Nicaragua. Le gouvernement cubain réitère son soutien à Daniel Ortega

Nous publions ci-dessous la déclaration du Ministère des affaires étrangères de Cuba. Pour mesurer la «valeur politique» de cette déclaration, nous renvoyons les lectrices et lecteurs aux articles d’Oscar René Vargas publiés sur ce site. Pour une approche un peu différente, ceux et celles maîtrisant l’espagnol peuvent aussi lire l’entretien publié par le site Rebellion, le 27 avril 2018, avec Monica Baltodano, ex-commandante du FSLN, qui joua un rôle fort important durant l’étape insurrectionnelle de 1978-79 contre la dictature somoziste. Elle créa le «Mouvement pour le sauvetage du sandinisme» (MPRS) et fut députée durant la législature 2007-2011. En 2009, elle prit ses distances avec la délégation parlementaire du MRS («Mouvement de rénovation du sandinisme»). Elle a rejoint d’autres membres historiques du sandinisme, en tant qu’opposante radicale au régime Ortega-Murillo. (Rédaction A l’Encontre)

*****

La Havane, 28 avril 2018 – «Le gouvernement cubain a publié le samedi 28 avril une déclaration officielle dans laquelle il soutient le président du Nicaragua, Daniel Ortega, et appuie le dialogue interne au sein de la nation centraméricaine.

Dans une déclaration officielle du Ministère des affaires étrangères, Cuba a dénoncé «les tentatives qui visent à déstabiliser la République du Nicaragua, un pays qui vit en paix et où de remarquables progrès sociaux, économiques et de sécurité ont été réalisés en faveur de son peuple».

Le texte, diffusé cette nuit, rejette l’ingérence dans les affaires intérieures du Nicaragua et réaffirme l’engagement obéissant «aux principes de la Proclamation de l’Amérique latine et des Caraïbes comme zone de paix, signée par les chefs d’État et de gouvernement lors du deuxième Sommet de la CELAC (Communauté d’États latino-américains et caraïbes) en janvier 2014».

La déclaration soutient «les efforts souverains du peuple sandiniste et du gouvernement du Nicaragua, présidé par le commandant Daniel Ortega Saavedra et la vice-présidente Rosario Murillo Zambrana, pour préserver le dialogue, la paix et le bien-être des Nicaraguayens».

Depuis plusieurs jours, le Nicaragua est secoué par une série d’actes violents qui ont fait des dizaines de morts et laissé des traces de pillages et de dommages aux biens publics et privés.

Pour mettre fin à cette situation, le gouvernement nicaraguayen a convoqué un dialogue avec le Conseil supérieur de l’entreprise privée (COSEP), avec la Conférence épiscopale comme médiateur.» (Cette déclaration a été publiée par le site xinhuanet.com, en date du 28 avril depuis La Havane. Une déclaration identique est publiée sur le site de Granma, sous le titre: «Cuba est solidaire avec le Nicaragua contre les tentatives de déstabilisation», Ministère des relations étrangères de Cuba, 29 avril 2018)

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*