samedi
20
juillet 2019

A l'encontre

La Brèche

France. Gilets jaunes et «carton rouge» pour les casseurs

Publié par Alencontre le 8 - janvier - 2019

Edouard Philippe en boxeur, au Havre (Image: association Emergence)

Par Frédéric Says

Posture ferme, et doigt tendu. Edouard Philippe a voulu montrer son autorité hier soir (7 janvier 2018) sur le plateau du journal de TF1. Le Premier ministre a annoncé un train de mesures, on en parlait dans le journal. Il adresse un carton rouge aux casseurs.

Ici, la métaphore sportive n’est pas fortuite. C’est Edouard Philippe lui-même qui a pris pour exemple la législation anti-hooligans. Un arsenal qui a fonctionné contre les groupes de supporters violents, dit-il, voilà pourquoi il conviendrait d’en étendre la logique aux manifestants virulents.

Sauf qu’à y regarder d’un peu plus près, tout cela est un peu plus compliqué. D’abord, les lois successives de lutte contre les hooligans posent question. Elles ont peu à peu éloigné le juge judiciaire au profit de la décision administrative, c’est-à-dire celle des préfets et de l’État.

Ainsi, il existe des interdictions administratives de stade, et des interdictions collectives de déplacement pour les spectateurs de match. Comme le note le site très pointu des «Cahiers du football», ces interdictions de déplacement au stade ont d’abord été l’exception, au motif d’empêcher les batailles rangées entre supporters. Mais elles sont peu à peu devenues courantes. Cette disposition a été utilisée trois fois en 2011 et… 81 fois en 2016. C’est toujours le risque des dispositifs prévus pour être exceptionnels : ils deviennent la norme, par commodité ou par calcul [1].

D’autres questions se posent sur le fichier des casseurs annoncé hier soir par Edouard Philippe… 

Comment sera-t-il alimenté? Sur quel critère reposera-t-il? Quelle sera la possibilité de recours pour ceux qui y figurent? Comment empêcher, à la longue, qu’il devienne un fichier d’opposants politiques? Comment empêcher que les décisions administratives progressent toujours face à l’institution judiciaire? Nous évoquions hier les conditions vitales de la République, c’est-à-dire le respect des élus et des institutions. Il faut bien sûr y ajouter la séparation des pouvoirs. Il serait absurde de défendre la République en réduisant les principes qui la sous-tendent.

Cette fermeté affichée par l’exécutif porte aussi un message politique…

Dans la droite ligne d’Emmanuel Macron, qui dénonçait les foules haineuses, dans son discours du 31 décembre, le gouvernement cherche à susciter un sursaut de la société, un mouvement-réflexe du corps social contre les violences.

Une «manifestation pour les libertés républicaines» est d’ailleurs organisée le 27 janvier, à l’appel de plusieurs collectifs anti-gilets jaunes. Et le ministre Jean-Michel Blanquer (ministre de l’éducation) a indiqué hier sur notre antenne (France Culture) qu’il y participerait. En cela, l’exécutif vise à rejouer le 30 mai 1968: le grand défilé de soutien à de Gaulle face au désordre.

La «révolte» contre la «révolte»

Nous ne sommes donc plus dans la tonalité de la mi-décembre, quand Emmanuel Macron faisait les yeux de velours à la France, en s’excusant et en lâchant du lest. Désormais c’est une main de fer dans un gant de fer. Avec l’idée subliminale qu’il faut choisir son camp: soit les casseurs, soit le gouvernement.

Ce tournant sécuritaire marque aussi la période qui nous conduira jusqu’aux élections européennes. Tout le montre, le gouvernement craint davantage de passer pour celui qui recule devant la chienlit plutôt que pour celui qui cède à l’autoritarisme. L’exécutif estime manifestement que son adversaire politique le plus dangereux se trouve à sa droite et non à sa gauche. Dans le silence tactique de Marine Le Pen plutôt que dans l’indignation bruyante de Jean-Luc Mélenchon. (8 janvier 2018, France Culture à 8h15)

______

[1] Il y a eu 5600 gardes en vue depuis le début du mouvement des «gilets jaunes». Edouard Philippe a fait des déclarations ayant trait à l’instauration d’une nouvelle loi «face aux violences» et a laissé entendre que le fichier établi pour empêcher les hooligans d’assister à des matchs de football soit étendu à d’autres manifestations. Cela a suscité une réaction du Syndicat national de la magistrature – par la voix de sa présidente, Katia Dubreuil – qui a affirmé: «Il (Ed. Philippe) semble confondre la liberté d’aller voir un match de foot avec la liberté de manifester, parce qu’il place les deux sur le même plan en disant “ça marche très bien ce que l’on a prévu pour les matchs de foot, alors on va faire la même chose pour les manifestations”. C’est quand même extrêmement problématique parce que la liberté de manifester c’est un droit fondamental qui est reconnu par la Constitution, cela n’a rien à voir avec aller ou non voir un match de football. Donc c’est un problème lorsque des textes de ce style sont adoptés, car c’est aussi une manière politique de pouvoir casser la manifestation. Qui voudra aller manifester sachant que, pris dans des gaz lacrymogènes, on se cache le visage et que l’on est placé en garde à vue?» (Journal de 8 heures)

Vous pouvez écrire un commentaire, ou utiliser un rétrolien depuis votre site.

Ecrire un commentaire




Recent Comments

Le site alencontre.org existe depuis plus de 12 ans. Il vient de changer d’aspect. De manière significative. Mais il n’a pas modifié ses objectifs : informer, analyser, afin de faciliter une compréhension des réalités économiques, sociales, politiques à l’échelle internationale. Dans ce sens, ce site valorise la liaison qui peut s’établir entre comprendre et agir, dans une perspective socialiste et démocratique. Ce «lifting» a été effectué pour répondre aux exigences d’un nombre croissant de lectrices et lecteurs. Nous espérons que celui-ci entrera en résonance avec les attentes des visiteurs de A l’Encontre et de La Brèche. Il leur appartiendra, aussi, de s’en approprier le contenu et de le commenter. Vous pouvez nous contacter sur redaction@alencontre.org