mardi
24
octobre 2017

A l'encontre

La Brèche

Tunisie: l’épreuve de forces du 13 décembre n’a pas eu lieu

Publié par Alencontre le 17 - décembre - 2012
Manifestants devant le siège de l'UGTT, le 11 décembre, en réaction  aux attaques d'Ennahda

Manifestants devant le siège de l’UGTT, le 11 décembre, en réaction aux attaques d’Ennahda

Entretien avec Nizar Amami

Dans quel contexte s’inscrit l’attaque du 4 décembre contre le siège national de l’UGTT (Union générale tunisienne du travail)?

Il s’agit de la énième attaque depuis les élections d’octobre 2011. Par exemple, il y avait eu, en février 2012, lors de la grève des éboueurs, le déversement de monceaux d’ordures devant les locaux de l’UGTT et le déclenchement d’incendies contre certains d’entre eux. Il y a également dans les médias des campagnes contre l’UGTT pour qu’elle se limite à un rôle strictement revendicatif.

Pourtant, depuis des mois, se développent, notamment dans les régions, des luttes sociales où les syndicalistes jouent un rôle décisif. Mais Ennadha [Mouvement de la Renaissance, parti politique islamiste qui est la première force à l’Assemblée constituante] et le CPR [Congrès pour la République] fondé par Monzef Marzouki] refusent de reconnaître à l’UGTT la place qui lui revient sur le champ politique. Et cela d’autant plus que la coalition au pouvoir est en pleine crise.

Pourquoi Ennadha a-t-elle franchi un nouveau pas dans ses attaques?

Les élections d’octobre 2011 ont fait d’Ennadha la force politique hégémonique. Elles ont souligné la faiblesse et la fragmentation des partis politiques de gauche.

Mais Ennadha se heurte à l’existence de l’UGTT qui est la force la plus implantée et la plus organisée du pays. D’où sa volonté de détourner l’opinion publique, de déstabiliser les mobilisations, de harceler l’UGTT pour limiter son poids et de préparer dans les meilleures conditions les élections de 2013.

En quoi cette attaque a-t-elle un lien avec la récente mobilisation de Siliana?

Ce qui s’est passé à Siliana  a reposé sur la grève lancée par l’UGTT le mardi 27 novembre, et qui a été reconduite les jours suivants.

Ce mouvement faisait suite à des mouvements dans d’autres régions de l’intérieur dans lesquelles l’UGTT avait joué un rôle déterminant.

Alors, ce gouvernement affaibli par son incapacité de répondre aux attentes sociales et économiques de la population a décidé de tirer à la chevrotine sur la foule. Face à la poursuite de la mobilisation localement et à la vague de solidarité dans le pays, le pouvoir a été contraint de reculer partiellement. Et cela, Ennadha ne l’a pas accepté.

Pourquoi le mot d’ordre de grève générale nationale a-t-il été lancé pour le 13 décembre ?

L’attaque du 4 décembre a d’autant plus suscité l’indignation qu’elle a été faite le jour de la commémoration du 60e anniversaire de l’assassinat Farhat Hached, héros de la lutte pour l’indépendance et fondateur de l’UGTT. Immédiatement, des grèves régionales ont démarré. Le lendemain une grève nationale a été décidée pour la semaine suivante, demandant notamment des poursuites judiciaires contre les agresseurs et la dissolution des milices islamistes.

Pourquoi ce mot d’ordre de grève a-t-il été annulé ?

Aujourd’hui, un certain nombre de militants déclarent que la décision de grève générale nationale a sans doute été précipitée. Ils pensent qu’il aurait sans doute fallu retenir l’autre option qui avait été débattue, à savoir continuer à organiser des grèves régionales.

Une fois passée l’émotion immédiate, beaucoup se sont interrogés sur les chances de succès d’une telle épreuve de force avec le pouvoir.

Dans toute son histoire, l’UGTT n’a en effet appelé qu’une seule fois à une grève générale nationale, le 26 janvier 1978. Cela s’est terminé par plusieurs centaines de morts et de blessés, ainsi qu’un millier d’arrestations. L’UGTT avait été démantelée et a failli disparaître à jamais. Il lui a fallu plus de 10 ans pour se reconstruire.

Cette annulation a déçu une partie des syndicalistes, ainsi que des militant·e·s radicalisé·e·s d’autres secteurs. Et cela d’autant plus que l’accord finalement conclu avec le gouvernement ne comporte même pas la dissolution des milices islamistes.

Une réunion de la Commission administrative de l’UGTT est prévue à la mi-janvier 2013 afin de décider des initiatives à prendre au cas où les exigences de l’UGTT ne seraient pas satisfaites.

Comment ont évolué les rapports de forces à l’issue de cette épreuve ?

De puis un mois, le rapport des forces s’est un peu amélioré: des mobilisations importantes ont eu lieu. La vocation de l’UGTT a ne pas restreindre son activité aux seules revendications immédiates a été réaffirmée. La vague de solidarité avec l’UGTT a été considérable, notamment de la part du Front populaire [coalition qui s’est formée en août 2012], des associations de femmes, des jeunes, de l’Union des diplômés-chômeurs, de l’UGET [Union générale des étudiants de Tunisie], de la LTDH [Ligue tunisienne des droits de l’homme], etc. Pour la LGO [Ligue de la gauche ouvrière qui participe au processus du Front populaire], cet arc de forces représente le pôle ouvrier et populaire qui seul peut permettre la réalisation des objectifs de la révolution.

De nombreux syndicalistes sont déterminés à reprendre l’offensive à la mi-janvier au cas où l’accord avec le gouvernement se traduirait par un marché de dupes. Des tensions semblent se développer par ailleurs au sein des islamistes. (17 décembre 2012)

____

Nizar Amami est syndicaliste aux PTT. Il est coordonnateur de la LGO et un des responsables du Front populaire. Propos recueillis le 17 décembre 2012 par Dominique Lerouge.

Vous pouvez écrire un commentaire, ou utiliser un rétrolien depuis votre site.

Ecrire un commentaire




Le 21 septembre une nouvelle journée de mobilisation contre le «Code du travail à la Macron» aura lieu en France. Le 22 septembre, le Conseil des ministres examinera les ordonnances de Ia «loi travail XXL». Puis le Président signera et le Parlement n’aura rien à dire, de facto. Donc seule l’action directe prend toute sa place. Et les explications, par exemple, que donnent du contenu de cette contre-réforme les membres du Syndicat des Avocats de France

8. L'accord d'entreprise primera sur la loi et le contrat de travail

9. Casser la loi

10. La fusion des instances représentatives du personnel

11. Diluer la négociation collective

12. Le fonctionnement des instances représentatives du personnel

13. Le recours au référendum

Recent Comments

Le site alencontre.org existe depuis plus de 12 ans. Il vient de changer d’aspect. De manière significative. Mais il n’a pas modifié ses objectifs : informer, analyser, afin de faciliter une compréhension des réalités économiques, sociales, politiques à l’échelle internationale. Dans ce sens, ce site valorise la liaison qui peut s’établir entre comprendre et agir, dans une perspective socialiste et démocratique. Ce «lifting» a été effectué pour répondre aux exigences d’un nombre croissant de lectrices et lecteurs. Nous espérons que celui-ci entrera en résonance avec les attentes des visiteurs de A l’Encontre et de La Brèche. Il leur appartiendra, aussi, de s’en approprier le contenu et de le commenter. Vous pouvez nous contacter sur redaction@alencontre.org