mercredi
20
septembre 2017

A l'encontre

La Brèche

Grèce. Quand Dijsselbloem stimule la «xénophobie d’en-haut»

Publié par Alencontre le 22 - mars - 2017

Par Romaric Godin

Jeroen Dijsselbloem a apparemment bien du mal à se remettre de la lourde défaite de son parti travailliste qui a perdu 27 sièges sur 36 lors des élections néerlandaises du 15 mars. Dans un entretien avec le quotidien allemand Frankfurter Allgemeine Zeitung (FAZ), celui qui est encore ministre des Finances des Pays-Bas et président de l’Eurogroupe [réunion «informelle» des ministres de Finances aux pouvoirs fort étendus] – et qui entend rester à ce dernier poste selon ses dires – a défendu sa position de fermeté face aux pays du sud.

Pas d’excuses

«Durant la crise de l’euro, les pays du nord ont montré de la solidarité avec les pays touchés par la crise. En tant que social-démocrate, je donne beaucoup d’importance à la solidarité. Mais vous avez aussi des obligations. Vous ne pouvez pas dépenser tout l’argent dans l’alcool et les femmes et ensuite demander de l’aide», avait ainsi déclaré Jeroen Dijsselbloem. Des propos d’une grande violence pour lesquels le Néerlandais a refusé catégoriquement de s’excuser devant le Parlement européen, le mardi 21 mars.

Interpellé par le député européen des Verts catalans Ernest Urtasun, Jeroen Dijsselbloem a pris un ton docte: «L’idée qu’il s’agit d’une attaque lorsque je suis sérieux sur les règles et que je les prends au sérieux est une erreur», a-t-il indiqué. Avant d’ajouter: «Ce que vous devez comprendre, c’est que si vous voulez maintenir le soutien politique et public dans toute l’Union européenne pour la solidarité, vous devez toujours parler des engagements et des efforts qui doivent être faits par chacun pour maintenir cette solidarité.» Bref, la métaphore de Jeroen Dijsselbloem ne visait donc qu’à faire accepter aux peuples du nord de l’Europe le «soutien» (sous forme de prêts associés à de l’austérité) à leurs «partenaires» du sud.

Prendre acte pour rester en place?

L’explication n’a guère convaincu Ernest Urtasun: non seulement, il ne l’a pas trouvée «drôle», mais il s’est demandé s’il ne s’agissait pas du «premier acte de la candidature du Néerlandais à la poursuite de son poste».

Et, de fait, Jeroen Dijsselbloem, dans le même entretien, a affirmé que son départ plus que probable du ministère des Finances du royaume ne lui interdit pas de poursuivre son mandat jusqu’en janvier 2018. En prenant un ton rude, à la limite de l’insulte, il confirme au véritable maître de l’Eurogroupe, Wolfgang Schäuble, le ministre fédéral allemand des Finances, sa détermination à se montrer ferme envers la Grèce.

Excès de zèle

Sur la Grèce, l’Eurogroupe ne cesse de se montrer ferme et d’ajouter de nouvelles exigences à Athènes pour faire entrer le FMI dans un troisième mémorandum qui est plus que jamais un échec. Cette exigence de faire entrer le FMI dans le programme, ce qui suppose un durcissement de ce programme, est une demande germano-néerlandaise, donc une demande de Jeroen Dijsselbloem et de Wolfgang Schäuble. Dernière trouvaille en ce sens de l’Eurogroupe: les ministres des Finances pourraient demander un feu vert de l’opposition grecque [entre autres la Nouvelle Démocratie, en première position dans les sondages] pour s’assurer que les engagements du gouvernement grec soient maintenus en cas d’élections. Une nouveauté qui réduit encore la capacité d’action des autorités helléniques. Dans cette fermeté renouvelée et sans fin, Jeroen Dijsselbloem semble vouloir faire preuve d’un certain excès de zèle afin de conserver un poste que la logique, la décence et la démocratie voudraient qu’il rende.

Xénophobie

Au-delà de cet élément de contexte (qui explique aussi en partie l’indignation espagnole puisque le ministre des Finances espagnol Luis de Guindos est candidat non déclaré à la présidence de l’Eurogroupe), cette déclaration de Jeroen Dijsselbloem est un révélateur des erreurs et des aveuglements de ceux qui dirigent l’Eurogroupe.

La narration que ces dirigeants soutiennent et qu’ils présentent à leurs peuples est celle de peuples du sud indolents et dépensiers. Et ce serait pour cette raison que la crise de l’euro a éclaté et que les peuples du nord ont dû mettre la main à la poche pour les aider. Ce faisant, contrairement à ce qu’il affirme, Jeroen Dijsselbloem ne défend pas la solidarité, il défend une vision ethnique de l’Europe avec des peuples de fourmis travaillant pour des cigales. Il attise la xénophobie, entretient l’incompréhension mutuelle et flatte les égoïsmes nationaux. Il tue ce qui fait l’idée européenne.

Controuver les faits

Surtout, il controuve les faits. Les Grecs sont ceux qui travaillent le plus en Europe, les Allemands et les Néerlandais étant plutôt en queue de peloton. Enfin, la crise de l’euro doit autant à la hausse des dépenses publiques grecques qu’à l’entrée de la Grèce dans l’euro, à la dérégulation financière et aux maintiens d’excédents courants immenses de l’Allemagne et des Pays-Bas. Dans une union monétaire, il n’y a pas de «bons» et de «mauvais» élèves, il y a des actes individuels de certains Etats qui ont des conséquences pour tous. La modération salariale unilatérale de l’Allemagne a été sans doute la principale force, avec la crise de 2007, du déclenchement de la crise de la zone euro. La Grèce a ainsi toujours eu un niveau de dépenses sociales inférieur à celui de la moyenne européenne.

Arrogance

Enfin, ce mot désastreux de Jeroen Dijsselbloem est une preuve de ce sentiment de supériorité et d’arrogance des pays du nord de l’Europe qui ont voulu imposer leur modèle coûte que coûte aux pays du sud, déclenchant une aggravation de la crise en rajoutant de l’austérité à l’austérité. Une logique que la Grèce paie encore… En attendant, des députés espagnols ont réclamé la démission du ministre néerlandais. Ils risquent d’en être pour leurs frais. Le favori pour remplacer Jeroen Dijsselbloem, le Slovaque Petr Kazimir, avait, en juillet 2015, fait polémique en se félicitant d’avoir brisé le «printemps d’Athènes»… (Article publié dans le quotidien financier français en ligne, La Tribune, en date du 21 mars 2017; titre de la rédaction de A l’Encontre)

Vous pouvez écrire un commentaire, ou utiliser un rétrolien depuis votre site.

Ecrire un commentaire




Le 21 septembre une nouvelle journée de mobilisation contre le «Code du travail à la Macron» aura lieu en France. Le 22 septembre, le Conseil des ministres examinera les ordonnances de Ia «loi travail XXL». Puis le Président signera et le Parlement n’aura rien à dire, de facto. Donc seule l’action directe prend toute sa place. Et les explications, par exemple, que donnent du contenu de cette contre-réforme les membres du Syndicat des Avocats de France

8. L'accord d'entreprise primera sur la loi et le contrat de travail

9. Casser la loi

10. La fusion des instances représentatives du personnel

11. Diluer la négociation collective

12. Le fonctionnement des instances représentatives du personnel

13. Le recours au référendum

Recent Comments

Le site alencontre.org existe depuis plus de 12 ans. Il vient de changer d’aspect. De manière significative. Mais il n’a pas modifié ses objectifs : informer, analyser, afin de faciliter une compréhension des réalités économiques, sociales, politiques à l’échelle internationale. Dans ce sens, ce site valorise la liaison qui peut s’établir entre comprendre et agir, dans une perspective socialiste et démocratique. Ce «lifting» a été effectué pour répondre aux exigences d’un nombre croissant de lectrices et lecteurs. Nous espérons que celui-ci entrera en résonance avec les attentes des visiteurs de A l’Encontre et de La Brèche. Il leur appartiendra, aussi, de s’en approprier le contenu et de le commenter. Vous pouvez nous contacter sur redaction@alencontre.org