mardi
22
août 2017

A l'encontre

La Brèche

Trois ministres quittent le gouvernement

Publié par Alencontre le 19 - janvier - 2011

Les manifestants ont été dispersés à coups de bombes à gaz lacrymogène par des policiers anti-émeutes le 18 janvier 2011 à Tunis.

Rédaction.

La situation est loin d’être stabilisée en Tunisie où à peine formé, lundi 17 janvier 2011, le gouvernement d’union nationale doit faire face à trois défections, celles de ministres issus de l’UGTT (Union générale du travail tunisien). Le principal syndicat du pays a fait savoir ce 18 janvier 2011 qu’il ne reconnaissait pas l’autorité de la nouvelle équipe mise en place par le Premier ministre Mohamed Ghannouchi.

A peine nommé, le nouveau gouvernement tunisien est loin de recueillir l’assentiment général. Dès le lendemain de sa formation, trois ministres de l’UGTT ont déjà démissionné répondant ainsi à la demande de leur organisation qui réclamait leur départ.

Et puis le mouvement islamique Ennhadha a lui aussi exprimé son mécontentement ce mardi 18 janvier quant à la présence d’autant de membres, huit au total, de l’ancien gouvernement de Ben Ali. Il a parlé d’un gouvernement d’exclusion nationale. Son parti, non reconnu en Tunisie, a d’ailleurs été exclu de ce gouvernement de transition, mais un de ses dirigeants a annoncé qu’Ennhadha allait demander sa légalisation et qu’il comptait bien devenir un parti comme les autres.

Pendant ce temps, la rue continue de se mobiliser et de nouvelles manifestations ont eu lieu dans tout le pays aujourd’hui. D’abord à Tunis, un peu avant onze heures ce matin de nouveau, deux cents, peut-être trois cents personnes, ont tenté de se rassembler sur l’avenue Bourguiba, en plein centre-ville. «On peut vivre avec du pain et de l’eau, mais pas avec le RCD», scandaient-t-ils entre autres.

Alors l’appel à manifester avait été lancé sur internet, mais aussi par le parti islamiste Ennhadha justement. Mais cette fois la manifestation n’a pas duré.

Au bout de dix minutes, la police a dispersé la foule à coups de gaz lacrymogène. Le cortège s’est alors reformé dans les rues adjacentes, avec des centaines d’autres personnes, avant d’être dispersé à nouveau, mais cette fois dans la violence. On pouvait entendre des tirs, voir des personnes se faire tabasser à coups de matraque et d’autres se faire arrêter.

Dans le reste du pays aussi la rue monte au créneau. Aujourd’hui à Sfax notamment, Sidi Bouzid ou encore à Kasserine, dans le centre du pays, là d’où la contestation est partie il y a un mois, il y a des milliers de personnes dans la rue pour dire non à ce nouveau gouvernement.

On peut le constater, le rejet est clair. La population tunisienne ne veut plus de ce parti-Etat qui domine la scène politique depuis trop longtemps en Tunisie. Elle craint de se voir confisquer sa révolution. (avec rfi)

*****

On a constaté que nos propositions n’ont pas été prises en considération.
Abib Brigui, secrétaire général adjoint de l’UGTT

*****

Nous sommes dans le brouillard total, parce que nous avons l’impression que l’on veut faire un nouveau 7 novembre 1987…
Réactions dans les rues de la capitale

Vous pouvez écrire un commentaire, ou utiliser un rétrolien depuis votre site.

Ecrire un commentaire





FIFA : comprendre le "système Blatter" en 5... par lemondefr

C’est une bombe que vient de lancer Der Spiegel. Dans un article intitulé «Le complot», l’hebdomadaire allemand dévoile un document qui relance le feuilleton «borgiesque» à la Fédération internationale de football (FIFA).

Ledit document est une proposition de contrat envoyée le 19 décembre 2014 par le cabinet d’avocats californien Quinn Emanuel (QE) au directeur juridique de la FIFA, Marco Villiger. Dans ce document, QE s’engage à défendre les intérêts de la Fédération contre le département d’Etat de la justice américaine.

Le contrat est signé le 5 janvier 2015 par le secrétaire général de l’organisation, Jérôme Valcke, et par son adjoint et directeur financier Markus Kattner, puis tamponné par M. Villiger.

La chronologie apparaît troublante dans la mesure où l’administration de la FIFA semble avoir été au courant de la menace exercée par les autorités américaines «142 jours» avant le fameux coup de filet du 27 mai 2015, à Zurich (Suisse). Ce jour-là, plusieurs dignitaires de l’instance planétaire avaient été interpellés pour corruption, fraude et blanchiment d’argent. Cette vague d’arrestations avait eu lieu deux jours avant la réélection du SuisseSepp Blatter, le 29 mai 2015, pour un cinquième mandat à la présidence de la FIFA.

«Un complot interne»

La tornade judiciaire avait finalement conduit le Valaisan à remettre son mandat à disposition, le 2 juin 2015. Sepp Blatter, dont la signature manque sur le contrat scellé avec QE, assure qu’il «n’était pas du tout au courant» de cet accord. Celui qui a été suspendu six ans pour un paiement de 2 millions de francs suisses (1,8 million d’euros) fait en 2011 à l’ancien président de l’Union des associations européennes de football (UEFA), Michel Platini – lui-même radié quatre ans – se dit victime d’un «complot interne». (Le Monde, 12 août 2017, à 12h44, à suivre sur le site de ce quotidien)

Recent Comments

Le site alencontre.org existe depuis plus de 12 ans. Il vient de changer d’aspect. De manière significative. Mais il n’a pas modifié ses objectifs : informer, analyser, afin de faciliter une compréhension des réalités économiques, sociales, politiques à l’échelle internationale. Dans ce sens, ce site valorise la liaison qui peut s’établir entre comprendre et agir, dans une perspective socialiste et démocratique. Ce «lifting» a été effectué pour répondre aux exigences d’un nombre croissant de lectrices et lecteurs. Nous espérons que celui-ci entrera en résonance avec les attentes des visiteurs de A l’Encontre et de La Brèche. Il leur appartiendra, aussi, de s’en approprier le contenu et de le commenter. Vous pouvez nous contacter sur redaction@alencontre.org