaine, certains des choix qui ont été faits dans le passé sont critiquables, mais ils ne sont pas de notre responsabilité. De toute manière, cette «réponse» ne correspond pas aux revendications prioritaires des grévistes. Lire le reste de cet article »

France. La grève des cheminots et cheminotes: une vue et un examen de «l’intérieur»

Publié par Alencontre le 24 - avril - 2018

Par Mathieu Borie, Christian Mahieux, Frédéric Michel, Julien Troccaz

Le gouvernement français a lancé une attaque d’ampleur envers les cheminots et les cheminotes, mais aussi plus globalement contre le service public ferroviaire. Des milliers de kilomètres de lignes ferroviaires, dites «non rentables», sont menacées; l’entreprise publique SNCF sera transformée en Société anonyme, la «dette ferroviaire» demeure; le transport public de voyageurs va être ouvert au secteur privé comme cela est déjà le cas pour le transport de marchandises; ce qu’il reste de Fret SNCF sera filialisé… Pour le personnel de la SNCF, c’est la fin du Statut; celui-ci définissait les «droits et devoirs» des cheminots et cheminotes. Plus avantageux que les règles communes applicables en France sur certains points, il comprend aussi des dispositions plus contraignantes, notamment pour Lire le reste de cet article »

«C’est un véritable mouvement révolutionnaire social de grande ampleur, explique Loulouwa al-Rachid dans un entretien avec Orient XXI, contre une classe dirigeante qui gouverne dans un mépris total de la population et dans le seul souci de préserver sa part de prébendes et d’accéder à la rente pétrolière pour entretenir des clientèles dans le pays.» Et ceci alors que, depuis l’invasion de 2003 par les Etats-Unis, le pays souffre du délitement de ses infrastructures. Bien qu’essentiellement chiite, le mouvement bénéficie de la sympathie de toute une population, qui met aussi en cause l’influence iranienne.

Recent Comments

Le site alencontre.org existe depuis plus de 12 ans. Il vient de changer d’aspect. De manière significative. Mais il n’a pas modifié ses objectifs : informer, analyser, afin de faciliter une compréhension des réalités économiques, sociales, politiques à l’échelle internationale. Dans ce sens, ce site valorise la liaison qui peut s’établir entre comprendre et agir, dans une perspective socialiste et démocratique. Ce «lifting» a été effectué pour répondre aux exigences d’un nombre croissant de lectrices et lecteurs. Nous espérons que celui-ci entrera en résonance avec les attentes des visiteurs de A l’Encontre et de La Brèche. Il leur appartiendra, aussi, de s’en approprier le contenu et de le commenter. Vous pouvez nous contacter sur redaction@alencontre.org