dimanche
20
août 2017

A l'encontre

La Brèche

Contre l’austérité du gouvernement, grève générale le 24 février

Publié par Alencontre le 19 - février - 2010

Par Andreas Sartzekis

Contre le plan d’austérité que cherche à imposer le gouvernement aux salariés, une grève générale aura lieu le 24 février.

L’intérêt porté par les médias à la grève, bien suivie, du secteur public grec, le 10 février 2010, prouve l’inquiétude de la bourgeoisie européenne devant les réactions ouvrières à une politique d’austérité dictée par l’Union européenne (UE). Une politique qui doit servir de banc d’essai européen pour faire payer la crise aux salarié·e·s.

Le commissaire européen à la concurrence, Joaquin Almunia, a indiqué que l’UE faisait pression depuis un an sur Athènes pour qu’elle réduise les rémunérations de la fonction publique et révise le code du travail jugé trop protecteur pour les salarié·e·s. Le Premier ministre, Georges Papandreou, présente malgré tout son «?programme de stabilité?» comme une décision grecque.

L’UE le soutient et se réserve le droit de poursuivre la Grèce devant le Tribunal européen pour avoir tronqué ses statistiques. Manière élégante de signifier que son rôle est d’imposer des sacrifices aux travailleurs, aujourd’hui en Grèce, demain au Portugal ou en Espagne.

Les discussions continuent, mais les mesures sont aujourd’hui connues, faisant de cette politique, selon un responsable Pasok (social-démocrate) en opposition, la plus néolibérale depuis la junte militaire:
• Impôts: pas de changement pour les entreprises, mais augmentation progressive à partir de salaires moyens.
• Rémunération: gel des salaires du secteur public au-dessus de 2’000 euros et baisse de 10?% des indemnités et primes constituant en Grèce une grosse partie de la rémunération, ce qui correspond à une baisse minimum pour certains de 150 euros.
• Retraites: départ repoussé à 62 ou 63 ans et versement de la retraite «sociale» de 360 euros seulement à partir de 65 ans. Il faut ajouter l’arrêt des embauches (sauf santé, éducation et sécurité), l’augmentation du prix des carburants, la fermeture des entreprises publiques non rentables, le remplacement d’un fonctionnaire sur cinq partant à la retraite, l’exclusion de 200’000 salariés des programmes sociaux de vacances à prix modestes.

Pendant ce temps, les spéculateurs s’engraissent. Pour emprunter sur les marchés, l’État payait en janvier 2009 5,5?% de taux d’intérêt, aujourd’hui 7,24?%.

En 2001, une énorme mobilisation a fait reculer le gouvernement du Pasok sur la réforme des retraites. Ayant peur d’un tel mouvement, Papandreou négocie un soutien de la droite et de l’extrême droite à son plan en échange d’un durcissement du projet de loi sur l’accueil des immigrés et fait des discours patriotiques. La GSEE (Confédération des salariés du privé, à direction Pasok) n’appelle que le 24 à la grève. Adedy (Syndicat des fonctionnaires, également à direction Pasok) vient de décider de s’y joindre. Cette journée devient donc une journée de grève générale à laquelle la gauche radicale doit proposer des suites immédiates.

Vous pouvez écrire un commentaire, ou utiliser un rétrolien depuis votre site.

Ecrire un commentaire





FIFA : comprendre le "système Blatter" en 5... par lemondefr

C’est une bombe que vient de lancer Der Spiegel. Dans un article intitulé «Le complot», l’hebdomadaire allemand dévoile un document qui relance le feuilleton «borgiesque» à la Fédération internationale de football (FIFA).

Ledit document est une proposition de contrat envoyée le 19 décembre 2014 par le cabinet d’avocats californien Quinn Emanuel (QE) au directeur juridique de la FIFA, Marco Villiger. Dans ce document, QE s’engage à défendre les intérêts de la Fédération contre le département d’Etat de la justice américaine.

Le contrat est signé le 5 janvier 2015 par le secrétaire général de l’organisation, Jérôme Valcke, et par son adjoint et directeur financier Markus Kattner, puis tamponné par M. Villiger.

La chronologie apparaît troublante dans la mesure où l’administration de la FIFA semble avoir été au courant de la menace exercée par les autorités américaines «142 jours» avant le fameux coup de filet du 27 mai 2015, à Zurich (Suisse). Ce jour-là, plusieurs dignitaires de l’instance planétaire avaient été interpellés pour corruption, fraude et blanchiment d’argent. Cette vague d’arrestations avait eu lieu deux jours avant la réélection du SuisseSepp Blatter, le 29 mai 2015, pour un cinquième mandat à la présidence de la FIFA.

«Un complot interne»

La tornade judiciaire avait finalement conduit le Valaisan à remettre son mandat à disposition, le 2 juin 2015. Sepp Blatter, dont la signature manque sur le contrat scellé avec QE, assure qu’il «n’était pas du tout au courant» de cet accord. Celui qui a été suspendu six ans pour un paiement de 2 millions de francs suisses (1,8 million d’euros) fait en 2011 à l’ancien président de l’Union des associations européennes de football (UEFA), Michel Platini – lui-même radié quatre ans – se dit victime d’un «complot interne». (Le Monde, 12 août 2017, à 12h44, à suivre sur le site de ce quotidien)

Recent Comments

Le site alencontre.org existe depuis plus de 12 ans. Il vient de changer d’aspect. De manière significative. Mais il n’a pas modifié ses objectifs : informer, analyser, afin de faciliter une compréhension des réalités économiques, sociales, politiques à l’échelle internationale. Dans ce sens, ce site valorise la liaison qui peut s’établir entre comprendre et agir, dans une perspective socialiste et démocratique. Ce «lifting» a été effectué pour répondre aux exigences d’un nombre croissant de lectrices et lecteurs. Nous espérons que celui-ci entrera en résonance avec les attentes des visiteurs de A l’Encontre et de La Brèche. Il leur appartiendra, aussi, de s’en approprier le contenu et de le commenter. Vous pouvez nous contacter sur redaction@alencontre.org