mardi
12
décembre 2017

A l'encontre

La Brèche

Un vendredi «de la colère»

Publié par Alencontre le 28 - janvier - 2011

Rédaction

La situation reste très tendue en Egypte. Alors qu’internet est coupé depuis minuit (27-28 janvier), de nouveaux appels à manifester contre le président Moubarak circulent ce 28 janvier 2011, jour de prière. Des cortèges auxquels devraient se joindre l’opposant Mohamed al-Baradei, mais aussi la principale force de l’opposition politique, les Frères musulmans qui ont été pris pour cible cette nuit. Les autorités ont procédé à des centaines d’arrestations au sein de la confrérie, du jamais vu depuis de longues années.

Au moins 350 Frères musulmans ont été arrêtés dans la nuit du 27 au 28 janvier 2011. C’est la plus grande campagne d’arrestations depuis de nombreuses années. Les forces de sécurité ont aussi arrêté de nombreuses hautes personnalités de la confrérie comme par exemple: Issam al-Erian qui est un porte-parole mais aussi un des proches du guide suprême de la confrérie.

Le régime accuse depuis le début des manifestations, le 25 janvier, les Frères musulmans d’être responsables de la situation et surtout des violentes confrontations. Selon les autorités la violence dont la ville de Suez a été le théâtre, notamment le quartier central, en état de siège, incombe aux Frères musulmans.

Depuis mardi, cinq manifestants et deux policiers ont été tués et l’on compte des centaines de blessés parmi lesquels quelques policiers et des manifestants.

Les SMS ne passent plus

Dans le climat actuel, les autorités n’entendent pas lâcher du lest et ont décidé des mesures de prévention. Depuis minuit, le réseau internet est inaccessible, conséquence, les SMS ne passent plus. Il s’agit de dispositions qui visent en fait à semer le désordre au sein de l’opposition et surtout des jeunes révolutionnaires de Facebook qui avaient si bien réussi la manifestation du « mardi de la colère » grâce aux messages par internet qui leur ont permis de toucher un grand nombre de personnes.

Mais les autorités ne se sont pas contentées de ces mesures. Elles ont aussi suspendu le championnat national de football afin d’empêcher les grands rassemblements de population, susceptibles de tourner à la manifestation hostile au régime. Le ministère de l’Intérieur, quant à lui, a lancé une sévère mise en garde précisant que toute action « menaçant la loi et l’ordre ou la sécurité publique sera fermement réprimée ».

L’économie fragilisée

La mobilisation sociale en Egypte a entraîné, jeudi 27 janvier 2011, une forte chute de la place financière du Caire, contraignant les autorités boursières à suspendre les cotations. Sur le terrain, la situation est loin de s’améliorer avec les nombreuses manifestations réprimées par les forces de sécurité. Encore une fois, ce sont les difficultés économiques dans ce pays qui ont mis le feu aux poudres.

Avec 80 millions d’habitants, l’Egypte est le plus peuplé des pays arabes. Et c’est sa démographie galopante – la population a été multiplié par 3,5 en 50 ans – est un facteur de la crise sociale et «des troubles sociaux» que traverse le pays.

Avec une croissance moyenne de 5% ces dernières années, l’économie ne parvient pas à créer assez d’emplois pour subvenir aux besoins des Egyptiens. Ils sont 700’000 à arriver chaque année sur le marché du travail.

Le tourisme reste la principale source de revenus du pays avec en 2010, 13 milliards de dollars de recettes. Le secteur totalise 17% des emplois. Malgré d’importants investissements industriels, l’Egypte reste un pays très agricole qui emploie 31% des actifs.

Et après des décennies de planification, la libéralisation de l’économie a été initiée au milieu des années 2000. Elle a certes permis l’émergence de grands champions dans les télécommunications ou le BTP (Bâtiment et travaux publics). Mais cela ne s’est pas vraiment traduit par une amélioration des conditions de vie de la population.

Près de 40% des 80 millions d’Egyptiens continuent de vivre avec moins de deux dollars par jour. Et 90% des chômeurs sont des jeunes de moins de 30 ans. (rfi)

Vous pouvez écrire un commentaire, ou utiliser un rétrolien depuis votre site.

Ecrire un commentaire




Le 21 septembre une nouvelle journée de mobilisation contre le «Code du travail à la Macron» aura lieu en France. Le 22 septembre, le Conseil des ministres examinera les ordonnances de Ia «loi travail XXL». Puis le Président signera et le Parlement n’aura rien à dire, de facto. Donc seule l’action directe prend toute sa place. Et les explications, par exemple, que donnent du contenu de cette contre-réforme les membres du Syndicat des Avocats de France

8. L'accord d'entreprise primera sur la loi et le contrat de travail

9. Casser la loi

10. La fusion des instances représentatives du personnel

11. Diluer la négociation collective

12. Le fonctionnement des instances représentatives du personnel

13. Le recours au référendum

Recent Comments

Le site alencontre.org existe depuis plus de 12 ans. Il vient de changer d’aspect. De manière significative. Mais il n’a pas modifié ses objectifs : informer, analyser, afin de faciliter une compréhension des réalités économiques, sociales, politiques à l’échelle internationale. Dans ce sens, ce site valorise la liaison qui peut s’établir entre comprendre et agir, dans une perspective socialiste et démocratique. Ce «lifting» a été effectué pour répondre aux exigences d’un nombre croissant de lectrices et lecteurs. Nous espérons que celui-ci entrera en résonance avec les attentes des visiteurs de A l’Encontre et de La Brèche. Il leur appartiendra, aussi, de s’en approprier le contenu et de le commenter. Vous pouvez nous contacter sur redaction@alencontre.org